Les Pages Jèrriaises

La Lettre Jèrriaise


 

Bonjour, bonnes gens.

Ch'est Oscar J'valyi qui vous amen la lettre Jèrriaise anniet - « Des memouaithe de la Chinne »
Je y'a la chance au mais Mai de visiter la Chinne. J'mon vais pas vos enn'yer avec touos les dêtails de nouotre visite, mais raconte certain chose qu'nous a veu.

Comme les magnifiques bâtisses des aeroports, tout neuve batis en granit poli et marbre, et ch'té la meme chose dans les villes, de l'architectuthe tout modern et d'un qualité exceptionnel, parmi des autres aussi magnifiques mais hardi viers bâtisses.
Nou n'peut pas aller à la Chinne sans être étonné par le nombre de personnes et bicyclettes qui y'a partout, mais i' c'menchent a y'aver un tas d'motos etout.

I' pathait qui y'a mille trais chent mille millions chinnouais - oui, mille trais chent mille million. Et meme aujour d'anniet au lieu d'dithe « Comment qu'tu'es ? » i'disent « As-tu mangi ? »

J'avons te en baté sur la riviethe qui s'appelle le Yangtse duthant tchiques jours.


Y'a toutes les modes et sortes des batchieaux sus chutte riviethe, des berges par les milles avec toutes sortes de cartchaisons. Notre baté a navidgi pus que mille milles, qu'est un quart d'la londgeu du Yangtse. Tchiquefais j'n'pouvaimes pas vais les côtés d'un bord ni l'autre. Une grande riviethe hardi importante pour la commerce de la Chinne. Une des raisons que j'voulaimes visiter la Chinne etait pour passer avau des parties d'la riviethe qui sont êtraites et y'a des falaises de chaque bord - une vrai spectacle !

Mais malheutheusement l'affaithe va changi dans trais ou quatre ans, parcqu' i'sont a construithe un grand barrage en travers la riviethe et l'ieau va etre chinq chents septante pids pus haut quand i's'sa fini. Mais i'vont en profiter sus trais sens.

Y pourront controler l'ieau, pour empechi les inondations pus bas, qu'ont fait du terribl'yes degats, et qu'ont fait n'yer des milles de personnes pour des chentaines d'années. Et pis i'pourront produithe de l'electricité et faithe un reserve d'ieau pour l'av'nin etout.

Une des choses qui reste dans ma memouaithe, ch'est les marches. Chaque fais que j'debertichimes, i'fallait en monter pour arriver au haut de la bondé. Quand j'avons visiter la montagne « Huangchan » avec ses p'tits bouais qui craissent jusqu'au haut du sil'ye, et ses nouages comme un manté mystethieux, y fallait monter des chentaines de marches. Un jour j'avaimes a d'scendre et ramonter pus que huit chents marches pour not' diner. Mais la pus grande calenge ch'est les marches pour monter « La Grande Muthale de la Chinne » I'y en avait de toutes les hauteurs et londgeurs et i'taient les pus raides que j'ai veu dans ma vie. Mais ch'na vallait d'la peine de faithe l'effort. Ch'est tchiquechose exceptionnel.

L'aut' memouaithe, ch'est les soudards en érdgile à Xian. Ch'est un spectacl'ye tchi faut vaie pour se-même. S'ous avez la chance d'y aller, la mantchez pas.

A betot et mercie pour m'aver ecouter.

 

Les Pages Jèrriaises