Les Pages Jèrriaises

La Draine Rose dé l'Êté


Air : "The last rose of summer"­

des roses

Dé l'êté ch'est la draine rose
Tchi êpannît à sen tout seu;
Dé ses soeurs i' n'reste autchune chose,
I' sont toutes fanèes à ch't heu.
Il n'reste autchune fileur dé sa sorte,
I' n'y-a pas d'bouton auprès d'lli,
A sa couleu tchi sé rapporte,
Tchi à rend soupi pour soupi.

Jé n'té lerrai pas, belle rose,
Sus la branque seule à landgi;
D'autres belles la vie est cllose,
Auveu les autres va dormi.
Ainchin tes fieilles j'êparpille
Sus l'parterre par charitè,
Où'est qué l's autres dé ta famille
Sont couochies sans vie, sans biautè.

Aussi vite jé voudrais sière
Les anmins à tchi jé survis,
Et les cheins qu'un amour sincère
Dé biaux jours avait embellis.
Quand des tchoeurs vrais n'sont pus en vie,
D'ses amours qué nou porte l'deu,
Oh! tchi pouorrait aver envie
D'chu tristre monde à sen tout seu.

 

P. L.
sus les patholes dé Thomas Moore
1.3.1872

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises