Les Pages Jèrriaises

Les D'vis du Bouan'homme George

"Bon! Ch'est té Pièrre! J'criyais qu'tu 'tait si embarrassé à r'graie ta cache qué tu n'avais pon l'temps d'êt' à t'prom'ner par les c'mîns!" j'dis à Pièrre Touzé, tch'arrivit comme Mêrayeu 'tait à laver les vaissieaux hièr au sé.

"Eh bein, man vièr anmîn," i' m'dît: "Tu sai bein qué j'veins tréjous t'vaie quant i' m'veint eune idée dans la tête. J'ai ouï qué j'peux empreunter un tas d'sou d's'Etats et bâti des maiethons dans mes landes en d'sus du Pûlé. J'ai pensé qu'ch'est eune bouanne idée. J'y f'thais des sou, valet!"

"Mais, Mess Touzé," lî dît Mêrayeu: "Pourtchi empreunter des sou d's'Etats? Ou-s en avez tout pliein d'muchis dans la vielle cauche sus l'haut d'la couochette!"

"Vethe, Missis d'la Forge," Pièrre lî rêponnit: "Mais pourtchi faithe sèrvi mes sou quand l's'Etats veulent m'en prêter? Dépis qu'j'avons des Mêssieux tchi dêpensent nos sou comme des êcalles, aussîn bein en prendre avantage et en gober un lopîn sé-mème! Tout s'en va renchiéthi à m'suthe qué l'temps va, - lé bâtissage dé maiethons comme tout aut'chose, - dépis qu'des soufflieux d'tripes veinnent tréjous d'Angliéterre faithe nos travailleurs démander pus d'gages pour la main-d'śuvre! Si j'bâtis ach't'heu', mes maiethons vaudront pus d'sou dans tchiques années et j'pouorrai les vendre à gros profit ès Angliais tchi n'savent pon mus, - r'payer l's'Etats, - et j'éthai fait forteune sans aver ieu peux d'pèrdre mes propres sou! N'crai-tu pon qu'j'ai raiethon, té, George?"

"Eh bein, Pièrre," j'lî rêponnit: "Tu sai bein qué chein tchi veint d'fliot s'en r'va d'mathée! A c'menchi, jé n'sai pon pourtchi qu'tu-es tréjous à t'tintamârrer la tête pour êprouver à faithe des sou. Tu n'peux pourtant pas l's'emporter auve té quand tu mouorras! Tu n'as pon d'héthitchèrs, et à mains qu'tu les laisse à tchitchun par testament, tchique êtrangi en étha l'bénéfice."

"Quant à tes neuves maiethons, man garçon, - si j'tais à ta pliaiche, jé n'voudrais certainement pon les maiethons d'pain d'gengive tch'i' bâtissent aujourd'anniet! As-tu r'mèrtchi l'êpaisseu des muthalles des vielles maiethons et offices du temps d'nos anchêtres? Ergarde les maiethons qué l's Etats sont à bâti ach't'heu! Nou dithait qu'ch'est fait d'papi mâchi! Jé n'sai pon comment qu'les gens peuvent lus garder cauds là d'dans quant i' fait fraid."

"Quant à t'n'idee d'empreunter des sou d's'Etats: Si tu peux l'faithe, tant mus pour té, man garçon. Quand les Mêssieux décidîtent dé prêter des sou au monde pour bâti, j'liu la gâzette et j'êprouvis à comprendre tout ch'qui fut dit au sujet dans l's'Etats, mais à la fin du compte j'n'y comprenais ni bliu ni blianc. Quant au tèrrain, ta lande est intchulte ch'est pourtchi tu n'éthais p'têt' pon d'peine à aver pèrmission d'bâti d'ssus. Lé Comité de Bieautées Natuthelles éthait tchiquechose a y dithe, mais tu pouorrais engagi un bouan Avocat pour embêter l'Comité assez pour té donner permission, - pour lus dêfaithe dé li. Mais quant veint l'affaithe d'empreunter, i' faudrait un comité compôsé d'êcrivains, d'hommes de banque, lé Trésoryi d's' Etats et les savants d'touos les pays pour dévinner les conditions souos tchi qu'tu pouorrais empreunter des sou. I' vaudrait mus êprouver à chèrchi eune êpîle dans un tas d'fain! Nou sait bein qué l'papi n'èrfuse pas l'encre, mais n'mé d'mandes pas dé rempl'yi les papièrs pour té quand tu f'thas ta d'mande, tréjous! S'tu veur faithe des sou, man garçon, pourtchi qu'tu n'math'yie pon eune veuve tch'en a tout pliein? J'pouorrais t'en nommer deux ou trais tchi n'té dithez p't'êt' pon nannîn! Et pis, étout, j'sis d'avis qué quant les Mêssieux îthont siez l'Contrôlleux d'l'Impot sus l'Ervenu,et tchi'i'vèrront combein d'hèrpins qu'tu fît sus tes patates l'année passèe, tu s'sas fichu du preunmié coup!"

George d'La Forge
9/5/1951
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises