Les Pages Jèrriaises

Ph'lip of Portinfer Writes to Us
The Morning News Causes Trouble in the Home

Moussieu l'Editeu,

Y'a deus-trais jours y vint un gâs à la porte tch'y nos d'mandit si j'voulaîmes prendre la gâzette du matin, promettant que j'l'ethions en temps pour dêjeuné.

"Et tchi gniolin,'' s'fit la Merrienne, tch'était en train d'fricashi une demi-douzaine d'śux. "V'nin d'la ville et être ichin pour huit heuthes. Allez dithe chouna à ma grand-mèthe.''

"Mais si fait,'' s'fit l'individu, "J'vos l'garantis. J'ai tait vais touos vos vaisins, et n'y'en a pas y'un tch'a r'fûsé, même y sont hardis contents.''

"Eh ben,'' j'l'y dis, "Si ch'est d'même, tu peux nos apporté. Après tout, ch'n'est qu'douze sous la s'maine, et che s'sa tréjours tchiquechose à lièthe.''

La Merrienne s'en r'fut à sa cast'rolle en gronnant, "Douze sous est douze sous,'' comme ou s'faisait, "et comme les affaithes vont je n'pouvons pas êpeigni même un liard. Mais tu'as tréjous tait d'même. Ch'est dêpensé et dêpensé, et fiche du restant.''

Une Autre Histouéthe

Mais ach'teu ch'est une difféthente histouéthe. Le moment qu'oulle entend le môteur dans la route, la v'la tch'y couort à la porte, gaffe la gâzette, et s'sassied sûs l'sofa à la lièthe.

Inutile de l'y dithe que j'veu man dêjeuné, que l'travâs prèsse, que les bêtes dev'thaient être à la têrrée, et qu'les coucochons n'ont pas tait soignis, ou n'bouog'gea pas d'vant qu'oulle ai liu le boufflye d'pappi tout l'travers.

Ch'estentchi je n'sis pas d'trop bouonne humeu chais jours, mais avec chonna y faut que j'diche que j'trouve la gâzette excellente, épis y'a une autre chose. Ou m'donne une bouonne extchûse pour un mio de r'pos dans l'mitan d'la matinée.

Il est vrai que chonna n'plyait pon à la Merrienne. Quand ou d'valle à bas après avé fait l'liet et netti la chambre, et qu'ou m'trouve assis ben trantchillement dans la grand'tchaise, à lièthe le papi, ou m'en chante de toutes les sortes.

"Dans l'temps d'man péthe,'' comme ou s'fait, "un homme tait dans les clios à onze heuthes du matin, pas êtrav'lé dans sa tchaise a lièthe une gâzette.''

"Et dans l'temps d'ma mèthe,'' j'ly raiponds, "une femme à huit heuthes du matin n'tait pon à faithe la même chose.''

Souos La Terre

Et j'ardjumentons d'la sorte pour up bouon quart-d'heuthe. Mais à matin j'y'en ai dit un mio trop long, et ou ma m'nichi d'un coup d'bringe. Ch'est pourtchi à l'av'nin, j'la laiss'sait baillyi d'sa béque, et je n'dithai rain. J'n'ai pas r'oublié la bordée qu'on m'attrapit une woppe avec un manche de frouque, après que j'avais dit qu'y'avait yeu une femme tch'y savait s'taithe, mais qu'y'avait mille ans qu'oulle tait sous la terre.

N'y'a pas yeu grand changement par ichin chais drain. J'n'avons pas yeu la chance de ben d'autres du faithe des nous dans l'temps d'l'otchupation. J'avions espéthé d'ramâssé tchiques herpins avec nos pommes, mais chaque année d'vant tchy fussent bouonnes à tchillyi, y nos v'nait des djâingues de chais fichu allemands de niet, et n'nos laissaient rain.

Comme tu l'sait j'fut presenté d'vant la Grand' Cour et mint à l'amende de trente louis parce'que l'inspecteu avait trouvait quatre kettos dans nos cottes à la pliache de trais. J'lus dis que j'ai jamais apprint à caltchulé et qu'j'avais fait une mêprinse, mais chonna n'eut autchun èffet. La jour de Nouë j'eûmes pour not' diné, au lieu d'un bouon jambon d'lard, une poule ch'avait crévé d'la pépie.

La vacance

J'eumes toutes les malfortunes dans chais chinq ans-là, mais enfin j'avons passé à travers et, au mains, y n'est pas nécéssaithe au sé d'sonné des clioches pour éffrité chais frippons-là, ou d'muchi la nouôrituthe souos l'liet. Et nou peu dormi en paix sans dangi d'ouï chais coups d'canon tchi châtchaient not' vieille maison jusqu'à ses fondations.

Pâslant d'aut'chose, nou m'a dit qu'y'a une vacance pour juge et tchi lus faut un homme tch'y sache le bouon francais l'angliais et l'pliat jerriais. J'm'en vais en pâslé à not' Connêtablye, et accordant à chen tch'y m'ditha j'me mettrai sus les rangs.

Après tout, j'n'ai qu'septante neuf ans, et, étant Saint-Ouennais, j'sis ocquo fort et robuste. Et tchique bord dans l'armouéthe y'a une copie des louâix d'y'a trais chents ans. Tchi d'autre tchi lus faut.

PH'LIP
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises