Les Pages Jèrriaises

Ma Vielle Casaque.

la câsaque

Ma vielle câsaque ! j'en avous veu
Pus d'unn' sorte dé temps, nos deux,
Mais en viellissant tu'as changi d'couleu',
(Jé peux en dire autant dé mes qu'veux).
Quand jé t'achati - et y'ià d'chouuna
Tchinze ou vingt ans, à tchiq'chose près -
Tu faisais partie d'un raide bouan fâ',
Tout au complièt, ov veste et braies.

Ch'tait pour mettre lé Dimanche, bein entendu,
Ou pour jours dé fête - si l'temps était bé -
Ch'tait tout en sarge, et d'un biaû byiu,
Et fait à la mode, étout, jé cré.
Achet'eu quand j'té r'garde, ma pouôre vielle,
J'ai d'la peinne à craîre qué tu'as 'tait
Byiue coumme lé byiu dé l'arc-en-ciel,
Ou coumme nou vait là-haût un jour d'Etè.

Nulle part sus té jé n'peux trouver
Dé chu byiu-là la maîndre taque,
Tu'ès jaûne et verte, sans en douter,
Et grise étout, ma vielle câsaque !
Pourtant jé sis à m'n'aîse ov té sus l'dos,
Jé n'ai pon peux dé t'sali au travâs,
Mais nos gens né m'dounnent mie dé r'pos
Si j'n'en mets unn' autre quand j'entre ès r'pas.

Et vraîment jé m'rassouveins qu'unn' fais
Pour t'amender, vielle câsaque, i firent dé lus mus :
Il 'achatirent unn' poudre dans dé p'tits patchêts,
Unn' manière dé teinture pour té r'mettre b'yiue -
Et il 'en r'parirent - jé n'sais coumment -
Mais la câsaque fut teinte, et minse à sitchi,
Ch'tait p't'être par miracle, ou par accident,
Qué la job, ma fé, avait bein réussi !

Hélas, ta biaûtè n'a pon 'tait dé durèe,
Té r'vélà, vielle câsaque, tout-à fait sus ta fin,
Toute trillyie en d'vant, et pouchette dèsfoncèe,
Tu n'às pus d'attraits pour lé sexe féminin !
Ma pouôre vielle câsaque, té v'la condamnèe,
Jé te tchitte avec chagrin, jé t'en responds.
Mais dévant qué l'chiq'tchi né 'tait emportèe,
Jé saû'vrai au mains tes biaûs nier's boutons !

 

J. P.
1909

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises