Les Pages Jèrriaises

Lé r'miède



Le Ménage ès Feuvres
St Ouën
Lé 10 d'juilet, 1976

Moussieu l'Rédacteu,

I' y'a tant d'choses tchi s'pâssent dans l'monde ches jours qué nou sé d'mande si ch'est l'c'menchement d'la fîn du monde tchi nouos arrive. L's Êvangelistes et cèrtaines congrégâtions d'gens r'ligieux nouos disent qué oui. I' bâsent lus affirmâtion sus l'texte d'la Bibl'ye tchi nouos dit, dans l'huitième vèrset du treizième chapitre dé L'Êvangile sélon St. Mar, "Car une nation s'élêvera contre une autre nation, et un royaume contre un autre royaume : et il y aura des tremblements de terre en divers lieux, et des famines et des troubles : et des choses ne seront que des commencements de douleurs."

Ch'est vrai qu'tout ch'là s'pâsse. Mais v'la tchi veurt-i' dithe qué la fîn du monde appréche? En Améthique, les expèrts en scienche vouos dithont qu'ch'est du niolîn et qu'la fin d'nouot' monde veindra quand j'éthons êpuisé les mouoyens d'y vivre par empouaîsonnement d'l'atmosphéthe et l'agrandissement d'la populâtion au point tch'i s'sa împossibl'ye dé la nouorri. Et y'en a d'ieux tchi craient tch'i s'sa possibl'ye d'émigrer d'chutte plianète à eune autre. Ch'est pour ch'la tch'i' sont à dêpenser tant d'sou pour explorer les plianètes dans l'espace. Tout naturellement les cheins d'opinnion contraithe disent tch'i' sont fos, les cheins tchi craient d'ité. Ch'est assez r'mèrquabl'ye qué, dans l'Dictionnaithe Jèrriais, lé Docteu Fraînque Le Maistre nous dit, sous l'mot "s'êpuiser", qué "la tèrre s'êpuise si nou n'y met pon d'graisse". Si ch'la peut s'arriver dans les clios est-ch' fo d'penser qu'eune trop grande populâtion peut faithe la même chose à eune plianète.

La chose tchi m' gêne à ch't heu est tchi faithe pour arrêter la mauvaîtchi tchi troubl'ye la vie d'nouos jours. La profanation du grand autel dans l'Églyise dé St. Hélyi dreinement, par exempl'ye, et l'saccage dé tombieaux dans l'chînm'tchiéthe de St Brélade l'année pâssée et l'vol des sou dans les bouaîtes dans l's églyises. Les malfaiteurs tchi font d'ité sacrilège daivent êt' dêrangis d'esprit. I' n'ont autchun respé pour Dgieu ni dgiâbl'ye et dév'thaient êt' mîns à l'Âsile. Quand ch'est des mousses, la peunnition tch'il' attrapent dans la "Juvenile Court" né pathaît pon l's arrêter. I' m'sembl'ye qué si nou lus donnait la baïette et faithe lus pathents payi pour les d'gâts, v'la tchi les peunnithait comme i' faut, car v'la tchi f'thait les pathents les seurvilyi eune fais qué v'la tchi les f'thait dêbourser des sou.

A m'n idée, ieune des raîsons des troubl'yes d'nouos jours est deue en grand' partie au fait tch'i' y'a trop d'sou par les c'mîns. Les gens peuvent acater tant d'choses pour lus divèrti, comme des motos, radios et télévisions, tch'il' oublyient d'aller à l'églyise et d'y env'yer lus mousses pour apprendre les dgiex commandements. Au Dînmanche matîn quand nous-est au sèrvice dans l'églyise nou les ouait, les mousses, à couorre dans les routes à jouarder et criailli à tue-tête ou à s'prom'ner en motocyclette. Où'est tch'est l'temps qu'nouos pathents nouos faîthaient aller à l'êcole du Dînmanche? Mais, si les pathents n'vont pon au tchulte ieux-mèmes i' faut penser qu'lus êfants n'îthont pon ni n'tout.

Ch'est tout d'mème triste quand nou pense qué ch'est l's aubèrgistes tch'en profitent, dé chutte vie modèrne. Ou-s-allez p't-êt' mé dithe qué jé r'dote! Mais allez vaie combein d'monde qu'ou vèrrez dans la belle grand' chapelle dé St. Ouën Dînmanche au sé, et combein qu' ou-s-en vèrrez dans l's aubèrges du Haut du Mathais, d'La Grand' Route des Mielles et d'L'Êta. Est-ch' qué ch'n'est pon honteux qué l's églyises et les chapelles ont d'la peine à filer et qué l's aubèrges sont à faithe des sou comme d's êcales?

"I' y'a des r'mièdes pour touos les mâux" nouos dit un vièr diton. Eh bein, comme mé l'disait un anmîn l'aut' jour ichîn à St. Ouën, lé r'miède pour les troubl'yes d'nouos jours est qué châque pèrsonne dans l'monde apprange à réglier sa vie par les Dgiex Commandements. Y'a-t-i' rein d'pus simpl'ye, quand nou-s-y pense? V'la tchi met'tait toutes les criatuthes en bouan rapport auve lé Bouan Dgieu, ieux-mèmes et lus conscienches, et lus comport vis-à-vis l's uns d's autres et d'lus vaîthîns es'sait agriabl'ye et paisibl'ye. Dé mème i' n'y éthait pon bésoin d'gèrres, car i' n'y éthait pon d'disputes viyant qué châque pèrsonne, et par extension, châque nâtion, aimethait "son prochain comme soi-même" comme nouos l'dit l'Caticème dans la Litourgie d'l'Églyise.

George d'La Forge
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises