Les Pages Jèrriaises

Une Rétribution


Ach't'heu que la campagne est nue,
Qu'i' gna pus d'ombre ni d'abri,
Et qu'la verdure est disparue,
J'entends de touos côtés le cri:
“Les terres sont toutes rôties
Par l'ardeur du solet;
Les citernes sont épuchies,
Et les pits sont à sé."

“Le vent enlève la roûsée ;
Les tournopses ne lèvent pon
L'herbe dans les prés est brûlée;
Tout s'ra bétôt comme un créton!"
Ne v'la comme les gêns s'lamentent,
Quand veint contre l'avout,
Sans songi qu'la chaleu qu'i' r'sentent
Est due ès abat-tout !

Pour ne pâlé que du physique,­ -
Laissant de côté le moral,­ -
J'dis qu'ichin, comme en Amérique,
Abattre 1's arbres est un mal.
P'tit à p'tit le cllimat s'altère
Quand nou détruit les bois,
Car la nature est bain sévère
Quand nou-z-enfreint ses lois.

Le chain qui sans souci contemplle
Les fossés partout nivelés,
Verra bétôt pus d'un example
De cllos par la vent ruinés.
Tout est déjà méconnaissablle; -
Si l'vier Prynne ervenait,
I' dirait, d'un ton lamentablle,
“J'ne r'connais que l'châté!”

Par des pommes de terre heurives.
Les biaux viers bois sont remplliéchis;
I' gna pus d'meîlles ni de grives
A sufflie dans l'bas des côtis.
Au lieu d'soisiaux, au doux ramage,
Qu'nou-z-a tués sans remords,
J'avons les corbins du rivage
Qui vennent crié, Corps!

Si ch'fut la vengeance divine
Qui désoli les Quennevais,
J'érons une fière piquine
Pour avé détruit nos bosquets!
Quiqu' jeu, les mauv's de la Pulente,
Et les corbins de l'Eta,
Veindront annoncé la tourmente
Qui nouos englioutira !

 

J. de L'Ile
22 Juillet 1874

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises