Les Pages Jèrriaises

Eune brachie d'bouons vièrs ditons et expressions

 

Nou-s-a publié touos les vièrs ditons Jèrriais dans bein des Bulletîns avaû l's années. Mais n'en r'véchîn eune braichie, dé ches ditons, et d'vielles expressions, tels qué nou l's avait donnés dans eune articl'ye sus "La Chronique" y'a pus d'eune trentaine d'années, et nou-s-a pensé qué v'là tchi vaut p't-êt' la peine dé r'produithe chenna, comme étant d'tchi întérêssant à r'liéthe eune aut' fais. Et les v'chîn, don, bigbichis, comme i' fûdrent publiés y'a si longtemps.

Nou dit qué pièrre tchi roule né ramâsse pon d'mousse, mais qué changement d'pâtuthes fait les vieaux gras. Et quand nou-s-a la tête souos l'aile nou n'a danme pon la brélue. Nou dit - Bête comme la jeunment Rabot tch'avalit san poulain et tchi riait d'sa bêtise, et pis étout - J'va d'fain et homme d'êtrain sont deux faillis annimaux. Chein tch'est du paîsson d'cliavé n'est qué d'la viope, et ch'est les tchèrouongnes tchi ruinnent les haûgards.

Faithe la leinsive à la tête d'un nègre est peine pèrdue, sans doute, et ch'est, ma fé, bête comme Jean Badgi du Di (Dicq) tchi faîthait des crêpes au Dgiâbl'ye. Ch'n'est pon la belle cage tchi nouôrrit l'ouaîthé, ni l'habit tchi fait l'mouaine, mais i' li'aîgue hardi, dgia. Ch'est l'ouaîthé tchi n'a qu'eune plieunme tchi vole lé mus, et ch'est les cordonnièrs tchi sont les piéthes caûchis.

Va vaie la fil'ye dé tan vaithin - si tu n'la vai l'sé tu la vèrras l'matîn. Coléthe dé peltas n'duthe pas. Les uns dithent, coléthe dé c'maille.... d'autres, coléthe dé puche....

I' y'a des gens qué nou peut dithe dé ieux tchi sont comme un por tchi n'fait du bein qu'auprès sa mort. Et y'en a d'aut's dé tchi nou dit tch'il' ont l'beurre touônné du côté d'la langue.

Dévant trouver à r'dithe i' faudrait saver faithe, et si nou n'lé sait pon i' faut s'taithe. Èrgardez d'près lé chein tchi n'rit janmais, et pis mêfi'-ous du chein tchi rit tréjous. Chein tchi n'a janmais 'té ni janmais né s'sa, ch'est un nid d'souothis dans l'ouothelle d'un cat.

I' y'a bein des bêtes tchi mangent du fain, mais acouo pus tchi mangent du pain. Lé Bouôn Dgieu n'donne pon pus d'laine à un mouton tch'i' n'peut porter. La puche à la main, lé galant n'est pas liain. L'yi du maître fait pus qu' ses deux mains. Les femmes et les pies ont hardi dé d'vis. Là où'est qu'un j'va s'rouôle i' reste tréjous du pé. Les pigeons n'juquent pon auve les corbîns. Janmais gaûchet n'fit bel êffet. Les lèrmes d'un veuvyi sont comme dé l'ieau dans un pangni. Les Malzards et les Hottons sont des fricacheurs dé crétons!

Quand nou connaît ses vaîssieaux nou n'a pon qu' faithe dé les m'suther. Les priéthes du sé né sont pon les cheinnes du matîn. Vielle fil'ye, vielle guénil'ye; vièr garçon, vièr couochon! N'cache pas les j'vaux tchi veurt, ni i' n'y'a pon comme sé sa c'mînse à laver. Nou vait tréjous l'bouôn c'min quand l'tchéthiot est vèrsé.

D'la brêque dg'hielle, d'la briche dé co et d'la figue dé tchian - ch'est toute la même chose. Châtchun a sa valeu, et l'cat a la sienne. I' n'faut pon pus d'maîtres qué d'grands mâts. Et i' n'faut pon mett' les cats marchands d'graisse, ni faithe lé cottin au vieau d'vant tch'i' n'sait v'nu.

Quand i' fait raide bé, nou dit qu' ch'est du temps à Jean Malzard - calme, caud et bieau solé. Ciel gavelé et fil'ye fardée sont deux bieautés bein vite pâssées.

Êprouver n'est pon tout faithe, mais faithe et dêfaithe garde les gens en travas.

En Jèrri, tch'as-tu? en Dgèrnésy, tch'es-tu? I' faut bein paître là où'est qu' nou-s-est fitchis. I' n'y'a vielle pouque tchi n'trouve sa liache.

I' n'faut pas dithe - fontaine, jé n'béthai pon d'tén ieau, et i' faut janne mouothi ou vièr souffri. I' marche bein tchi mène san j'va par la bride, mais i' n'y'a si bouôn tchithtchi tchi n'vèrse.

P'tite souothis n'est janmais morte souos gros tas. Tch'a quat' sou et pas d'dettes, nou peut dithe a plieine pouchette. Tchi trop haut monte èrdescend à sa honte, et tchi s'couoche auve les tchians s'èrlève auve des puches. Tchi trop embraiche mal êtreint. Tch'aime Bèrtram aime san tchian, mais tch'aime la moelle et la graisse né s'enrichit pas.

A rithe et à badinner nou n'sé câsse pon les dents. Tchi saithait les coups happ'thait les loups. Quand nou n'a pon chein qu' nou-s-aime i' faut aimer chein qu' nou-s-a. Quand nou-s-est au fond d'la baue (un mot d'l'Êst), i' n'faut pon l'crier ès ouaîsieaux. Les cheins tchi s'entré-veulent s'entré-valent. Lé malheur dé iun fait l'bonheur dé deux. La faim cache lé loup du bouais. Tchi prend un veuvyi a pot et tchulyi, et femme à vouos r'prochi. La peine est bouonne dé tchi nou-s-amende.

Reintchivaille qué nou connaît vaut mus qué reintchivaille qué nou n'connaît pas. Rein d'pus ordgilleux qu'un riche tch'a 'té dgeux. Ritha bein tchi ritha l'drein. Si la mé bouoillait i' y'éthait bein des paissons d'tchuits.

Des gens tchi sont entrinnés pouor êt' tréjous à la mode nou dit - Si ch'tait la mode i' portéthaient la coue d'la vielle trie sus lus tête. Si ou vouos assiévez dans l'bel janmais ou n'mont'tez dans l'êtchelle. S'i' y'a eune mauvaise brocque, ou crie la preunmiéthe. Si les femmes n'avaient pon pus d'malice qué l's hommes, i' n'pouôrraient pas vivre. Si l'rouai n'avait pon d'bieaux j'vaux, tchi'est qu'en éthait? Trop d'femmes et trop d'maiethons font l's hommes aller à r'tchulons, Tant duthe lé temps, tant duthe la fête.

Un dényi mal atchi en fait fondre mille. Un vièr chéva n'a pon bésoin d'un neu batchu. Vièrs amours et tîsons brûlés, en bein p'tit d'temps sont ralleunmés. Quand y'a eune bosse au baté y'a un creux dans la mé. P'tît couochon, grôsse pânnais; et p'tîte bârrîque, grôsse bonde.

Lé Bouôn Dgieu donne les provisions, et l'Dgiâbl'ye envyie les couqes. Ch'n'est pon aîsi à pliutchi un crapaud quand i' n'y'a pon dé g'veux d'ssus. Ch'est les cannes cratchies tchi duthent lé pus longtemps.

Si les couochons avaient d's ailes, i' vol'laient à l'abattoir. Ch'est dans les chiques et chiquetons qu' nou-s-êlève les pus bieaux garçons. Lé Dgiâbl'ye et l'monde sont couôthîns gèrmains.

Vièr denté, vièr entèrré. Les longs discours font les courts jours. Quand nou tue eune moûque à vèrs, il en veint sept ou huit à l'entèrrement. Vaut mus vivre en espéthance qué d'créver au m'sespé. Lé chein tch'êcorche est aussi piéthe qué l'chein tchi tue.

N'y'a pon d'fêtes sans lendemain. Quand i' fait fraid, des portes valent mus qu' des hèches. Les fos font les fricots, les sages les mangent. Tch'a faim et hàte (prononcé - fain-et-hâte) né saithait mangi honnêtement.

Jannèche tchi vil'ye et vieillèche tchi dort mènent à la mort. N'est pon êcappé tchi san lian traîne. Leune du sanm'di et fil'ye dé prêtre n'éthaient janmais deu être.

Les louanges dé sé-même et d'sa méthe né valent rein du tout. Pus nou-s-êtiboque la saleté, pus ou pu. A la mode tout est c'mode. Ch'est dans les p'tites boêtes tchi sont les bouons onguents, et dans les grandes les excellents. Ès grands maux, les grands r'mièdes.

Quand i' tchait d'la plyie à un mathiage, ch'est sîngne dé grattîn. I' faut qu' nou s'sente du mêtchi qu' nou mène. Tchi prend vaque prend vieau. I' n'y'a pon d'roses sans pitchets. Un bouôn pliaingnant vit chent ans. Pêtcheux n'a janmais mal au tchoeu d's pouque. Ch'est au fond qué l's êpices sont.

Quand l'Bouôn Dgieu envyie un poulain, il envyie un fagot d'fain. Tant pus d'prêsse, tant pus d'abus. Nou n'a rein sans peine, pon même l'ieau d'la fontaine.

Règl'ye duthe, mais dérègl'ye né duthe pas. S'i' n'y'avait pon d'rente à vendre n'y'en éthait pon d'acatée. N'faut pon s'fier sus les souliers des morts.

A janne souothis vièr cat. Eune souothis tchi n'a qu'un creux est bein vite attrapée. Lé tchian tchi va sans être învité èrveint sans dînner. Lé chein tchi n'a pon d'tête n'a pon qu' faithe dé chapé. Faute dé trépid, trais pièrres peuvent faithe. Lé chein tch'aime sa maiethon rapporte branque et tîthon. Ch'n'est pon atout du vinnaigre qué nou-s-attrape des moûques.

Hélas, y'en a acouo tout pliein, dé ches bouons vièrs ditons, des cheins qué nou fait sèrvi à St. Ou, d'aut's à Grouville, d'aut's à La Mouaie, à Faldou, à La Trinneté et par ailleurs. Mais dîthons, tout tristément, qué la grand' partie sont à ch't heu oubliés dé pus en pus et dévant bein d's années il' éthont tous dispathu comme lé restant des choses et traditions Jèrriaises.

 

FLM

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises