Les Pages Jèrriaises

800 Yuans



Je m'en vais vos raconter eune p'tite histouaithe que j'ai ouï quand j'tais en Chinne y' a tchiques sémaines - heutheusement sans attraper chutte tèrribl'ye maladie qué nou's-appelle SARS. Pour c'menchi, i'm' faut vos explyitchi qu' les chinnouais font sèrvi des sou tch'ont nom officiellement « renmimbi », mais les gens ordinnaithement les nomment des yuans; chent yuans valent à peu près huit louis ou dans les douze ûros.

M'n histouaithe s'derouôlit dans eune pétite ville au Nord du pays, mais bein seu, les p'tites villes chinnouaises n'sont pon comme St. Sanson, St. Pièrre Port, St. Hélyi ni même St. Lô. Dans chu pays, ou'est qu'y'à des ênormes cités comme Shanghai eyou qu'nou peut compter jusqu'à seize millions d'habitants, eune ville d'un quart d'un million est vraiment eune pétite ville. Dans chutte ville entouorrée d'montangnes eyou qu'les tchoeurièrs s'êpannissent au r'nouvé, et couvrent les bruns monts comme un blianc nouage, d'meuthaient deux jannes gens tchi v'naient d'lus mathier. Dans les temps-là de tchi qu'j'vos pâle les mathiages n'taient pon l'rêsultat d'amour, mais pustôt pour l'amour des sous ou pour augmenter les lians entre les fanmil'yes ou les tribus. Quand un janne homme et eune janne femme lus mathyîtent, l'mus qu'i' pouôrraient espether 'tait d'aver un vie eyou qu' l'amour dêv'loppait pus tard. Li, lé janne homme - ch'est san nom - Li, 'tait mannigat et fort, auve des bras comme des bouais, un estonma comme un bathi et des nièrs g'veux, mais sa femme, la Missis Li, ou 'tait p'tite, d'licate auve eune pâle fache.

Au c'menchement d'lus vie ensembl'ye, Li dit à sa nouvelle femme qu'i' tait pon tout à fait comme touos l's autres hommes - i'voulait chârer tout auvec sa femme. I' voudrait lyi donner des présents, des flieurs et des chucrîns, aîdgi dans la maîson à coutchi et à êpouss'ter et même à boutitchi, mais i' voudrait en même temps garder un seul s'gret. Li lyi explitchit qu'i' voudrait qu'ou n'èrgardisse janmais dans l'titheux de s'n armouaithe - autchun aut' bord, mais pas ch'la. Missis Li viyait qu'ou pouôrrait aver un temps paisiblye, et don' oulle accordit auve Li.

Pour tchique temps, tout allait comme sus rouôlettes dans lus mathiage. Li travaillait bein dû dans san travas et siez Li, mais tout d'même, comme la grande majorité des femmes, Missis Li 'tait tchuthieuse. Ou voudrait saver tch'est qu'ch'tait qu'Li gardait auve grand soin dans s'n armouaithe, dans chu titheux qu'i' freunmait à clié châque matîn d'vant sorti d'la maîson. Auprès tchiques mais, la tchuthiosité d'vînt si forte qu'ou lî d'mandit tch'est qu' ch'tait, mais Li, i'lyi dit qu' ch'tait san s'gret. Ou 'tait futhieuse, mais ou savait qu'oulle avait accordé d'Li laissi l'garder. Ou tâchait par autchun mouoyen d'vaie tch'est qu'ch'tait qu'i' gardait si souongneusement ; oulle êprouvait même d'dgetter par la sétheuse, mais rein n'tait possibl'ye.

Un jour, quand i' v'naient d'fêter lus preunmyi an d'mathiage, finalement Missis Li trouvit s'n opporteunité. Li avait tchitté la maîson en r'tard pour aller à san travas, et dans sa prêsse, il' oubliyit d'freunmer l'titheux à clié ! Quand ou 'tait seuse qu'i' tait hors d'la vaie, Missis Li ouvrit l'armouaithe, et douochement, bein douochement, oulle ouvrit l'titheux. A sa grande surprînse i'n' cont'nait qu' trais oeufs et huit chent yuan. Quand Li r'vînt pour san dîner, Missis Li Li dit qu'oulle avait 'té mangie par sa tchuthiosité, et ou d'mandit pardon pour aver r'gardé dans san titheux. Mais ou voudrait en même temps saver pourtchi qu'i' gardait avec si grand ardeur les trais oeufs et les huit chent yuan ilo. Li auve un soupi, lyi dit qué, viyant qu'ou connaîssait l'cont'nu, i' s'en allait explyitchi. I' dit qu'châque fais qu'il allait auve eune aut' femme, i'm'ttait un oeu dans l'titheux. Missis Li considéthait chennechîn pour tchiques moments, mais à la fîn ou pensit, « Eh bein, trais fais dans un an n'est pon bouon, mais ch'n'est pon trop tèrribl'ye nintout » Mais ou lî d'mandit pourtchi qu'i gardait les huit chent yuan la étout. « Bon, » i'r'ponnit « Je n'sai pon si tu peux bein caltchulé, mais chaque fais qu'j'avais un d'mie-douzaine d'oeufs dans man titheux, j'lus vendit pour dgiêx yuan à not' vaîsîn! »

 

Tony Scott Warren
2003
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises