Les Pages Jèrriaises

Ch'est Tout d'même Vrai: n'y'a qu'la Foué qui Sauve

J'en avons r'pathé d'eunne belle! J'attendaimes le Docteu ov ses ôtis pour faithe l'opethation. L'Trolly a Brophy 'tait à la porte ove de l'êstrain dans l'fond, et tout 'tait prêt: blanquettes, lincheurs, eunne poutchie d'rabotins pour met' souos sa tête, et tout l'bataclian, cordes, loulies, etc. pour d'sendre Laizé par la f'nêtre - la montée est un mio êstrette. Je v'nais d'fini de dèsjeunné, Lonore avait r'pathé la vaisselle, et ou'l 'tait a êscoué l'doublyi par la f'nêtre, coumme sa méthe y'avait montré, pour dounné les miettes ès p'tis ouèsieaux. Les tchaises, le mitheux, les portraits, l'tapis, avait 'té ôtés, pour rempliéchi cheunna par la tablye en sappe et tchiq' pouques a guano sus l'aithe. Ch'tait mé qu'avais imaginé chu chang'ment la, pour que l'docteu visse coumme j'taimes pauvres et que j'n'avaimes pas les moyens d'payi eunne grosse bille.

Hé bin! J'tais a feumme eunne pipe, les gambes allougnyis sus les pids du liet a Laizé, pour lis t'nin compagnyi, et j'liésais la gazette du jour, quand tout d'un coup tchiqchose frappe me'n attention. Ch'tait l'annonce d'un nouvieau Docteu qui d'meuthe du bord de Faldou: un nom êstrangi, qu'nou prononce en êsternuant deux fais, et qui s'disait aufait a r'faithe les gens malades par la foué.

D'un bond j'fut sus pid a chatchi Laizé pour la rêsvillyi. Gas! j'lis dit: êscoute cheun'chin! et j'lis lu l'annonce, bin haut, car la fievre d'sa gambe y'a monté dans l'ouies, et ou oué diversement haut. Etre d'géthie par la foué!sans opéthation, sans boutelles, sans ongent! V'la notr' afaithe! Car tu'en as, d'la foué, ma Laizé! J'tai entendu en paslé assez souvent.

Y'a betot huit jours de cheunna. Quand l'docteu arrivi ov san pagas a ôtis, j'le renvyi bin vite siez li en lis disant qu'j'avaimes changi d'docteu (il eut l'air contrarié, et éthait voulu c'menchi a d'visé; mais j'lis freummi la porte au nez). J'renvyi étout l'trolly ês êstablyes: et j'm'en fut à Saint Martin par la preumié 'bus.

Y'a bétot huit jours de cheunna, et 'ous né r'counaîtréthaîtes pon la game a ma femme - j'en r'vins pas mé mQme. L'Docteu d'Faldou vint touos les matins, dêsjeunne avec mé et Lonore, et pis j'entrons tous ensembye dans la chambre. L'Docteu ôte sa casaque, r'trousse ses manches, passe s main deus-très fais dans ses g'veux, torche san nez, tousse, et pis s'assied sus eunne tchaise ès pids du liet. I' met eunne main sus l'ma, l'autre sus la tête a Laizé, freumme ses yeux, pinche les lévres, tchille san front, et n'dit mot pour eunne demi-euthe. Mais sa foué travalle qu'la tchaise en craule!

La fache lis vint pourpre, ses levres ritounnent, san nez r'mus du but, et i' s'met a tremblié d'pis l'coupé d'la tête jusqu'a ses s'melles de bottes! Et i' sue! Lonore n'fait aut' chose que d'lis êssuyé la fache - car i' n'faut pas qui bouoge ses mains eunne seule fais tandi qu'la foué travâlle. Et tandi qu'v'la tchi duthe, Laizé - ch'est l's ordres du docteu - rassemblye toute sa foué eun un seul lot; et murmuthe: "J'n'ai pas fort de ma: j'n'ai pas ma entou: j'sis djéthie: j'n'ai pas 'té malade: j'sis all right: j'pouorais marchi si j'voulais: j'ai la foué: j'ai hardi d'foué: j'ai pus d'foué qui n'en faut pour rêsmoué des montannes."

Touos les jours l'docteu vint, et touos les jours je r'quémanchons la comédie. Ch'est au sien qu'etha l'pus d'foué, d'Laizé, d'Lonore, ou d'mé; et, aussi vrai coumme j'vos l'dit, chutte gambe là r'sétha par les c'mains d'vant long. Oquo tchinze jours de foué et j'rethai ma Cook!

Et l'pus bé du fonne, ch'est que j'n'éthai pas grand sous a dêsbouré. Quand j'lis d'mandi, a chu docteu qui r'sourd nou n'sait d'iou, combin qui s'n'allait m'chergi: i' m'rèspounni "J'men rapporte a vous!"

I' s'en rapporte a mé! Ah, l'pouore ignouoth... j'veur dithe, chu chier docteu. J'pens'ai souvent en li.


Piteur Pain
29/10/1913

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises