Les Pages Jèrriaises

La St. Jean en Jèrri aut'fais

 

Parmi les vielles couôteunmes du temps pâssé y'en avait tch'étaient gardées à la St. Jean - lé 24 dé juîn. Ch'tait bein seux dé tchi hardi vyi, bein criabl'ye des temps païens. I' n'est pon aîsi dé saver tch'est tch'était l'originne d'un tas d'ches vielles crianches, car v'là tchi date dé l'année ieune ou même longtemps d'vant ch'la.

Pe't-être qué la couôteunme la mus connue était la cheinne dé cachi les mauvais esprits d'vant solé couochant lé jour dé la St. Jean. Nou cornait, déhors, dans eune "corne d'St. Jean" (tch'était eune corne d'boeu) ou même dans eune vlique (ou coharne). Tout un vaîsinné sé m'ttait à corner, et ch'tait un tintamarre dé dgiâtre. En faisant ch'la, nou cachait les mauvais esprits. Mais nou disait étout qué ch'tait pouor ramémouaither ès gens d'aller payi lus fèrmes et lus tèrres, comme nou dait l'faithe par la fîn du jour dé la St. Jean. I' pathaît qué d'nouos jours y'éthait acouo deux'trais fanmil'yes dans l'île tchi dêhalent eune coharne chu jour-là.

Lé jour dé la St. Jean nou gardait les vaques à l'êtabl'ye - pouor n'aver pas mauvaise chance. Ch'est à dithe, y'avait gentiment d'gens tchi faîthaient ch'la. Il est probabl'ye qué dans les touos vièrs temps ch'tait eune couôteunme unnivèrselle.

Nou-s-alleunmait étout des fouées à difféthents bords dans l'Île, mais sustout sus les hauteurs, et pis nou dansait à l'entou. Lé baithe n'y mantchait pon, sans doute! Ch'la, ch'est tout probabliément eune èrlique des temps païens quand nou-s-adorait l'solé dans l'haut d'l'êté.

Et pis dans châque vaîsinné, y'a chent chînquante ans ou pus, nou chouaîsissait eune janne fil'ye et nou l'assiévait en grand' cérémonie, dans ses falbalas d'êté, sus l'mitan d'eune filyie en d'dans dans ieune des maîsons. La filyie était bein décorée en d'ssus. Ches décorâtions 'taient sustout sus chein tchi s'appelait la mênagiéthe, en d'ssus d'la filyie - eune espèce dé couronne en ôsyi entouré d'morcieaux d'papi dé difféthentes couleurs ou flieurs artificielles, auve des p'tites roses dé papi en couleur tch'y pendaient étout, d'l'hèrbe d'St. Jean et autres flieurs secques comme d'la satinnette, des vèrges d'or, des coues dé r'nard, des tournésols, etc. La filyie r'était don toute fraîche flieuthie pouor lé jour dé la St. Jean, et châtchun allait faithe ses complyiments à la d'mouaîselle. Ou r'chévait ches hommages en silence. Et né v'là acouo, nou pense fiabliément, eune couôteunme tch'était d'originne païenne.

Chu jour-là dans la pâraisse dé St. Jean les pêtcheurs allaient lus bateler l'tou du rotchi en d'houors du hâvre d'Bouonne Niet tchi s'appelle Lé J'va Dgilliaume (qué nouos anciens prononçaient Dgiaûme, ou même Dgaûme). Chutte couôteunme né s'pèrdit qué tchique temps d'vant la Preunmié Dgèrre (1914-1918).
 

Faithe braithe les peîles

Clyiquez sus l'portrait pouor ouï la sonn'nie

 

Mais ieune des toutes spéciales vielles couôteunmes était chein tchi s'appelait "faithe braithe les peîles". Ch'la s'faisait lé jour dé d'vant la St. Jean, bein seux d'originne païenne étout, car nou disait acouo qué ch'tait pouor cachi les mauvais esprits. Un nombre d'pèrsonnes sé rencontrait et nou-s-empliait à maîntchi dg'ieau eune peîle (en pâlîn), souvent auve des vaissieaux ou autres affaithes en méta dans l'fond la peîle, tchiquefais même dé l'argentîn et d'l'argent'tie. Nou-s-entourait d'han lé r'bord dé la peîle, ou d'jontchet (tch'est d'tchi fort étout), et pis nou-s-attachait à chu han ou jontchet d'autres cordons d' ch'la étout, en travèrs dé la peîle. Nou mucrissait les cordons et pis les gens jouaient d'ssus auve lus mains. En faisant ch'la en vitesse, i' s'produisait dé fortes vibrâtions dans la peîle donnant un bein drôle dé son, sombre et barbare, sustout quand y'en avait eune douzaine à jouer en même temps dans un vaîsinné. Pouor faithe chutte "musique" acouo pus tèrribl'ye, d'autres dé la compangnie cornaient dans des cornes ou des coharnes, et chenna pouvait duther tchiques heuthes dé temps, ofûche toute la niet. Tout chla s'est pèrdu, étout, y'a eune chentaine d'années au mains.

 

Faithe braithe les peîles

Faithe braithe les peîles

 

La Faithe dé la St. Jean, fête à l'ouvèrt d'aut'fais dans la pâraisse dé St. Jean, avait lieu touos l's ans 1'24 dé juîn. Nou-s-appelait pathelle fête étout "un sonneux", car ch'tait eune fête dansante. (Mais y'avait tchiquefais des sonneurs étout dans l's aut' pâraisses, et pas pûtôt à la St. Jean. Acouo pus anciennement qu' chenna, y'a raison à craithe, y'avait ch' tchi s'appelait lé tinné - fête et rêvillon au grand air, au seizième siècl'ye et d'vant. Lé mot tinné veurt dithe du brit, tapage, tîntamarre, et rêjouissance. À St. Ou acouo d'nouos jours y'a eune pliaiche tch'est nommée L'Tinné, ou Lé Tinné (officiellement Le Tinel) - un tèrrain sus La Campangne. Et ch'tait là sans doute où'est qu' ches rêjouissances avaient lieu lé tout temps pâssé.)

Y'avait la couôteunme dé faithe du milk-é-pan'tch. Les jannes gens sustout (fil'yes et garçons) lus l'vaient d'bouôn matin lé jour dé la St. Jean, auprès mînniet du 23 d'juîn, et allaient traithe eune vaque ou deux, à la dêrobée, siez les vaîsîns. Ou, tchiquefais, même toutes les vaques, et pis quand les gens d'telle ou telle fèrme v'naient pouor les traithe à jeun - pas mouoyen d'lus haler d'lait! Et pis il s'estchîvaient ès poulaillèrs pouor des oeufs. Il' allaient lus tchiaûder et, pus tard dans la journée, il' ajouôtaient du rhonme au lait et vèrsaient ch'la sus l's oeufs d'battus et pis y m'ttaient du chucre et d'la muscade (ou cannelle), et v'là tchi faîsait l'milk-é-pan'tch. I' s'en rigalaient, lus tchoeu content. Mais tchuthieusement assez, du côté d'la Ville (St. Hélyi) et à l'entou la couôteunme était difféthente. Les gens allaient, habilyis en blianc, en grand' fête pouor saluer l'êté s'assiéthe dans les côtis dans La Vallée des Vaux et baithe du milk-é-pan'tch. Mais chla ch'tait lé preunmié dînmanche du mais d'mai, pas à la St. Jean.

Y'avait acouo d'autres couôteunmes obsèrvées à la St. Jean l'temps pâssé en Jèrri, mais n'en v'là tchitch'eunes tchi f'thont pouor mouontrer, comme dans tant d'aut' choses, comme tchi et combein qu'la vie Jèrriaise a changi.

 


FLM
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises