Les Pages Jèrriaises

Manon et s'n Âne

l'âne

Disait Mait' Ph'lippe à sa Manon:
“Manon, Manon, le v'chin t'n ânon;”
I v'nait d'li mettre sa batchère.
Mais hélas! l'malheur en voulit
Que quand l'ânon Manon montit,
Ou rompit la souosventrière.

Enfin la chose fut r'paraïe,
Et à la fin ou' fut jindaïe:
Ch'là n'la r'tergit qu'une heure;
Oulle aveit d's oeus dans un pagni,
Qu'oulle allait porter au marchi,
Dans l'aut' y avait, j'crei, du beurre.

Au sei, nou n'sait guère en s'couochant
Ni même le matin en se l'vant,
Chein tch'arriv'ra dans la journaïe;
Seit perteou gan, jouaie ou ahan,
Ou s'ous éraïz tchique accident,
Quand même une âne est bein ferraïe.

Tout allait bein pour un p'tit brin,
Trotin-trottant le long du qu'min.
Manon disait à sen tout seu:
“Ph'lippe a besoin d'un neu chapet,
J'vendrai mes oeus et i'en érai;
Il y a longtemps tch'i' n'en a ieu.”

Où pensait veir ès jours de fête,
Sen ph'lip' le chapet sus la tête,
Et ses veisins les r'gardant tous,
Quand un galot au fond d'la route
Mit touos ses biaux plians en dêroute:
Hélas! hélas! t'chest qu'ch'est que d'nous.

Je n'sai coument ch'là s'arrivit,
Mais i' paraît qu'lânon chopit
Et qu'la bouon' femme oulle êtrav'lit:
Le vl'o les oeus bein fricachies,
En grande om'lette réunies,
Et l'boeurre salaï de ponsi.

La triste Manon à sa d'meure,
S'en r'vint sans chapet, oeus, ni boeurre:
L'malheur la siévait vraiment d'près.
Longtemps la vielle s'ersouvint
De la leçon que ch'là ll'apprint:
Tchi compt' sans s'n hôte i' compt' deux feis.

A.A.L.G.

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises