Les Pages Jèrriaises

Les Moûques à Myi

Y'a des chents ans, les gens criyaient qu'les moûques à myi d'meuthaient dans des sociêtés auve des louais, gouvèrnées coumme des rouoyaumes par des rouais. Né v'là tchi 'tait fait sèrvi par les penseurs politiques coumme justificâtion du système monarchique et absolu d's hoummes, et eune léçon draite d'la natuthe contre les idées rêvolutionnaithes et démocratiques.

Né v'chin pouortchi qu'nou trouve dans l'Dictionnaithe les mots “lé péthe ès bourdons” ou “l'maître bourdon” pouor dêcrithe la moûque à myi la pus înmportante. Bein seu, s'i' y'a un rouoyaume siez les moûques à myi, y'a cèrtainement un rouai tch'est mâle. Nou n'considéthait dgéthe qu'un système matriarchique es'sait pôssibl'ye!

Mais au dgiêx-septième siècl'ye, un scientiste Hollandais tch'avait nom Swammerdam dêtèrminnit qu'lé “rouai” 'tait en véthité eune “reine” - et j'l'app'lons don achteu “la méthe ès moûques”, ou y'en a tchi disent “la vielle des bourdes”.

Y'a d'aut's crianches étout entouor les moûques à myi: par exempl'ye lé vièr diton nos dit qu' “un êssaim d'mai vaut eune vaque à lait”.

Nou criyait qu'i' fallait mett' eune néthe vouaile à couvri les rueûques quand l'maître d'la maîson pâssit l'pas, car autrément les moûques à myi meuthent étout.

Avant d'êss'mer, les moûques à myi 'taient s'posées dé dithe: Quand, quand, quand? Démain, démain, démain!

A l'êss'mage, nou faîthait eune grande sonn'nie dé paîles et d'bachîns pouor encouothagi les moûques à myi dé lus poser.

Nou dit qu'tchiquechose est doux coumme du myi, et les cheins tchi n'veulent pon sorti d'siez ieux quand i' fait fraid sont à rueûtchi coumme des moûques à myi.

eune bourde Les moûques à myi saûvages démeuthent dans des bourdonniéthes - dans des creux d'muthâle par exempl'ye. Mais les gardeurs d'moûques à myi font des rueûques dé pâlle (ou des boêtes en bouais achteu) dans tchi qu'nou prend les paûmés dé myi.

Avant l'înmportâtion d'chucre, lé myi 'tait bein înmportant pour radouochi l'mangi, et coumme èrmiède étout - il est antiseptique.

Et avant l'întroduction du cidre, nou faîthait des bouaîssons alcooliques auve lé myi - l'baûchet et l'vitoué. Ch'taient des fèrmentâtions d'myi mêlé auve dé l'ieau.

Les paûmés d'myi 'taient bein utiles étout pouor lé chithe dé bourdon qu'nou faîthait sèrvi pouor les chandelles, les chithêmes (sorte éd'empliâtre) et la chith'thie d'meubl'yes.

Aut'fais les jannes mathiés du Rouoyaume Unni soulaient v'nîn en Jèrri pouor lus leunes dé myi - et chenna pouor des raîsons dé taxe!

Geraint Jennings

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises