Les Pages Jèrriaises

L'Eglise de Saint-Hélier et ses travaux suspendus

L'Églyise Pârouaîssiale dé St. Hélyi
L'Églyise Pârouaîssiale dé St. Hélyi

 

I

Eh! mon doux, qu'est qué j'vait dans ma pouor' vielle Eglize?
Tout yiest ben sans d'sus d'sous, nou né s'y reconnais pus!
I faut qui yiait souffliai z-une infernale brize;
Nou n'y vait que débris et que restes confus!
Les gallies et les bancs et la noble viel' quaire
Sont touos bain qulbutais, sont con' en r'nonchascion.
Oh! ché n'est pus l'autel oué j'faisais ma prière
Oué je fu confirmai le jeu de l'Ascension.

II

Oh! tu n'est pus l'Eglize et subliesme et antique
Que je rêvérais tant dès mes pus tendres jours,
Quand tes arcs et ta nef et tan dosme gothique
Reszonnaient ès accents d'un enchantoeux discours.
Quand ma vielle Grand-Mère en m'faisant vais le anges
Ov lus ailes d'argent, sus lus biaux monueuments,
Me faisait entrevais le d'meuré des arc-anges,
Le trosn' des séraphins, l'autel du pur encens.

III

Dès mes pus tendres jours, tu lé sçai di men asme.
Dans ma bouan' vielle église en priant j'admirais
Les biaux p'tits chérubins ès pids de la bel' Dame.(*)
En marbre pur et blianc, que com' icoeux j'impliorais,
Bel esfant au coeur pur, au r'gard saint et supresme,
Tan vier cliochir est veuf, san choeur n'est que desbris,
Chest eun' tour de Basbel, chest un sinistre emblièsme
Des temples renversais que Jésus a descrits.

IV

Mortels, ne touchis pas à sa vielle structure,
Oh, respectez ses arcs, ses autels, ses lintaux:
L'histouaire a z-un fiellet dans san architecture.
Le poète et sa lyre en r'quillont les eschos.
Oui guia, je retrouv'rons souos ses votes normandes,
Souos sa tuile et s'nierrus, sus ses viers monueusments,
L'histouair' de nouot païs, sa glouëre et ses légendes;
Je les consacreron dans nos vers, dans nos chants.

V

Chest le temple oué jasdis v'naient s'agenouillir nos pères,
Chest le font du basteme oué jé fum's consacrais,
Chest l'austel oué l'Esvèque adressait ses prières
En r'chévant nos serments et nos voeux saints, sacrais,
Chest l'parvis d'oué pus tard l'ugnion matrimognielle
Montait comme l'enchens à l'autel de l'hymen:
Ch'tait là que dans la mort, funèbre et solennelle,
Sus l'coffin d'nos parents j'diszions l'dernier Amen.

VI

Laissons-le subsister... I r'couvre ben des chendres...
Des restes précioeux... Pierson y dort en paix!
Entouorons san tombé des souv'nirs les pus tendres,
C'hest l'Urne consacrai z-au vrai Mars de nouot pais.
Ne crains pas, vielle Eglize, tu seras triomphante,
J'eslevrons sans trunsser tes vitraux, tes austels!
L'Architecture est là, chest pour té qu'oulle esfante
Des dessins, de flieurons et des arcs immortels.

Oméga
29 Août 1864

(*) Le monument de Madame Durell, près de la chaire, chef-d'oeuvre de sculpture, d'un grand prix.

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises