Les Pages Jèrriaises

L'Ségret d'rajeuni quand nou qu'menche à vieilli

(Trouvai par eun amateur Poëte).

 

Mé j'cré qu'l'ségret avai tai trouvai d'vant qu'jammais chu poete ichin fut nait, mais quand nous vait tchiq'chose sus eun papi nous lis dounne l'prix du marchi.

N'v'chin chein q'l'poete dits coaumme y l'descouvrit.

Il tait à ergardé par sa f'nêtre. Il admirait les biautés d'la nature. L'solait lisait dans toute sa grandeur. Justement l'heuthe du printemps s'n'allait sounné, la mort avait raigni et la ressurection allait qu'manchi, tout r'verdissai.

Y'vit eun p'tit baby à piétonnai sus eun bel bein chimentai, avec eun gazon à gauche et à droite de ly. A tchiques pis d'ly s'trouvait sa Antie. L'baby tai tout resjoui et sa tante étai coumme li. Oulle assimilai chin qui tai dans l'baby: toute sa jeunesse s'ertrouvi en yi. Et si par tchurieusitai ou ziavaites d'mandai tchi l' âge annièt, ou vous errait dit :- Chatchun pour sé, j'garde m'n'âge à mé, mais quand j'sis baisie à scrobbé et qu'j'veins à m'erlevé, j'sai bein tchi l'âge qu'jai.

Ou ruit eune balle au p'tit et toute sa jeunesse sertrouvit,

L'poëte tait à l'argardé. Y vit sen visage sespannit et la leçon se présenti d'vant ly. Il en fut tellement saisi qui dits. J'ai trouvait l'ségret : Sou voulais vos rajeuni, jouais avec un baby!

Eune voix ly dits : Esprouvezi quand tu sentiras tes maux t'empoigni!

Et s'n'esprit l'y r'vint à ly et y dits : Ch'est de tchi passagi. Chaque étape dans la vie n'peu pas être changie. Si yeun parais pus jeune q'san vaisin à côtait d'li, l'âge ly dit : Prend garde d'n pas menti car dans un moment tu peux te trouver sus eun lièt à soufri et l'docteu à t'soigni!

Mais l'poëte dits : Si tu veur t'rajeuni, joue avec eun baby.

Tache d'oubliyai qu't'es vi et esprouve à vais si tu peux desmenti chein q'l'poete a dit.

 

J. M.

 

Les Pages Jèrriaises