Les Pages Jèrriaises

La Natuthe

Les d'vis d'eune Pie


Ki ri-ki-ki
Ka-ra-ka-ka.


Chutte sémaine j'veurt vos pâler sérieusement, entouor la natuthe. La Pentecôte est horte et l'êté s'en veint à grands pas. Parmi les bouais n'y'a pas qu'l'orme tchi n'est pon tout à fait en fielle. Touos l's autres, lé tchêne, lé tilleul, lé peuplyi et l'blianc-bouais, lé chât'gni et l'chât'gni à j'vaux, lé fo, lé bouôlias, lé sycomore, lé frêne et l'baumyi, sont tous dêhalés. La naithe épime a flieuthi et la blianche au moment actuel est blianche.

Dans l'fossé lé rouoge coucou a fait s'n appathence et l'bliu coucou est passé. Sus la muthâle lé blianc coucou est dans sa primme.

des mèrgots Les g'zettes et les pipesolles étant finnies jusqu'à l'année tchi veint, lé pipot est dans sa glouaithe. I' n'faut pas oublier lé p'tit mèrgot, auve tchi qué l's êfants aut'fais faisaient des chaînes.

Les falaises sont dorées par lé geon et à bords ch'est un spectaclye dé vaie les gardîns d'la natuthe – la Cobohiéthe ou Mèrgot d'falaise, les Iliets d'Inde et les Blinets.

Châque gardîn a ieu ses violettes et ses tulipes et nou-s-est en train d'clièrgi les bordeuses pour plianter les flieurs d'êté – les dgeules dé lion, d'la quarantaine, etc.

Quant ès ouaisieaux, (j'sis bein ordgilleuse d'être membre d'eune telle grand' famille!) dé touos les côtés nou ouait lé chant d'ch'tî-chîn et l'cri d'ch'tî-là. Y'a d'la vie partout. Lé coucou spécialement, annonce sa présence auve san cri bein connu. Tch'est qui n'l'a pon entendu – cou-hou, cou-hou, t'es fou! La grive à sinne dé jeu révile lé pêtcheux pour aller vaie à ses cros au pliein. Au soleit couochant lé mêle sé vante en publyi en sûffliant comme si ch'tait un Wesleyen tchi “chante du tchoeu et d'la vouaix, au cantique chent nénante trais.”

Il est a noter qué l'tui-tui n'veint pas sinon en p'tit nombre. Aut'fais i' v'nait en mâsse, eune dgiexaine dé jours dévant l'coucou.

Lé long des côtes nou vait l's oeufs des mauves, des cormouothans, poffins, etc., à la veue d'l'yi.

J'vos dithais bein deux ou trais patholes pour lé chein tchi fut ès oeufs d'mauve iun d's autres jours au Creux d'Lôssé dans l'Nord. Il eut une telle peux qué j'espéthe qué v'là tch'i' li' apprendra eune léçon. I' drissit ava la falaise eune distance dé deux ou trais milles pids et mantchit bein dé s'tuer. Pour comblier tout, arrivé siez li, touos ses oeufs 'taient couis! Tchille êcrilleuse pour rein du tout! Jé n'm'en vais pas vos dithe san nom car ou n'lé connaisséthiez pas.

Y'a tout plein d'oeufs sus l'Ile Agouais, mais ch'n'est pas tout l'monde tchi voudraient y'aller; et pis, combein qu'y'en a tchi savent ouêqu'oulle est?

Enfin, tout l'ouaiselît a bâti à tigue dé corps. P'tit à p'tit les nids ont 'té arrangis. Pour dé mé j'peux dithe qué j'ai bâti comme d'habitude, mais ch'n'est pas pour couer car y'a tchiques années qu'jé n'ponds pus. Mais, comme lé genre humain tch'aime bein à s'vanter et à faithe des minnes, nous les ouaisieaux, j'aimons bein étou tchiquefais à patroniser l'ypocrisie, quoaqu'êtr doublye-faches n'est pon généralement iun d'nos caractéristiques.

Et don, acheteu qu'ou savez tch'est qu'ch'est qu'la natuthe, j'm'en vais vos pâler acouo pus sérieusement.

Jé n'sai pas trop comme tchi vos l'dithe car ch'est un sujet gentiment d'licat.

Ch'est chennechîn. Pour vos prouver qué l'êté est v'nu, en v'nant ou n'est pas liain, l'autre jour tchifit bé et caud, né v'chîn tch'est qué j'vit.

D'valant la Parade à méjeu auve un chapé d'pâle et chuchant un bâton d'chucre scandîn, lé Jean l'Mèrquand d'St. Louothains, et à l'office d'la Chronique, lé Chef, glace à la main et eune boutelle dé biéthe dé spruche. Lé même jour à St. Cliément, lé Joe L'Mâsuthi 'tait à bâtonner des tomates dans iun d'ses clios au Stchez, en blianche braie (tithant sus l'vèrt), à c'mînse et un rouoge mouoché l'tou du co. Un quatrième – lé Jean Du Va à êrachi des snîles et d's ortchiers dans l'clios au haut d'la Tchithiéthe, sans cauches et monté dans eune pétite pathe dé braies en khaki!

Et quand nou pense qué chennechîn ch'n'est qu'lé c'menchement. I' n'faut pas oublier qué dans tchiques sémaines les touristes s'en vont être à lus promener dans les difféthentes parties d'l'Ile ceingliés d'un mouoché et un bâton d'chour à la main. Mais y'a-t-î à s'en ravi, quand des gens comme j'vos ai nommé pus haut lus montrent l'exemplye?

Pas êtonnant qué nous ouait d'la bouoche des anciens – “hélas! support! pouorreté! mînséthe... à tch'est qu'j'allons dévni?”

J'ai ieu des nouvelles dé man photographyi. J'vos en dithai pus long dans ma préchaine articlye.

Marie
Les Chroniques de Jersey 26/5/1934

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises