Les Pages Jèrriaises

Bouan Vent


Sus l'air dé "White Wings”

 

Bouan vent, et toutes les vailes déhors,
Not' schooner file rondement et fait d'neuf à dgiex noeuds
Bouan vent - qui nos ramène au port
Et condit les matelots pus près d'siez ieux.
Né v'là des mauves lé tou des mâts,
Jé sommes en veue d'la côte, nou vait les bliancs,
Allons! tout l'monde sus l'pont - Hourrah!
J'nos en allons vaie nos femmes et nos êfants.

Hey Ho - la côte est près,
L'vent souffl'ye dans l's agrès
Nos vailes sont gonfliées par la brise,
Les bords du schooner èrlisent
I' s'cante en fendant l'ieau,
Bouan vent - j'filons, j'filons tréjous
Et nos blianches vailes nos rappraichent dé siez nous.

Bouan vent, j'avons l'cap sus Jèrri,
Y'a partout d'la jouaie au r'tou des Terreneuvièrs;
Quand nou r'verra san vièr chendri
Et qu'nou s'ertrouvtha auve sa femme et ses avièrs­ -
Bouan vent, j'arrive, vai-tu nos mâts
En r'gardant par la f'nêtre du bord d'la mé?
Mé v'chîn, ma femme, ah, tend les bras,
Qué j't'embraiche joue sus joue, et d'même embraiche-mé.

Hey Ho - la côte est près,
L'vent souffl'ye dans l's agrès
Nos vailes sont gonfliées par la brise,
Les bords du schooner èrlisent
I' s'cante en fendant l'ieau,
Bouan vent - j'filons, j'filons tréjous
Et nos blianches vailes nos rappraichent dé siez nous.

 

Elie

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises