Les Pages Jèrriaises

En Mexique




(Conclûsion)

San Antonio, Texas, U.S.A.
Le 6 d'févri, 1971.

Moussieu l'Rédacteu,

Ouaithe qué la vie 'tait si pliaîsante dans l'île dé Cozumel qué nou-s-éthait aimé y rester pus longtemps, i' fallait r'brousser c'mîn pour èrvénîn dans l'Yucatan, pays des Mayas. Nou pouorrait y passer d's années et n'vaie pon 'couo tout ch'tch'i' y'a à vaie au sujet d'templ'yes et monuments des Toltèques et des Mayas. Ch'est comme lé tombé à La Hougue Bie: Nou n'en viyait rein d'vant qu'ou fûsse ouvèrte. Eh bein, ch'est la mème chose au Yucatan. J'visitînmes eune contrée où'est qué l'dgide nouos dît tch'i' y'avait neuf ou dgiex mille templ'yes on monuments absolûment muchis souos des hougues qué nou viyait à pérte d'veue!

Ch'tait les Toltèques tch'étaient là dans l'siexième siècl'ye. I' pathaît qu'les Mayas vîndrent pus tard. Lus civilisâtions 'taient hardi les mèmes, et les deux peupl'yes vîndrent à s'uni aîsiement. Il' 'taient au-faits dans l'cartchul, l'astronomie et l'architectuthe. I' bâtissaient d'fanmeux templ'yes et monuments. Les Mayas avaient un calendriyi tch'est considethé aussi parfait comme lé nouotre. I' lî r'sembl'ye souos bein des rapports. I d'meuthaient dans des p'tites maîsons couvèrtes en dgi ou en fielles dé palmes, mais i' bâtissaient des mâsses dé templ'yes et monuments tch'étaient faits sèrvi seulement pour les cérémonies d'lus réligion. I' considéthaient qu' eune période dé chînquante-deux ans 'tait la fin d'eune êpoque et qu'tout sé r'nouvelait à la fîn d'l'êpoque, et i' c'menchaient à bâti un nouvieau templ'ye lé tou et en d'ssus du vyi. Quand les templ'yes ont 'té restaurés d'nouos jours, les travailleurs ont dêcouvert plusieurs templ'yes bâtis l's uns sus l's aut' sans dêtruithe les pus vièrs.

Les Mayas travaillaient, pathaîtii', un tchièr dé l'année à d'sèrter assez d'tèrre pour tchultiver l'maïze, tch'était lus gangne dé Dgi, et les deux tchièrs à bâti lus templ'yes. Ch'tait là lus corvées. Les prêtres 'taient la noblièche et maîtres d'êcoles du pays, et lus réligion 'tait barbare. Lé pays avait bésoin d'plyie, et comme lé Solé 'tait l'objet d'adorâtion des Aztèque, la plyie 'tait l'bouan dgieu des Mayas. Lé Dgieu d'La Plyie avait sa d'meuthe dans l'fond d'un gros creux dg'ieau pas bein liain du templ'ye prîncipa dé Chichén-Itzá, à bein près au mitan du Yucatan. Chu creux-là, appelé “Lé Pits Sacré” (“El Cenote Sagrado”), est en forme pûtôt ovale dé 150 à 190 pids d'laîze. Lé nivé d'l'ieau d'dans est à 65 pids du haut, et la profondeu dg'ieau est dé 65 à 70 pids.

En temps d'sécréche i' fallait apaisi “L'Dgieu Pluvial”. Ch'tait toute eune affaithe - car ch'tait d's humains tch'i' fallait' lï'ouffri! J'avais liu qué ch'tait des jannes filles vièrges tch'étaient sacrifiées pour l'occâsion, mais i' pathaït qué les cranners et l's os d'humains trouvés dans l'fond par les “plongeurs” du gouvèrnément actuel Mexitchain sont pûtôt des os d'hommes et d'garçons. Dans autcheun cas, i' n'y a pon d'doute au sujet des sacrifices d'humains ouffèrts à lus Dgieu d'La Plyie. Des portraits sus les muthâles des templ'yes montrent les cérémonies. L'homme (ou vièrge) tch'était pour êt' sacrifié 'tait fêté et souangni comme un poulet pour eune volée d'vant. Il 'tait lavé et couvèrt dg'ieau d'colonne ou parfum d'chu temps-là et habilyi dans san Dînmanche lé jour du sacrifice. Ch'tait considéthé eune honneu d'êt' chouaîsi, et i' lî dîsaient tch'i' s'en allait êt' l'adjoint du Dgieu eune fais dans l'ieau.

Les prêtres et lus èrgots d'templ'ye et d'cour, habilyis dans touos lus falbalas d'office, descendaient du haut d'lus templ'yes - et ch'tait des montées d'septante et huiptante pids d'haut quâsi d'à pic et auve des p'tits d'grés de huit ou neu' pouces - auve mûsiciens et enchens en tête. Arrivés au bas du templ'ye, les danseurs et danseuses prennaient lus pliaiche dans la procêssion, et au son des tambours et des fliûtes et entouothé d'la feunmée enivrante d'enchens, lé pouorre dgiâtre tchi s'en allait êt' sacrifié prannait sa pliaiche dans la procêssion pour marchi les trais chents vèrges d'route du templ'ye au pits sacré - sa dreine promenade sus chutte tèrre. Arrivé là, il 'tait mâté sus eune pliate-forme et fliantchi hors dé d'ssus quand v'nait eune cèrtaine partie d'la cérémonie, et i' tchiyait 65 pids d'vant v'nîn à l'ieau.

Ouaithe tch'i' y'a d'aut' “pits” dans l'Yucatan, i' n'y a qué l'chein dé Chichén-Itzá tch'était mîns à part pour lé sacrifice, mais l's objets trouvés dans l'fond prouvent qué les gens v'naient d'liain pour sacrifier d'dans. I' v'naient mème d'aut' pays. Cèrtains objets r'trouvés montrent tch'il' 'taient v'nus dé Colombie et du Panama. I' y'en avait d'toutes les sortes dans l'fond, d's objets ornés d'jade, et d'nacre, etc., et un tas d'lopîns d'copal tch'était fait sèrvi pour lus enchens.

J'sis r'connaîssant d'n'aver pon ieu à êt' lé spectateur des sacrifices, mais lé Yucatan d'ajourd'aniet est un vraie paradis pour les êtudiants dé l'archéologie, et ouaithe qué jé n'sis pon archéologue j'espèthe y r'aller dans tchique dêtou!

George d'La Forge

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises