Les Pages Jèrriaises

Touchetout


Man p'tit fréthe s'appelle Touchetout.
Ch'est un vilan p'tit aver ;
I' fouorre ses longs dés partout,
Et fait tréjous du minchèt.

Si peut prendre un grand couté,
I coppe les chaises et les tablyes;
Pour en faithe du bouais à feu.
Ch'est un démon încriyable!

Quand mémée eut l'dos touônné
I fut chèrchi un raseux,
Et du cat l' rasi l'pé ;
La pouorre bête nos fais'ait peux.

Si lés titheux sont ouverts,
I' va fouollyi parmi l'linge
I déshalle lés doubilyièrs
Eft dans l'feu fouorre les bringes.

Il attrapit d's allumettes,
Les ridjeaux i' mint à feu
Coppit ses braies en chitchettes­
Habillyit lé tchan en deu.

I' fut s'fouorré dans l'hôlouoge
Tch'est au haut d'la grand' montée
Quand v'là la patraque tchi bouoge
Tchillyant sus li dans l'allée!

Ch'est ma tante tchi l'a trouvé
Lé sang tchi coulait partout;
Tout à san long étrav'lé.
Oh! chut pouorre pétit Touchetout

Not' docteu 'tait si gêné
Qu'à l'hôpita, i' l'a porté ;
Not' mémée est om' d'séspé
Car oulle aime san p'tit avèr.

Not' maison est toute trantchille
Comme quand la mort a passé.
Si pouvait r'vénin d'la ville
Jé sommes prêts à l'pardonner.
 

F.M.H.

 

Vèrsion modèrnîsée:

Touchetout

Man p'tit fréthe s'appelle Touchetout.
I' fouôrre ses longs dés partout,
et fait tréjous du mêché.

S'i' peut prendre un grand couté,
i' cope les tchaîses et les tabl'yes;
pouor en faithe du bouais à feu.
Ch'est un démon încriyabl'ye!

Quand M'mèe eut l'dos touônné,
i' fut chèrchi un râseux,
et du cat i' râsit l'pé;
la pouôrre bête nos faîsait peux.

Si les titheurs sont ouvèrts,
i' va fouoilli parmi l'lînge,
i' dêhale les doublièrs,
et dans l'feu fouôrre les brînges.

Il attrapit d's alleunmettes,
les ridgieaux i' mînt à feu,
copit ses braies en chitchettes ‧
habilyit lé tchian en deu.

I' fut s'fouôrrer dans l'hôlouoge
tch'est au haut d'la grande montée;
quand v'là la patraque tchi bouoge,
tchilyant sus li dans l'allée!

Ch'est ma tante tchi l'a trouvé,
lé sang tchi coulait partout;
tout à san long êtrav'lé.
Oh! chu pouôrre pétit Touchetout!

Not' docteu 'tait si gêné,
qu'à l'hôpita, i' l'a porté ;
Not' M'mèe est au m'sespé
car oulle aime san p'tit avé.

Not' maîson est toute trantchil'ye,
comme quand la mort a pâssé.
S'i' pouvait r'vénîn d'la ville,
jé sommes prêts à l'pardonner.


 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises