Les Pages Jèrriaises

Saint Swithin


Quant y quait d'la plie l'quinze de Juillet,
Pour quarante jours après il en quait,
Si che n'est pas tout l'temps, ches par achies,
Touos les jours ou zêtes seux d'vais d'la plie,
Quand che ne s'theai que quique brins, yen tchierra,
Depis longtemps j'ai ermetchi chonna.
Et chest seux que nous zéthea d'la peine,
A sauvé coumme y faut, l'avaine.
Mais si l'quinze de Juillet est bain set,
Pour quarante jours y fethea ditai,
Chest certain que jusqu'à la fin d'Août,
Le temps séthea set et tout a fait doux,
Et nou peut conté que tout buonnement,
La moiesson se fethea facilement.

 

la plyie

 

Vèrsion modèrnîsée:

Quand i' tchait d'la plyie l'tchînze dé Juilet,
Pouor quarante jours auprès il en tchait,
Si ché n'est pas tout l'temps, ch'est par achies,
Touos les jours ous êtes seux d'vaie d'la plyie,
Quand ché né s'thait qué tchiques brîns, y'en tchèrra,
Dépis longtemps j'ai èrmètchi chonna.
Et ch'est seux qu'nou-s'étha d'la peine,
À sauver coumme i' faut, l'avaine.
Mais si l'tchînze dé Juilet est bein sé,
Pouor quarante jours i' f'tha dité,
Ch'est cèrtain qu'jusqu'à la fîn d'Août,
Le temps sétha sé et tout à fait doux,
Et nou peut compter qu'tout bouonnement,
La mouesson sé f'tha facilement.
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises