Les Pages Jèrriaises

L'Épitre de Saint Charlot
Ès Saint Luorenchais.

AIR : "Ça vous coupe la chique à quinze pas."

Ah ça, bouannes gens, écoutez un moment
Les vérités que j'vais vos dire,
Ch'est de qui comme nou n'entend pas souvent,
Le sujet n'est pas pour en rire.
Si je savais qu'ous en ririais,
Nen, je n'voudrais jenmais vos r'vais,
Mais je sis trop bein respecté
Pour qu'aucun d'vous me faiche d'ité.

La Charité, la Paix, et 1'Humilité
Ont tréjoux été ma devize,
Ch'est chein qui fait que j'sis si bein aimé,
Et qui va tant d'monde a 1'Eglise ;
I' y'en va tant qui n'y a pas d'run,
Pour y'en fouôré la maintii d'yun,
Ch'est comme des pommes à rôti
Et pour de mé j'en ai grand pitii.

Je vos ai tréjous donné de bouans avis,
Et je vos ai montré l'exemple,
Je sis content de vais qu'ou l's avez suivis,
Qu'ous êtes touos unis ensemble.
J'ai ram'né la paix parmi vous
Dès que je vos ai paslé a tous,
Il 'tait temps que j'fusse appointé,
Car tout érait bétôt culbuté.

Devant que j'fusse venu parmi vous
Ous étiez tréjous en dispute,
Mais acheteu je vous le d'mande à tous
Si je vos ai montré la route
De la paix et du vrai bonheur,
Tel que j'désire à frère ou à soeur ;
Et chein qui m'fait grand pliaisi
Ch'est qu'ou v'nez tous m'entendre prêchi.

Pour les menteurs je n'peux pas les souffri,
Ni les cheins qui sont malhonnêtes ;
Les orguilleux je n'peux pas envisagi,
Car i' sont pières que des bêtes.
I' vaudrait diex fais mus pour ieux
Joué unn' partie de quilles entre deux,
Ou à la bagatelle joué
A lus tout seu', ou bein avec mé.

Pas yun peut dire que j'lai picangni,
Ou que j'fais des r'proches à personne,
Ni pas même que j'aie cherchi à vengi,
Ni volé, ni fait d'tort à personne.
Je m'sis tréjous comporté
En bouan Chrétien et en honnêteté,
Je n'voudrais pas faire mal au coeu
A un êfant, comme dit ma bell' sśu.

Ou viyis bein que tout chein qui' y-ai d'êfants
Maiment et m'respectent tous comme un père,
Oui je crai qu'i' m'aiment ocquo pus qu'lus parents,
Vraiment je n'peux pas qu'y qu'faire;
Ch'est ma mine qui les charme tous,
J'ai l'air si bon, si saint et si doux,
J'n'ai pon d'orgui ni d'ambition,
Sinon pour le bein de la Nation.

Quand je s'rai dans l's Etats je lus montrerai
Comment administré l's affaires,
Et pour vos intérêts je m'combattrai,
Et d'fendrai les drouêts que vos pères
Ont seu gangni et conservé
Par l'influence d'hommes comme mé.
I' ya, longtemps qu'i' voudraient bein
M'avé dans l's Etats, ch'est bein certain.

Comme je crai bein que je s'rai mins Doyen
Dès qu'i` yéra une vacance,
Je travaill'ai sans cesse pour vot' bein,
Ergardez s'ou zavez de la chance
D'a.vé ieu un ouêzé comme mé,
Qui a la tête ruoge et le corps né.
Si le temps veint de vos quitté,
J'vos donn'rai de m's oeufs pour mettre à coué.

J.A.C

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises