Les Pages Jèrriaises

Le Vrai et la Vraic'sie



Lé vrai

Ieune des pus importantes couôteunmes et ieune des pus împortantes otchupâtions d'la fèrméthie Jèrriaise avaû les siècl'yes a 'té la vraic'sie. Et l'temps pâssé y'avait hardi d'procès d'Cour entouor chu mêtchi, car les Seigneurs èrcliâmaient tels et tels drouaits et les fèrmièrs étout.

Ch'est un mêtchi tchi n'sé pèrd pon d'nouos jours, car nou peut probabliément dithe que nou vraique autant à ch't heu comme aut'fais, si pas pus. Faut penser qu' lé transport a fait chutte grand' difféthence. Les uns vont l'pêtchi acouothe en hèrnais à des bords, véthe, tchiques-uns ; mais quand nou pense ès grand' gabârrées d'huit abantchies ou pus d'nouos jours, v'là tchi s'comprend qué la vitesse en remporte et eune bouonne mathée d'vrai est bein vite clièrgie du pliein. Du point d'veue d'întéthêt nou fit un caltchul y'a deux'trais ans, et ch'est chennechîn : qué dans eune mathée seulement, tchi duthit à bein près eune sémaine (au mais d'août, 1952), i' dut y'aver 59,000 tonnieaux ou pus dé vrai d'pêtchi des grèves dé l'Île !

La pus grand' partie d'la vraic'sie s'fait sans doute sus deux'trais grèves : dé d'dans l'Pûlé et des Hâvres et des Grèves dé St. Ou, pis des Grèves dé St. Cliément et Grouville, d'La Mathe, à St. Martîn, et dans les Grèves dé la Ville.

Aut'fais nou faisait sèrvi l'vrai pouor plusieurs choses. Lé vrai sé 'tait c'mode comme fouaille, et la fouée d'vrai fournissait d'la chendre d'vrai comme engrais pouor les fronments et les pâtuthes. Cèrtaines gens faisaient même un mêtchi d'brûler du vrai pouor lé vendre ès uns ou ès autres. Nou faisait sèrvi du vrai sé pouor les paillasses dé liet étout, et cèrtaines pouôrres gens 1'tou des côtes tchi n'avaient ofûche qu'eune vaque ou deux en faisaient usage pouor du liet. Disons étout qué bein des fèrmes avaient ch' qué nou-s-appelait un aître â vrai où'est qu' nou fouôrrait bein des bannelées d'vrai sé comme fouaille pouor l'hivé et pouor la chendre. Lé tout temps pâssé étout nouos anchêtres faisaient du savon atout chutte précieuse chendre d'vrai.

Nou-s-a tréjous distîndgi entre lé vrai v'nu (ou vrai v'nant) et l'vrai scié ou vrai taillais. Et y'avait des jours fixés pouor les taillaisons contre l'èrnouvé et en êté. Y'avait deux saisons pouor ch'la. La cheinne du r'nouvé c'menchait à la preunmié grand' mé auprès la Cand'leu et duthait à bein près un mais, et la deuxième c'menchait l'tou d'la St. Jean jusqu'à la mié-août. Nou taillait dé solé l'vant à solé couochant, souos peine d'amende. Pouor tailli nou-s-avait des faûcillons à vrai.

Pis y'avait des sèrmentés appointés pouor donner les lots du vrai v'nu châque mathée.

lé mèr

lé mèr

Tout ch'la n'est pus, mais la louai existe acouo tchi n'pèrmet pon d' c'menchi à chèrgi d'vant l'mèr à sé, ni d'vraitchi l'dînmanche. Ches mèrs en fé sont fixés dans l'rotchi à bein des bords, et les vraitcheurs arrétent qué l'mèr capèle, quand la mé d'vale, dévant lus y mettre. Aut'fais étout, aussitôt qu' nou s'apèrchévait qué l'mèr as'tchait, nou criait "havo!". Quant ès taillaisons né v'là bein d's années qué v'là tchi n'sé fait pus comme dévant, mais nou-s-en viyait acouo tout d'même iun ou deux, à St. Ou, y'aller jusqu'à tchiques années d'vant la deuxième dgèrre.

La pêque du vrai s'faisait au baté, aussi bein qu'au hèrnais. Chu hèrnais, ou hèrnais à vrai, était l'pus souvent l'hèrnais à bannieaux ou l'hèrnais à êclon convèrti pouor la vraic'sie. Nou halait les bannieaux, ou les bèrchottes et l'êclon, et nou chipait l'bèr à vrai sus l'corps dé hèrnais. Les vraitcheurs tch'en faisaient un mêtchi sustout avaient un hèrnais pus ligi, auve lé bèr à vrai, qué nou-s-appelait un bachaud. Nou-s-en vait acouo tchitch'un d'ches'-chîn du côté des Landes ou d' L'Êta, à St. Ou.

Dé nouos jours la vraic'sie s'fait sans cérémonies et sans fêt'ties comme aut'fais. Car chaque saison - les touônnnies, les taillaisons, l'avoût, etc. - nou-s-avait des séthées siez l's uns siez l's autres (séthées d'grand' tchéthues, etc.), séthées d'ji et d'danse et d'chan' auve la musique dé chifournie ou d'violon. Nou faisait d'la galette à vrai pouor ches occasions au rotchi et dans les grèves - spécialité Jèrriaise faite atout d'la pâte lévée, corînthe ou raisîns, limon confit, chucre, beurre, molle graisse et muscade. Ah, qué ch'est là d'tchi bouon quand nou-s-a faim ! Mais, combein p'tit d'gens tch'en font à ch't heu !

Véthe, nou peut l'èrdithe, lé vrai est tout aussi précieux pouor graisse ès clios comme aut'fais, sustout pouor les tèrres des côtes, et pouor les hèrbes. Et, à part lé vrai vèrt, comme nou dit, acouo bein des chents tas d'vrai sé sont vendus au s'tembre châque année, partitchuliéthement pouor dans les fortes tèrres. Car y'a, comme tréjous, acouo des gens tch'en font un mêtchi, d'la sèqu'sie d'vrai - du côté d'La Pulente sustout et des Grèves dé S. Ouën.

Lé miyeu vrai est considéthé être lé collet, mais selon les tèrres et selon l's années i' peut êt' trop fraid pouor la récolte d'patates. I' s'y'en trouve hardi pus dans l'Ouêst, dé ch'tî-chîn, tandi qu lé vrai d'l'Êst est pûtôt du vrai taillais ou pliat vrai, ou du cracot, tch'est à peine si riche mais conveint mus selon les tèrres, car i' n'est pon si fraid. Y'a d'la cliaque (ou cliouque) étout, qué nou trouve dans les Grèves dé la Ville, et du tangon, du vrégîn, du lachet et d'la plîse (ou d'l'hèrbi ou du courtîn - parmi l'vrai considéthé inférieur. Et y'a du tout failli vrai, comme du crachet (pouor brûler dans l'âtre aut'fais), du fieillu, d'la chérise et d'l'ivraie.

Dévrai nou n'n êcrithait un livre, entouor lé vrai et la vraic'sie d'a ch't heu et du temps pâssé!

 

F. L. M.


Edmond Bliampid: Carte dé Noué
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises