Les Pages Jèrriaises

Une histouèthe de djèrre.

Pûs d'à trente-trais chents milles d'Australie s'trouve un p'tit pays à ben près grand comme Jerri. Comme j'ai d'mes gens tch'y font partie d's'habitants j'me sis tréjous gardé au couothant des principaux êvenements en prenant le pût grand papi du pays. Les siens tch'y n'en ont jamais sorti disent que ch'est l'pûs biau pays du monde, et les siens tch'ont viagi n'peuvent pas les démenti.

L'pays est divisé en douze tribus, onze petites et une grande. Chaque tribu a san chef, mais y'a deux grands principaux chefs. Y'un soigne pour si v'nait tchique enn'min attachi l'ile; y soigne des canons. L'autre grand chef, un homme ben intelligent, soigne des affaithes civiles et politiques.

Dans la tribu principale y'a un espèce d'amphithéatre ouêsque le grand chef civil a une longue tablye ou êtablyie. Y s'assiet au mitan, et y'a six des principaux chefs à sa gauche et six à sa drouaite touos habillyies avec des rouoges robes. La robe du grand chef est difféthente des autres, car oulle a un large collet en espèce de crémmouësi, de tchi qui couôte ben chi. Si yun d's'habitants d'l'ile a commint un fort d'lit y faut tch'y s'présente d'vant l'y et les douze chefs pour être jugi innocent ou coupablye. L'attchusé a l'drouait d'chouêsi yun des pr'incipaux du peuplye, homme ben instruit et versé,darts les louâix du pays, pour d'fendre sa cause. L'moussieu chouêsi chippe tout-d'suite un nier bianchet et d'fend la cause d'san client. Nous en ramasse tréjous yun tch'a la langue ben pendue et tch'y pâsle jusqu'à tch'il en veint hors d'halleine, disant qu'san client est tout-à-fait innocent chein tch'il est attchusé comme un êfant tch'y veint d'nâitre, et qu'si par chance il est trouvé coupablye les juges peuvent être asseûthés tch'il a commint la faute innocemment.

Y'a étout des Seigneurs dans l'île. Quand un homme ou une femme meurt sans êfants le Seigneur veint et dit tch'y prend la propriété pour trais chents souësante-chinq jours, mais tchiquefais, en l'payant, nou peut réussi à l'cachi.

Ouand yun des chefs tch'y siègent à la tablye veint à mouothi nou l'enterre, et après y'a d's'annonces partout l'pays disant tchi faut tch'y s'sait rempliéchi. Et un jour les onze grands chefs mettent lus rouoges robes et s'assievent à la tablye avec le chef suprême assis dans l'mitan dans un grand fauteuil, et décident et chouêssisent le jour que l'combat étha yeu. Si y'a deux candidats y faut qu'la djerre finisse dans un jour.

Si y' a deux contchuthants y prépathent luûs armées pour le grand jour. Y faut que l'sien tch'êprouve s'sait natif de l'ile, tch'y n'ait pas commint autchun crime et n'ait pas tait en prison ni subit autchune condamnation. Etou y fau tch'y s'sait propriêthaithe, et tch'il ait d'la vouâix.

Dans chu pays-là y'a tchique temps yun des douze chefs mouothit et y fallut l'rempliéchi. Un grand Seigneur tch'y tait chef d'une tribu et tch'avait un grand châté situé au mitan d'une grande forêt et entouré d'la mé, dit: "J'veur la rouoge robe!" Et un autre tch'y tait chef d'une tribu dit: "J'la veur étou, mé. J'ai déja êprouvé une fais et j'sis ben dêterminé d'l'avé chu coup!"

Le tchinze de Janvi avait tait chouêsi pour la bataille. Le jour arrivé, les deux chefs réunithent lûs armées, et l'conflyit duthit d'pis le l'vant du solé jusqu'à ben tard dans la séthée. Y portaient l's'invalides et l's'estropiés dans des vétuthes, et y'en avait qu'si l'docteu l's'avait veus il éthait did tch'ils 'taient "mouothant." Y'avait un va et veint terriblye. La bataille finissait tréjous dans l'centre d'la grande tribu, et l'peuplye des onze autres tribus v'naient vais les deux dernièthes armées fini la djerre. Le chef de la tribu de Saint Jean, tch'y combattait contre le grand Seigneur, d'meuthait dans une grand'maison tchi s'app'lait "Neu Châté," et l'entrée tait gardée par des lions. D'vier deux heuthes l'arlevée l'armée du grand Seigneur 'tait à chent chinquante-deux marches du "Neu Châté." Les lions s'mintes à grinchi des dents et l's'enn'mins qu'menchîtes à avé peux. Plusieurs des tribus avaient déjà envié du s'cours au chef d'la tribu d'Saint Jean, yunne trente-sept combattants, une autre vingt-huit, une autre septante-six, une autre nonante-neuf, une autre chent-cinquante-six, et sa tribu l'y fournit trais chents souësante soudards. L'armée du Grand Seigneur battit en r'traite et s'n'allit au s'cour d'une autre de lûs armées tchi 'tait en diffichulté dans la principale tribu, et tch'avait combattu toute la journée contre un enn'min acharné tch'y touotes les heuthes gagnait sûs yeux.

Entre six et sept heuthes du sé l'combat s'renforchit, et les siens tch'avaient d'la propriêté mais pas d'êfants s'mintes à dithe: "Faut deshallé, car si l'Seigneur gagne, quand j'mouôrrons y veîndra gaffé not' propriêté et touôné les sens à nos gens."

Dans les sept heuthes le combat finit. L'armée du grand Seigneur n'en pouvait pûs. Y 'taient battué! Y contites lûs soudards et trouvites que l'chef d'la tribu d'Saint Jean avait chinq chents huiptante-neuf combattants vivants d'pûs que l'grand Seigneur. Et un grand du peuplye dêcliathit qu'la victouëthe 'tait au chef de Saint Jean. Le grand Seigneur montit sûs un balcon et dit "J'sîs battu! Trais hourras pour le vaintcheur! Et l'chef d'la tribu d'Saint Jean montit étout, r'merciyit les siens tch'y y' avaient aidji et dit: "Trais hourras pour le perdant!" Et sûs chonna la grande foule du peulye s'en fut châtchun dans sa tribu.

Trais jours après l'vaintcheur se présentit d'vant l'grand chef et les onze à la tablye pour être r'vêtu d'la rouoge robe et dêcliathé yun des douze principaux chefs de l'île. L'amphithéatre 'tait remplyi d'une foule de monde et touotes les tribus. Les uns y'étaient par tchuthiôsité d'autres par sympathie. Y'en avait tch'avaient mal au tchoeu et d'autres tch'y 'taient contents. Le grand chef d'mandit pour les rapports d'la grand' bataille, et après chonna un ancien des principaux du peuplye tch'y 'tait général du Rouë, se l'vit, et d'une forte vouâix ordonnit qu'nou minse la robe au chef de Saint Jean. L'grand chef l'y dit de l'vé sa main drouaite, et l'fit juthé tch'y gardethait l'serment tch'y s'n'allait prononcé, un serment magnifique et solennel tch'ils ont dans chu p'tit pays-là.

Après chonna y s'n'allit châtchi d'main avec le grand chef et ses onze collègues et s'en fut prendre sa plièche à la tablye. Le grand chef le félicitit d'sa victouëthe, pour ses services rendu à sa tribu, et à l'île, et l'y à san tou r'merciyit l'chef pour ses r'merques et promint tch'y f'thait d'san mûs pour accomplyij l'serment tch'y v'nait d'prendre. San discours fini, il invitit tout l'monde à d'scendre à-bas dans la salle à mangi, prendre des rafrâichissements, et pas une âme ne dit nânin.

Et ch'est d'même que finit ch't'incident si intêrêssant pour les siens tch'ont d'lûs gens faisant partie d's'habitants de chutte p'tite île. Y faut ajouôté qu'y'a quatre gâzettes ou papiers dans l'île, yun du matin, l'autre du sé, yun tch'est publyié l'mêrcredi et l'samedi. Dans ch't'îchin y'a souvent du jerriais, viyant qu'y'a plusieurs Jerriais dans l'île. Le quatrième papi est publyié l'vendredi, et tchique fais y'a étou du jerriais d'dans. Y pathait qu'l'éditeu peu pâslé et êcrithe le jerriais aussi ben qu'autchun natif de l'île, et les siens tch'ont fouôillyi dans l'antitchité veulent dithe tch'il est d'scendant d'Saint Pierre.

Tch'q'jousr après yeun qu'avait tait Capitaine dans l'armée du grand Seigneur, rencontri eun homme desja âgi dans yeune des p'tites tribus, et l'y paslit d'la bordée du 15 de Janvi, et lis dit: la bordée, ès passais j'sai bein q'vous et vote fis taites dans l'armais des gangnants. Allons! voyons! dites mé votre opinion, comment q'je vimmes aver une telle desfaite? Notre Seigneur est eun homme intelligent, instrui, et qu'a viagi, et qui peu paslé. L'bouen q'emchon hâlit un long soupir, et dis: Escoutais q'emchon par bein paslé. Quand j'tais mousse j' avais un' viel tante qui vendai des pirots dans l'marchi, y'avait accôtait d'yi un'femme qui vendait des perrots. Un mousieu passi et dis à ma tante, ergardais missis com chez perrots la palle bein, vos pirots n'disent mo. La boen femme responni: Y n'en pense pas mains. Faites en lapliycation. "Au sujet des mérites." Notre homme à q'menchi au bas d'lestchel, et à pour pus d'vingt ans biétchinait les souyais du public et fourni s'en biétchin et monté d'broc en broc, y n'avait pas qu'eune broc ou deux pour arivé au haut d'lestchel, j'crai q'chtait note d'vé d'ly poussé. En 'homme raisonnable' dit'mé: Prins tous d'avis quant t'y fut eslu, quand l'grand chef l'ermercyi pous ses services rendus à sa tribu, et à l'ille, et l'féliciti pour sa grande victhore, l'grand chef dité, yen à qui voudrais dithe q'notre administration est surannée; chonchin n'y sent pas fort, après une telle escrasante majoritait, v'la qui môtre q'l'peuple à paslait. Mai trésieme ermmerque: Ennerchié et prennais bein avis q'les siens qui sont l'pus pour la despense, sont souvent les siens q'ont q'menchit par l'haut d'lestchel, et l'peuple q'manche à l'vais; ya pas d'esconomie, les sou sont gaspiyie par nos hommes d'estat. Ya tchi'q'temps à eune séance yi fut tchestion d'bâti eune estable à vâque et des cottes à quochons à yun d'nos grands establiésements. L'Pépais lus dits m'esfants si j'continuons dans chute voie ichin, j'nos iront tous à Grouville. Heuthereusement q'la chose neut pas lieu car les siens qui dormais en lus réeviyans pour dithe même opinion. Tchi surprinse! d's'trouvé dans eun parreil home. Y'dithais nos gens s'en vous être gennais pour nous.

J'vos garantis q' si nou pouvait faithe ervenin Jerémie la premiê chose q'f'rait y prendrai eune pieume et d'la rouge encre et escrirai sus la porte d'la trésorrie: Icabod "Ta gloire es passée" et bétot y faudra q'tu prenne le sang des habitants pour té gardé en vie. Après chonna y crirai par toutes les tribus. Prenez, prenez vite la route d'lesconomie, ou bein vous, ou vos esfanté verronts vos propriétais réduite à la voirie. Et es jeune gens y dirait reduizais vos dances d'nonante du chant, et votre breuillie d'cigarette ou bein ou tomberais dans l'abime d'minsère; on d'vaindrais hidjoes et i'rais mendiant votre pain d'maison en maison. Et ès commerçants y dithai s'ou n'chitais pas vos crédits ou marcherais bétôt nué pis.

Et Jerémie s'mettrai à pieuré et diraith: Es siens qu'ont bein économisait: j'vos piens m's'enfants l'temps vint q'toutes vos esconomie yront à main't'nait tout chu monde lâ, et vos jours es'sont abrégis d'vais toutes ces choses-la. L'estrangi dit au bouen homme n'en vla assez, p'têtre q'la préchaine bordais j'sont dans là même armée.

J.M.

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises