Les Pages Jèrriaises

Ma Vieille Haoulouoge

Ma pouore vieille Haoulouoge, tchesque je fthais sans té?
Tu n'fais que d'marchi du matein au sçé;
Quand j'sis a tripoté v'la qui mé d'zângnie
De t'avé, ma pouore vieille, à m'gardé compagnie.

Au matein quand tu câriyionne,
Chest pour me dithe, "appelle la Bonne";
Mais tu continue à câriyionné,
Comme en m'dîzant, daîspaiche, daîspaiche té.

Oui vraiment il est vrai y faut q'tu sçais soignie,
Pour entendre tan ramage, et nos douné d'la vie;
Quand tu Tic, Tic, Tac, y sembyïe que t'uest à pâslé,
Car tu marche tréjous, et fais tréjous tan d'vé.

T'uas apparteins longtemps à des anmeins à mé,
Qui un jour mé d'mandirent si j'voulais t'accepté;
Et comme t'uas eunne belle fache, j'voulit pas les r'fûzé,
Achteu j'en sis bein aise, car tu m'fais erpensé -

- A chest bouans anmeins là qui jamais n'terverront,
Ni tan Tic Tac, non plus, jamais ne l'entendront;
Car lus tems est finit, y n'sont pus dans chu monde,
Ils ont tous disparu, comme un nuage, comme un ombre.

Mé étout, j'té laissai ma belle petite Haoulouoge,
A d'aoutres gens qui comme mé ne f'thont que des éloges,
De ta belle appathence, du bouan temps que tu garde,
De ta belle petite fache qui r'lis quand nou t'ergarde.

Et tans pus que j'entends, pus tu m'donne eunne leçon
Que le temps se passe vite, et tu as grande raison;
La vie est si courte, chest à nous d'y pensé,
Faisons chein que j'pouvons tandis que j'sommes ichein.

Y n'faut pas jamais perdre eunne opportunitet
Qui s'présente à nos yeux; Peut être un coeur outret -
- Qu'a besoin d'sympathie, parce qu'il est accabyïé;
Le temps s'êscoule, n'attendeais pas à demain, consoleais le engniet.

Eunne chance perdue, est perdu pour jamais,
L'yieau qui passe sus l'moulein, ny 'r'passa jamais;
Les minutes, les heuthes, les jours, les anneaies,
Sont passeaies pour tréjous, jamais où n'les r'verreaies.

Ma chièthe petite Haoulouoge tans pus que j'tentends,
Tu m'fais erpensé est jours de mes jeunes ans,
Car à tout einstant tu m'dit,
Le temps se passe, la vie s'enfuit.

Georgie

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises