Les Pages Jèrriaises

Tant pus l'temps va, tant pus il en couôte!

Le Ménage ès Feuvres,
St. Ouën,

Lé 5 dé juilet, 1969.

Moussieu l'Rédacteu,

I' pathaît, par chein qu'j'en vai dans la gâzette, tch'i' s'en va acouo faller des millions d'louis pour les travaux considéthés nécessaithe, des maîsons, des neuves êcoles, des neuves offices pour nouos fonctionnaithes et nombreux clèrcots! I' sont à lus pliaindre tch'i' sont f'nés un mio dans toute la ville, et i' veulent êt' tout près d'la cauchie. Ch'est probabliément pour pouver vaie les navithes. Y'en étha-t-i', du tîntamârre, sus la cauchie quand touos ches clèrcots-là voudront stationner lus motos à côté d'la porte d'lus offices! Quant à mé, j'mé d'mande pourtchi raison tch'i' veulent tous aller en moto à la pliaiche d'aller par beusse où'est tch'i' pouôrraient lus assiéthe trantchilment tout l'long du c'mîn en ville et hoûter là à la pliaiche dé hoûter dans l'orffice!

Jé n'veurs pon dithe, sans doute, qué n'y a pon d'travas fait dans l's offices. Quant à ch'là, ch'n'est pon si aîsi d'lôvier là comme dans la sorte d'travas qué l's empliyés d'nouot' gouvèrnément ont à faithe en campangne. Dans l'office y'a au mains tchitchun à seurvilyi tchi n'est pon bein liain, mais dans la campangne j'ai veu l' "coffee break" duther dé trais heuthes à quatre heuthes et d'mie l'arlévée, et à ch't heuthe-là il 'tait temps d'monter à bord du camion pour tchitter en ville à chîntch'heuthes! Mais ch'n'est pon seulement l's empliyés du gouvèrnément tch'ont apprîns l'art dé lôvier et d'allouangni l'travas. Ch'est appathement l'êvangile des travailleurs dé nouos jours. J'en ai veu à la tâche dé r'bâti des maîsons. J'vouos asseûthe tch'i' prannent lus temps à tout faithe, et si l'entrépranneux éthait peu m'suther chein tch'i' faîthaient dans un jour, il éthait bein vite dêcouvèrt pour tch'est tch'i' prend si longtemps à bâti ou r'graie des maîsons - et sustout pourtchi qué ch'la couôte tant d'nouos jours! Quand tch'est qu'les gens s'en vont apprandre qué la gaspil'lie d'temps veurt dithe la gaspil'lie d'sou étout?

Par contre, i' faut donner drouait là où'est tch'il est deu. L'aut' jour, j'admithais l'îndustrie des hommes tch'étaient à faithe eune tranchie lé long du pavé d'La Route du Mathais ichîn à St. Ouën pour y pôser un câbl'ye. Janmais j'n'ai veu d's hommes travailli pus dû ni pus vite, mème en Améthique.

Ch'est vrai qu'les sou sont faits ronds pour rouôler. Quand j'tais mousse i' rouôlaient bein pus douochement qu'à ch't heu. Vouos r'souv'nous du temps qu'nou pouvait aller à la boutique et acater à un sou d'chucrîns dans deux pouques, et un chapé d'quat' sou? Et un patchet d'dgiex cigarettes pour deux sou? Il' avaient nom "Pirates" et il' 'taient dans un vèrt patchet tch'avait un portrait d'un pirate dessus. Dans chu temps-là nou-s-avait à bein près autant d'sou comme un crapaud a d'puches, mais nou pouvait au mains acater tchiquechose atout! Nou savait bein tch'i' fallait vîngt-quat' sou pour faithe un ch'lîn, et un ch'lîn 'tait tchiquechose! Quand nou pâlait d'chent louis ch'tait tchiquechose tchi vouos faîsait êcaler l's ièrs, et mille louis 'tait eune forteune! Dans l'idée des jannes, un homme tchi gangnait chent louis par an 'tait riche. J'm'èrsouveins du temps qué ch'tait-là l'salaithe du Trésôryi d's Împôts. À ch't heu, ch'est en millions d'louis qu'nouos Êtats pâlent, et v'la tchi m'fait quâsi peux. Où'est qu'Moussieu L'Mèrquand s'en va trouver touos ches sou-là sans hauchi les taxes? Ch'est assez pour l'empêchi d'dormi la niet! Il a pourtant avèrti La Chambre bein des fais qué les sou n'craîssent pon sus des ronches et tch'i' faut aller douochement.

J'avais espéthé d'vaie la tonnelle ouvèrte souos L'Mont d'La Ville dévant m'en r'aller en Améthique, mais j'en ai quâsi pèrdu l'espéthance. J'vai par les lettres dans la gâzette qué les gens là-l'tou n'peuvent pon dormi la niet à cause du brit des machinnes tch'i' font sèrvi à creûser l'rotchi. J'avais pourtant ouï qu'nou s'accouôteunmait à touos sons! Et tant pus vite tch'i' creûsent, tant pus vite lé brit s'en îtha et tant pus vite la tonnelle es'sa ouvèrte! Enfîn, ch'est bein aîsi pour mé, si liain dans la campangne, dé penser d'mème. J'crai bein qué si jé d'meuthais là-l'tou mé-mème j'chant'tais p't êt' eune aut' chanson!

Chaque année qué j'veins en Jèrri nou mé d'mande si j'vai du changement dé l'année dé d'vant. Eh bein oui, sans doute, j'en vais. Pus d'maîsons, pus d'motos, pus d'tîntamarre par les c'mîns et pus d'causes dévant la Cour, prîncipalement pour cause dé trop d'vitese en moto. V'la tchi m'fait penser qué quand ch'est affaithe dé vitesse seulement et sans tchestchion d'aut' délit, qu'l'êtablyissement d'eune office où'est qu'les coupabl'yes pouorraient aller payi eune amende sans aller en Cour sauvethait un tas d'travas au Juge. V'la tchi n'empêch'chait pon eune pèrsonne d'aller d'vant lî s'ou voulait pliaidgi sa cause. I' faudrait payi à l'office volontaithement ou aller en Cour. V'la tchi sauvethait du temps au juge et à la partie payante étout!

George d'La Forge

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises