Les Pages Jèrriaises

Mêprinse d'identité!

Trenton, Michigan,
US.A.
Lé 28 d'mai, 1966.

Moussieu l'Rédacteu,

Quand j'tais mousse siez Papa à La Forge ès Landes à St. Ouen, touos l's anciens, et hardi des jannes, gardaient lus barbes, et un homme pathaîssait pus vyi à souoxante ans tch'i' n'pathaît à huiptante dé nouos jours, viyant qu'sa barbe 'tait grise. Ph'lippe B'lîn, iun d'nouos vaîthîns tch'avait eune trentaine d'années, en avait ieune tch'éthait fait envie à un ours! Ou' lî couvrait tellement la fache qué nou n'lî viyait qué l's ièrs et l'but du nez!

Y'avait tréjous un régînment d'soudards, des rédgulièrs, en Jèrri dans chu temps-là, et y'en avait ch'allaient à l'églyise. Ch'tait la mode d'aller r'condithe les filles auprés l'sèrvice, et ouaithe qué v'la tchi n'tait pon considéthé respectabl'ye pour eune janne fille dé bouanne fanmile d'aver un soudard à la r'condithe, y'en avait tréjous deux'-trais tchi mênageaient à trouver eune janne fille, et v'la tch'i' n'pliaîsait pon fort ès jannes hommes du vaîthinné!

Nouot' vaîthîn Ph'lippe vînt passer la séthée d'un leundi dans dans la forge quand Papa et man p'pèe 'taient à faithe des fièrs dé tchéthues, et quand p'pèe l'avîsit i' s'appèrchut tch'il avait l'nez enflié et un yi tchi 'tait pourpre! "Bon!", p'pèe lî dit, "Nou dîthait qu'tu-as 'té à la dgèrre, valet! Tan nez pathaît aver bésouain d'êt' èrgraie. Peux-tu l'mett' sus l'enclieunme?"

"N'té fiches pon du monde!" Ph'lippe lî dit. "S'i' tu-avais 'té à ma pliaiche hièr au sé, ch'né s'sait pon seulement tan nez tchi s'sait endonmagi - tu-éthais la fache en margalot!"

"I' fallait qué ch'fûsse un giant, don, tchi t'baillit eune telle slîndgieuse!", p'pèe lî dit.

"Nou-fait dgia!" Ph'lippe lî rêponnit. "Si j'avais ieu à en battre rein qu'iun j'l'éthais p't êt' tué, car jé n'connais pon ma forche quand j'sis mârri, et pis j'éthais 'té pendu! Mais j'avais trais soudards sus man co en même temps! Ma janne fille c'menchit à pousser des cris, et v'la tch'attriotchit eune douzaine dé gâs tchi v'naient d'sorti d'l'églyise. Nou créthait tch'i' m'éthaient donné un coup d'main, mais il' 'taient trop lâches, ches pouorres achocres-là. À la pliaiche dé m'aîdgi il' 'taient à êprouver à m'bailli d's avis!"

"Tu l's avais însultés, don, ches soudards-là?", p'pèe lî dit. "Mais nou-fait!", Ph'lippe lî rêponnit. "Crais-tu qu'jé s'sais si bête d'însulter trais gâs en mème temps?". Eh bein," p'pès lî dit. "Nou n'sait janmais. Quand un gâs est amouotheux i' n'sait pon tch'est tch'i' fait la maîntchi du temps! L'amour est aveugl'ye, ch'est-en-tchi tu n'en viyais p't êt' pon pus qu'iun!"

"T'èrvéla à t'fichi du monde!", Ph'lippe lî dit. "J'sis p't êt' bein en amour, mais jé n'tais pon aveugl'ye!"

"Mais, tch'est tch'i' t'avaient fait, don, pour qué tu fûsse si mârri?", p'pèe lî d'mandit.

"Ch'n'est pon tch'est tch'i' m'avaient fait," Ph'lippe lî rêponnit, "Ch'est chein tch'il' avaient dità ma janne fille! I' lî d'mandirent si ch'tait en Afrique qu'oulle avait 'té ramâsser l'marmoûset tchi la t'nait par le bras!"

J'vis p'pèe s'touanner d'bord en faîsant un clyîn à Papa. Il eut d'la peine à s'empêchi d'rithe! Heutheusement, Ph'lippe 'tait à torchi s'n yi endonmagi atout san mouochet, et i' n's'en apperchut pon. "J'bailli un co d'poing au chein tch'était l'pus prés d'mé," i' continnuit. "Et j'tchulbuti les deux autres dévant tch'i' pûssent sé r'bînfrer contre mé! Tu pâles tch'il' 'taient êffritées quand i' vîdrent qué j'tais mârri, valet! I' fichîdrent lé camp en pendant l's euilles comme un tchian tchi r'veint du mouton!"

"J'n'en sis pon ravi!", p'pèe dit à Ph'lippe. "S'i' pensaient qu'tu 'tais un marmoûset, ch'n'est pon êtonnant tch'il' 'taient êffrités. Un marmoûset d'ta grandeu sus ses pids d'drièthe es'sait assez pour touanner les sangs à un régînment, sans pâler d'trais soudards!"

"Mais, boustre d'mêtchi," Ph'lippe sé fît. "Tu-as la tête duthe comme un choutchet. Tu dais bein saver, à t'n âge, tch'i' n'lé criyaient pon, que j'tais un marmoûset! Autcheune pèrsonne dans san bouan sens peut l'vaie, qué j'n'en sis pon iun! Ch'tait pour m'însulter, tch'i' dîdrent ch'la à ma janne fille!"

"Avais-tu ta barbe, hièr au sé?" p'pèe lî d'mandit. "Mais sans doute, j'l'avais!", Ph'lippe lî rêponnit rupêment. "Tu l'sai bein, qué j'l'avais! J'avais dêjà eune belle barbe à vîngt ans, et jé n'l'ai janmais copée!"

"Eh bein, nouos y v'là!" p'pèe lî dit. "I' faîsait niet en sortant d'l'églyise... nou n'sait janmais... il' éthaient peut craithe..."

"Sâbre dé bouais!" Ph'lippe dé fît. "Tu-es acouo pus însultant qu'ches soudards-là! Sénon pour un sénon, j'té fich'chais man poing dans l'nez!"

"Allons, man garçon," p'pèe lî dit. "J'sommes vièrs anmîns, et tu sai bein qué j'tais seulement à t'êtibotchi! Mais s'i' j'tais à ta pliaiche, j'cop'thais chutte barbe-là. Tu'es un bieau corps d'homme, et y'a des chances qué tu-as eune belle fache drièthe tout chu crîn-là. Veurs-tu qu'j'y mett' les 'clippeurs'? J'allons tondre ta jeunment d'main, et j'pouôrrais faithe les deux tâches en même temps!"

"N'en v'la assez," Ph'lippe lî dit en s'en allant. "Jé n'm'en vais pon rester ichîn à êt' însulté d'la sorte!"

Heutheusement qu'les rêsolutions du sé né sont pon les cheinnes du matîn. Ph'lippe 'tait riant et d'bouanne heunmeu quand il anm'nit sa jeunment à la forge le lendemain!

George d'La Forge

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises