Les Pages Jèrriaises

Tu dors accouo!


Tu dors accouo! j'en sis enmaïe,
Enorphantaïe!
Et lev'-tai don pour desjunai:
Devrai! devrai!

Tch'est-qu'les veizins peuv'nt pensai d'tai:
Car pour de mai,
J'érais grand honte et rouogirais
Qu'les gens l'seraient.

I'n't'en est d'rein, tu t'fich's du monde,
Et que nou t'gronde,
I'vaudrait mus paslai au bouais:
Nou perd sa vouaix.

Tu cach'ras vite à l'hopità,
Et che s'ra là
Qu'tu finiras ta vie, je t'dit.
Ah! ah! tu-en rit.

Devrai ch'est un' vraie hont' de gens
D'restai au liet;
Ch'est là l'travas des faineans.
Et tu les sieds.

Ouai-tu l'faucheux tchi dans les clios
Affil' sa faux,
Devant que la caleu seit l'vaïe,
A la rosaie?

Et grive et meslle dans les bouais
Font onï lus voix;
A sign' de jeu, au soleil l'vant,
Nou ouait lus chant.

Not' tchean Hector tchi bracte et ouasse -
J'ai bieau tai braire:
J'en sie enniaïe, car l'heure s'passe,
Et j'm'en vais traire.

Tu tai lev'ras quand tu voudras,
Et desjun'ras
A tan tout seu: ouai-tu, dormeux?
Dors, dors, piercheux!

A. A. L. G.

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises