Les Pages Jèrriaises

Ph'lip et les crêpes

Merrienne pose une tchestchon

Mousieu l'Editeu,

J'tiomes à dêjeuné hier matin quand la Merrienne, prenant une autre beûrrée, dit comme chonna: "As-tu pensé, Ph'lip, qué Mardi tchi veint est Mardi Gras, le jour que nou mange des crêpes?"

"Ma fé, Merrienne," j'l'y dit, "ch'est vrai, mais tout chu temps l'fermyi est si gêné tch'y n'a pas l'temps d'pensé à autchune chose de la sorte. As-tu réfliéchi, par exemplye, que nos v'là à la fin d'Févri, et que j'n'ai pas ocquo une patate en têrre? Considèthe-tu qui si la mucreu continue y'a des milles vrégies dans toutes les parties d'l'île tchi sont ocquo prèsque souos l'iau? Est-che le moment pour me pâslé d'crêpes, j'te d'mande?"

La Merrienne se l'vit pour cliérgi la tablye: "Oh bein, si ch'est d'même," ou dit, "j'n'en f'thait pas, mais y n'faut pas oublié que chu jour-là nou n'mange pas d'viande. Sans doute un oeu fricashi avec un mio d'caboche, pouorra faithe."

les crêpes "Arrête, Merrienne," j'l'y dit. "Tu sais bein qu'j'aime les crêpes, et y n'faut pas m'prendre trop sérieusement. Y fait faithe comme de couôtume, bouonnefemme."

"Comme tu voudra," ou dit, "des crêpes Mardi, d'la mouothue salée Mêcrédi, et des frittes Vendredi. Est-che de-même?"

"Je n'tcheins pas tant comme chonna à la mouothue salée," j'l'y dit, "et quant ès frittes ch'n'est pas d'la mangeaille pour un homme, mais enfin j'pouorrais m'en graie pour bein qu'tu n'les brûle pas, comme l'année passée."

"Le lait happit tandis que j'tais à mettre la tablye," ou dit, "mais je s'sait pûs r'gardante chutte fais."

"Bon..." j'dis, "mais ach'teu pour Jeudi: as-tu idée de m'donner un r'pas comme de couôtume, ou veur-tu m'réduithe à une squélette?"

"Tu vêrras quand l'jour veindra," ou raîponnit. Ach'teu, Ph'lip, d'vant que t'en aille faithe la mine de travâillyi, est-che bein seux que l'Sénateur Le Mérquand s'en va bétôt en Angliétêrre pour êtudié la louai? Nou ouait chonna de tous les bords."

"Nou l'a même ouï dans l's'Etats," j'l'y dit, "et l'Sieur Le Mérquand n'a pas suggéthé que ch'n'tait pas vrai. Sans autchune doute il est décidé, et j'm'attends tch'y s'en îtha une fais que l's'Etats finithont lûs séssion."

"Mais," ou s'fit, "tchèsqu'y dêfouitha ses patates et prendra soin d's férme?"

"Chonna, ma Merrienne, ne nos concérne pas," j'l'y dit. "Je n'crais pas que l'Sénateur, comme bein d'autres, à fait fortune à férmé, y s'en va êprouvé tchiquechose d'autre et nou n'peut pas l'bliaûmé. Le prospect ichin, d'nos jour, n'est pas si bé, et y'a pûs d'sous à gâgni comme avocat qu'à tchultivé la têrre. Au mains dans Hill Street et la Place Royale nou n'est pas à la mérci du temps."

"Ch'est vrai asséz," ou s'fit, "et une chose qu'est seuze et cértaine, ch'est que l'Sénateur à la langue bein pendue, et est un homme intélligent. Y faut l'y souhaité tout succès. Pâslant d'chonna, Ph'lip, y'a-t'y jamais yeu en Jêrri un Le Mérquand tch'y tait Baillyi, Protchutheux, ou même Avocat-Général?"

"Pas jusque ach'teu," j'l'y dit, "mais nou n'sais pas tchèsque nou vêrra..."

Ph'lip
Les Chroniques de Jersey 2/3/1957
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises