Les Pages Jèrriaises

Merrienne et les lapins

Ph'lip sus la bethie


à Portinfé,
Saint Ou.


Moussieu L'Editeu,

un lapîn Quand la s'maine passée, j'dis à la Merrienne que je n'portethais pas une autre bouq'tée d'ieau à san fichu gardin, j'm'attendais qu'ou me f'thait des r'proches, mais, à ma grande surprinse, ou m'dit qu'ou viyait que j'tais lâssé, et qu'oulle avait pensé à une autre manièthe de dêtruithe la serclye. Le préchain matin la v'là horte siez notre fils, le Bram, et, au but d'une heuthe ou d'même, ou r'vint avec trais lapins dans une pouque.

"Mes fleurs ont tant enhanné," ou m'dit, "que rein s'en va les sauver, mais, au mains, y'a moyen de cliergi la fichue serclye. Lé Bram m'a prêté des lapins et j'm'en vais les laissi à bânon dans l'gardin. Un lapin mange d'la serclye comme il avale autchune autre chose de bouon, et j'si seuze que dans deux ou trais jours man gardin s'sa cliait. Quand ils éthont fini, j'les rapportéthait siez l'Bram, et j'pouôrrai qu'menchi à penser à un nouvieau gardin. J'ai 'té bête, car j'éthais deu y penser d'vant."

"Une raide bouonne idée, ma vielle," j'li dis, en souôriant, "mais est-che trais lapines qu'tu as là, ou y'éthait-t'i', par chance, un lapin parmi yeux ?"

"J'n'ai pas r'gardé," ou raiponnit, "mais, quand y'en éthait yun, tchèsque chonna fait ?"

"Si y'a un lapin," j'li dis, "tu vêrras bétôt dans l'fond du gardin des gros creux, et un mio pûs tard j'éthons une multitude de p'tits lapins à dêtruithe pas seulement tan gardin, mais ma bordeuse dé patates. Il est vrai que j'pouôrrai en tither tchitchuns, mais ch'est d'niet que les balloques vont rôdé, et je n'pouôrrai pas être tréjous-là. Va tout d'suite attraper chais trais-là d'vant tchi qu'menchent à nos ruiner !"

Mais, Moussieu, les creux sont déjà là, et j'si au m'sespé car j'appréhende hardi d'minsèthe. La Merrienne a trouvé que ch'est bein aisi d'mettre train lapins dans une pouque, mais pas si aisi d'les r'mettre quand ils ont 'té bânon.

J'fûmes bein intérêssis à lièthe l'histouaithe dans la "Post" d'la visite de nos milliciens à Londres en nonante-sept, avec la belle photographie de chutte brave compagnie. J'fis la r'merque que ch'tait assez drôle que l'Douard Lé Brô avait survêtchu tout l'restant.

"Ch'n'est pas drôle du tout," ou dit. "À l'âge de vingt ans i' n'avait pas touchi une goutte de litcheu, épis i' dit à l'Adjûtant tch'i' n'aimait pas les femmes. Tchèsqu'i' t'fait rithe ?"

"Oh, rein du tout, Merrienne, rein du tout," j'li dis, mais, Moussieu, je riais ocquo à man tout-seu. J'les connais chais Brôs-là tchi n'aiment pas les femmes !"

À ch'teu, Moussieu, i' s'est arrivé dernièthement à Saint Piêrre une chose que nou n'avait jamais veu d'vant, et tchi m'a fait pensé ès bouons vièrs jours du temps pâssé. La Police Honorifique a 'té totalement re-organisée, et à ch'teu i' n'y a pas seulement un nouvieau Connétablye et deux nouvieaux Chantgnièrs, mais une nouvelle dgaingue dé Vingt'nièrs et d'Officièrs du Connêtablye. Et mé tch'i' se r'souveint des jours quand, parmi les Officièrs du Connêtablye se trouvaient d's hommes comme le Sieur Dickson, de Nonpareil, Gordon Malzard, George de Carteret, Philippe Bauche, Fraînque Luce, Gus Le Cras et tchiques autres, tous des gens bein connus tchi 'taient bein contents dé servi dans la police. Un notablye pâraissien que j'rencontris mêrcredi au sé, m'dit tout net et cârré que ch'n'est pas à Saint Ou que nou verrait ditet !

J'comprends que l'nouvieau Chantgni à Saint Louothains n'se nom'tha pas, après tout, lé Cornu, mais Emmanuel. J'm'étais trompé là, Moussieu, et j'l'avoue franchement. Lé jeune Raymond L'Cornu s'est trouvé trop embarrassé, car i' n'y a pas la main d'śuvre sûs les fermes que y'avait aut'fais, et il éthait yeu une djobbe à donner l'temps nécessaithe à san travas comme Chantgni. Mais, il est ocquo jeune, et dans l'entretemps la pâraisse s'en va aver un raide bouon traisième Chantgni. La Merrienne et mé j'li souhaitons tout succès.

Une autre chose, Moussieu. La Merrienne dit qu'oulle est bein contente de vaie que d'nos jours lé Juge Vouaisin et l'Juge Syvret punissent sévèthement autchun homme trouvé incapablye de cachi san lorry ou san auto à cause de bèthe. Toutes les fais qu'ou liet dans la gâzette qu'un pouôre minséthablye a 'té envié en prison et subit une grôsse amende, sans pâsler d'une suspension d'sa licence pour un long terme, ou dit que ch'est tant mûs. Hier au sé, oulle en dit un mio trop long, et j'crus tch'il 'tait temps d'li donner mes opinions sûs l'sujet.

"Aut'fais," je qu'menchi, "un homme tchi 'tait arrêté par la police pour chutte raison-là avait l'drouait d'être examiné par san docteu, et accordant à chein que ch't'i'-la disait il allait d'vant l'Juge ou 'tait libre."

"Mais," ou dit, "ch'est la même chose à ch'teu, par chein qu'nou m'a raconté."

"Nouffé, ch'n'est pas d'même du tout," j'li dis. "San docteu peut l'examiner, mais ch'n'est qu'un qu'mench'ment. Nou li prend une p'tite quantité dé sang épis nou li dit de dêboutonner ses braies, et―"

"Assez !" ou m'interrompit, "j'comprends chein qu'tu veur dithe, mais est-i' forchi de se soumettre à tout chonna ?"

"S'i' r'fûse," j'li dis, "i' s'condamne, car la Cour craitha tréjous que par aver r'fûsé i' s'est admint coupablye. À ch'teu, s'i ne r'fûse pas, tout est envié à l'Analyste, et ch'est san rapport tchi décide tout. I' trouve tréjous d'alcool dans l'système, et tchiquefais, accordant à san rapport, le minséthablye a bu tant d'onches dans san jour. Ch'est p't'être huit onches ou même pûs, et l'pouôre balloque est fichu."

"Et combein qu'ch'est, huit onches ?" ou d'mandit. "Est'che pûs qu'une boutelle ?"

"Oh grand doux, nênnin," j'li dis, "pas la maintchi, mais ch'est assez. À ch'teu, i' faut que j'te diche qu'en Angliétérre ils ont abandonné tout chonna, et s'fient comme nou faisait ichin aut'fais, sûs l'opinion d'un docteu, car i' sont v'nus à vaie que souvent l'alcohol dans l'système est l'êffet de chein qu'un homme avait bu yun ou deux jours devant, épis, étout, i' réalisent qu'un homme peut avaler une boutelle dé cognac et être ocquo capablye de cachi san auto sans dangi d'accident, tandis qu'un autre n'pouôrra pas s'garder drait après un p'tit vêrre ou deux. En un mot, Merrienne, i' savent que l's hommes sont tous difféthents, mais ichin en Jêrri i' n'pathaissent pas saver chonna ocquo. Comprends-tu chein que j'veur dithe, bouonnefemme ?"

"Oui, sûs un sens," ou raiponnit, "mais je n'si pas ocquo absolûment convaintchue. À ch'teu, Ph'lip, quand tu m'racontit ch't histouaithe-là de l'homme tch'avait 'té trouvé tout nu sûs la grève, ch'n'tait pas vrai, car j'ai veu la Bella ch't'arlévée, et ou m'a dit que yun d'ses anchêtres s'était r'souv'nu que l'homme n'était pas tout nu, car il avait ocquo une pathe de souliers sûs les pids !"

Ph'lip
8/7/1961


 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises