Les Pages Jèrriaises

Le Vier Quesne et l'Buch'ron.


Woodman, spare that tree

un tchêne

Buch'ron, êpeigne chu Bouais là!
A auq'une de ses branques n'fais d'ma!
Dans ma jennesse i m'a abbrit'tai,
Et ach'teu je l'protég'geai.
Ch'tait la main de man grand péthe
Qui l'plianti, prês de sa chaumièthe,
Bucheux d'Bouais n'en 'apprêche pas,
Que ta grande hache n'y touche pas.

Chu bouan vier Bouais, le giant qu'nou-z'aime
A vaie sus terre et sus les louémes!
Et tu voudrais l'fliantchi par terre!
Casseux d'Bouais; quoique ta hache s'sait fine
N'touche pas à yune de ses rachines!
Oh! n'coppe pon chu Quesne, quoique vieux;
R'garde: ses branques dominent les cieux!

Quand un tout p'tit avé j'étais
A s'n'ombre gracieuse j'me r'fugiais
De toute la jouaie d'man quoeur:
Ichin, ètou, jouaient mes soeurs:
Ma mèthe m'embrachi là, j'sais bein!
Man vier péthe m'y serri la malin.
Oh pardonne chutte lerme ichin:
Mais que l'vier Quesne me bouge brin!

Les cordons d'man quoeur autou d'té
Sont liés aussi près que ta pé
Vier ammin! Ichin, i' chant'tont,
L's'ouaisieaux! Tes branques se courbezhont,
Vier Bouais! Tempète, orage, tu brav'zas!
- Bûch'ron! sors d'ichin à grand pas:
Tandis qu'j'ai une main pour l'sauver
Ta hache ne touch'cha pon à sa pé!

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises