Les Pages Jèrriaises

Mousieu Jean et san viquet

Quès qui vont dont faize à l'église?
L'avous entendu, mes bouonnes gens?
S'en vont-ti faize une bêtise!
Y s'en vont gâté tous les bancs.
La belle assembliais de paraisse,
Nou z'en a honte, a décidait
Qu'à l'av'nin, ne vos en dépliaise,
Aucun banc n'éza de viquet.

Mousieu Jean ès dans une rage!
Et chès que quand il ès mâri,
Y honne, y bouffe, et séménâge
Y ne faut pas l'êtiboqui.
Il a dit que de l'assembliais
Et de san vote y se moquait,
Et y s'en value rize au nais,
Car san banc éza un viquet.

Y n'est pas homme à avé peux,
Ni à se tenin pour battu;
Il est allait siez un fondeux
Pour un viquet de fé-fondu.
Pie, quand le Dinmanche vaindra,
A l'église il iza tout drait,
Et porteze dans un bissa
Sa litourgie et san viquet.

Un coup le viquet sue sa fiche,
Si quicun li dit maux-tu-fais,
Fût-ti surveillant, y s'en fiche,
Y li bâdra de ses chinq-dais,
Y veut bain faize de la plièche
Es Robins ou es Simonet,
Mais à toute sorte de lais flièche
Y veut lue frumé san viquet.

Fortune! Un jour quique pendloque
Quiéza des puches s'en veindra
Et s'asiéza sue san bouan clioque!
Y ne peut pas souffri chonna.
Qui s'en aillent à lue chapelle,
Chès creux-là sont bouans pour ditait;
V'nin à l'église, en v'là d'une belle!
Pour li, y li faut un viquet.

Mais il y a oquo une chance,
Car chacun de nous l'a peut vais
En déchiffrant la remontrance
Qu'il entrit le seize du mais.
Si un juge un petit-miot bégaud
S'écrie: "Mousieu Jean a bain fait,"
Où le verrais dansé en haut,
Car san banc éza un viquet.

L'Anmin Flippe
 
Nouvelle Chronique de Jersey 30/3/1867

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises