Les Pages Jèrriaises

Les longues patouoilles dé robes

Le temps passé, nou s'battait pour les dammes,
Et nou montrait que nou l's'avait dans l'coeur,
Mais pour ach'teu, nou n'a que d'la fraideur
Dès qu'i' s'agit des filles ou des femmes!
Pour quant à mé, j'vais prendre lus parti,
Que nou-z-en saute ou qu'nou-z-en danse,
Je n'peux pus garder le silence
Quand j'vai le maux qu'la mode fait souffri.

J'voudrais lus vais un habit confortable, -
Car pour ach'teu, lus rob's ont d'longs gueudrins
Qui n'servent qu'à pêqui l'pité des qu'mins,
Et quant i' pleut lus état est pitiable;
Ch'est à deux mains qu'nou les vait se r'troussé,
Et pis donc ch'est crotte et éclaque!
Dans lus longs gueudrins tout s'ransaque,
Hélas! nouos gens, jusqu'au musque d'pavé!

Quand i' fait sé, ch'est ocquo guiêx fais pière!
Touos ches biaux flowns et ches longs cotillons
Dans mains d'deux jours sont comme des torchons!
V'la qui traignoll' si bein dans la poussière
Qu'ils en sont gris comm' des sacs à pannais!
Et s'les hardell's sortent deux heures
I' n'rapportent qu'un mouochai d'lueures
Que nou clutrait facil'ment ès parés!

Pour quand i' vénte, holas! qui peut décrire
Touos les p'tis soins, la peine et l'embarras
Qu'ill' ont pour t'nint lus cotillons à bas!
J'ai veu des gents en éclatté de rire,
Mais s'il' avaient un esprit bein sensé,
I' prieraient cheux qui font les modes
De raccourchir un mio les robes
Pour qu'i' n's'raient pus des patouill's à pavé!

Car, pour tout dir', qu'la rob' sait grise ou brune,
Tandis qu'les femm's éront d'si longs habits,
Nou les verra, d'la tête au but des pids,
Arrangi's comm' deux oeus et une prune!
Il ien a meme à qui d'biau satin sert
A muchi d'viell's cauches perchies
Et par la salté tout's jaunies!
Ch'est quand i' pleut qu'ch'la veint à découvert -

Nou s' est moqui des femmes d'l'Amérique
Mais j'lus montrons, malgré tout notre esprit,
Que j' aimons mûx souffri l'joug tyrannique
D'un' mode absurde et qu'nou hait dans san coeur,
Que d'faire un chang'ment raisonnable
Qui mettrait tout l'monde confortable. -
Quans à mé, j'dis: Vive Missis Bloomer!

Jérôme de l'Ile
St.-Hélier, 22 Déc. 1851

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises