Les Pages Jèrriaises

La veue d'la Sente!

Mess Brée est un houmme avisè
Et un fermi prospèthe ètou.
Sus ses patates,
Et ses tomates,
Il a fait deux-trais sous, -
En amendant l'système usè
Qui servit bein à nos grands pèthes
Mais qui nos laisse driéthe!

Mess Brée, un jour, en r'gardant l'temps,
Avait la pus triste des mines.
Et ch'est bein vrai
Qu'i n'tait pon d'ghai.
La pl'yie en tchiyant fraide et fine
N'avait cessi d'tremper les gens;
La nièt v'nait vite et sans nul doute
Dans bein p'tit d'temps n'ou n'verrait goutte.

Mess Brée, enfin, en s'frottant l's'ièrs
Se dit: "Mon doux! Ch'est embêtant
J'avons un qu'min
Tout près d'ichin,
Assez êtrait mais bein passant.
Il y fait si bas touos l's'hivièrs
Qu'ch'est pon souvent qu'nou z'y'a passè
Sans capuchi monde ou fossè.

Mess Brée, en y pensant, s'disait:
"Y'a bein des gens, sans autchun doute,
Pathents, amins,
Ou bouans vêsins,
Qu'nou-z'aime à trouver sus sa route,
Mais ch'est sustout quand nou-z'y vait!
Car quand à tâtons nou s'en va
S'entre êcouochi, nou sentr' fait ma!"

Mess Brée, en continuant san d'vis,
Erprint: "Mais quand ch'est un ivrouogne
Qui s'en veint tchaie
Dans vos dghéthets
D'vant qu'ou z'éyiz peu vaie sa trouogne -
Ch'est un mio trop fort, m'est avis!
Passe occouo quand la lune êcliaithe
Mais à d'faut d'lyi faut d'autr' lumiéthe!"

Mess Brée alors s'mins à penser
Coumment qu'nou pouorrait bein s'y prendre
- Sans d'trop gros frais,
Entre deux trais,
Des siens qui voudraient bein s'entendre -
Pour, sus tchic sens, illuminer
Quand i' fait nièt et qu'il est tard,
Le qu'min qu'japp'lons la Sent'Maillard.

Mess Brée voulait permettre ès gens
D'passer, d'nièt, par la Sente Maillard,
Sans qu'y'eusse dangi
De s'y drotchi
Dans les bras d'tchic mauvais gaillard
Qui vos éthait touannè les sens;
Ou d'y rencontrer tout d'un coup
Une femme qu'ou n'aimez pas du tout!

Se fit Mess Brée, en y pensant:
"Si j'pendais ma lanterne au bouais
Qu'nou vait d'ichin,
Au bu du qu'min; -
Je n'sai si les gens en rithaient.
Che's'sait, enfin, tréjous autant.
Nou' n'verrait pon comme à mé-jeu -
Mais nou' s'sait occouo mus qu'ach'teu!"

Pourtant, tant pus que l'pouorr Mess Brée
Pensait à san plian d'lanterne
Tant mains, de vrai,
I' lis plaisait,
"J'l'allum'thais bein, en ch'qui m'concerne,
S'fit-i', au qu'mench'ment d'la séthèe
Et quant à la fourni d'chandelle
Ou n'me couôt'tait qu'une vétipelle;

Mais quand j'éthons squalle et tempête,
Au point que tout en dêfonç'ça,
Qu'chim'nèes tcherront,
Et qu'tuiles vol'lont; -
Notr' faill'yie lumiéthe, y'ou qu'ou' s'sa?
Je n'pouvons pas aver l'embête
D'êtr' tout l'temps à la rallumer -
Chaque fais que l'vent veint d'la soufflier!

Car pour tchitter grand'tchaithe, gâzettes,
Livres et coin d'feu et s'en aller,
Ov ses chabots,
Par mathes et bôe,
(Quand nou' s'sait bein mus à s'cauffer)
En pliein vent satchi d's'allumettes,
Pour r'êcliaithi un bu de qu'min
A chaque minute - eh, bein! Nannin!"

Mess Brée, enfin, abandonni
L'projet d'lanterne une fais pour toutes.
- Car les viers plians
N'font pus d'not' temps,
Mème en fait d'êcliaithi des routes! -
Et tout d'un coup, i' s'adounni
Qu'un nouvieau plian lis vint en tête
Un plian, ma foué! qui n'tait pas bête!

"J'ai, s'fit-i' l'êlectricitè
Alors, pourtchi n'pas s'en servi'?
Nou-z'y verra
Quand nou voudra!
Illuminons not' b'ut d'Jerry.
Je n'soummes pas d'autre au temps passè!
Nou n'ditha pus qu'les Grouvillais
Sont des vièrs arriéthès d'aut'fais."

Mess Brée ayant d'visè d'la sorte
En touchi l'mot à sa famille.
Toute la maison,
Coumme de raison,
En approuvi, disant qu'les filles
Et femmes, quand i' s'saient hortes,
N'éthaient pus d'même peux en passant
La Sente Maillard, en s'en r'venant!

Ou savez tch'est qu'ch'est qu'les nouvelles
V'là qu'est counnu dans un rein d'temps!
Toute la contrèe
Sut l'plian d'Mess Brée! -
Tout l'monde pathaissaient pus contents
D'êlectricitè que d'chandelles!
Même, d's'hoummes mathiès se promettaient
D's'y'en aller l'ser pour lièthe en paix!

Nou comprins bétôt qu'la pâraisse
L'yi-même en éthait du profit,
Grâce ès messieux
Qu'ont lus siez yeux
Là l'tou'; car ch'est un sain district!
Et touos ls'ans les touristes y laissent
Tout pliain d'hèrpins: - En l's'êcliaithant
Nou lus pliaisait, à ches bouannes gens!

Pis qu'les choses étaient coumme chonna
I' n'tait rein qu'juste, ou l'admettrez,
Que du couôtage
Y'eusse un partage;
Et qu'chatchun aidjisse à Mess Brée
Pour installer la lumiéthe là!
Et l'miyeu plian que nou trouvisse
Ch'tait qu'la pâraisse y contribuisse!

Nou-z'informi don l'Counnêtabl'ye,
(Ch'tait Moussieu Pepin) du projet
Et dès qui l'ouït,
I' convotchit
Une Assembliée pour le sujet;
Et li-même y'était favothabl'ye;
I' n'aimait pon quand l'temps 'tait bas
A s'êtrav'ler à touos les pas!

Le Dimanche, au sorti d'l'égl'yise,
Nou' vit qu'publication 'tait faite
Rédghuliéth'ment
Et légalement.
Et l'annonce 'tait sus la Gazette
Oùest qui nou' peut la liéthe à sa guise.
D'même l'Assembliée et san sujet
N'étaient pour personne un secret.

Coumme fait, nou'z'en d'visait partout,
D'l'illumin'ie d'la Sente Maillard,
Oùest qu'en hivé
I' fait si né!
J'n'en sis pon ravi, pour ma part,
Car en Jerry, nou' d'vise de tout,
Et j'sai' qu'par sièz nous et en ville
Nou' z'enviait les progrès d'Grouville.

Les siens qu'allaient à la Chapelle
'Taient bein contents d'penser qu'enfin
Les p'tits êfants
Et les vieilles gens,
Y verraient, dans chu vilain qu'min,
Même en d'faut d'lune ou d'faut d'êtelles,
Et n'couorraient pus, quand i' f'thait bas,
L'dangi d's'êtrav'ler à chaque pas.

Moussieu Pepin, le Connêtabl'ye,
Tint s'n'assemblièe, coumme i' conv'nait
Et expl'yitchit,
D'san mus, coumme tchi
Qu'Mess Brée y'avait dit qu'il avait
L'êlectricitè dans s'n'êtabl'ye.
Et qu'il 'tait prêt à ècliaithi
La Sente Maillard sans rein chergi.

Mais chose êtrange, y'eut des messieux,
Des Grouvillais, qui s'en n'taient v'nus
A l'assemblièe
Avec l'idèe,
Bein arrêtèe, d'faithe de lus mus
Pour mettre des bâtons dans les roeux.
I' n'voulaient ni lampe, ni lumiéthe;
Faut qu'nou tâtonne s'nou veurt lus pliaithe!

I's'fichaient bein des pouore's vieilles gens
Tchi vont à la Chapelle d'la Rocque
Matin et ser
Pour assister
Au tchulte. - "Si touos ches vièrs de droquent
Par n'y vaie pon, de temps en temps,
Tch'est qu'ilen est?" Dites me, en soumme,
Eche là d's'ardghuments pour des hoummes?

L'Recteu - faut lis dounner san droét,
Bieau qui s'sait St.-Ouennais d'naissance! -
I' dis et fit
Et il agit
Coumme un houmme, dans la circonstance;
I' veurs tous êgaux d'vant la loé,
Et ch'nèst pas li qui s'sait d'avis,
Pour pliaithe ès grands, d'faithe mal ès p'tits.

Ne f'chin don en deux-trais patholles
Chein qu'Moussieu L'Feuvre, par san nom,
Dis à l'égard
D'la Sente Maillard;
"N'faut pas mêprisi chein qu'est bon
A la Rocque y'a chapelle, êcole;
Les gens qu'y vont sont respectab'lyes;
J'vote pour, mé, Moussieu l'Connètabl'ye."

Mais y'a du monde qu'ont la tête duthe
Et n'se laissont pas persuader.
I' craient tréjous
Qui' savent mus qu'tous!
Et pustot que d'se contenter
Ils adoptéthont toutes les m'suthes
Pour empêchi lus adversaithe
D'aver la moindre p'tite victoéthe!

Ch'en fut justement d'même ichin. -
Les siens qui voulaient la lumiéthe
D'un coupl'ye d'vouaix
(A lus grande jouaie)
Gangnidrent le jour, sans par driéthes:-
Une lampe, pour êcliaithi le qu'min,
Par la pâraisse essait payie,
La veue, par Mess Brée s'sait fournie!

Des malcontents se mindrent en tête
Que chein qu'ils avaient d'mus à faithe
'Tait de qu'menchi
A r'dépichi
Ch'qu'avait 'tè fait pour la lumiéthe!
Y'avait moyen: Une grand' requête
Au Counnêtabl'ye fut env'yèe
Pour qu'i' tinsse une autre assembliée!

Et d'même, nou r'vait Moussieu Pepin
Mettr' s'n'affiche du mus qui peut
Et annoncer
Qu'Mardi au ser
Une autre assemblièe éthait lieu!
Car il 'tait obl'yigi d'la t'nin...
Et ne r'vélo nos Principaux
Qui s'y'en vont gaillards et dispos!

Nou z'avait fait l'tout d'châque canton,
Du Boulivot jusqu'ès Mathais
Du bord d'l'eglyse,
D'la rue d'Jutize,
De Fauvic, et d'la rue d'la Crouaix
Vercl'yût, Longueville et l'Câtillon
La Ville ès Ph'lippes, l'Carrefour au Clièrc
Nou l's'avait rêmoués - jannes et vièrs!

Les v'là don, derchéf, rassemblyès
Dans l'êcole (comme autant d'avièrs!)
Pour êcouter
Erdistchuter,
(Assis sus des bancs bein trop duèrs)
Des sujets déjà décidès!
Y'avait, ché n'tait pon un secret,
Contre la vueue... majoritè!

Mais au bieau mitan d'l'assembly'èe,
La distchussion allait tout l'temps,
Et l's'orateurs
'Taient pliens d'chaleur,
Quand se l'vant tout d'un coup d'san banc
Nou z'entendit le janne Mess Brèe
Disant, ma fingre! qu'che n'tait pon
La peine d'voter sus la tchestchon!

"Pis qu'i' y'en a qui n'voudraient pas
Qu'la pâraisse êcliaith'thait la ruette -
Et tch'est qu'en est?
Entre deux-trais
Nou' paiera d'sa propre pouchette
Et nou' n'prendra pon rein sus l'rât!
J'y verrons dans la Sente Maillard
Malgrè touos vous, mes vièrs gaillards!"

 

Elie
1911

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises