Les Pages Jèrriaises

La Cliâme dé Hâro

Au 11e siécl'ye

Un fliotchet d'hommes et d'femmes entrent. Il' avanchent en lîngne, patte à coue, êscouant d'la grainelle tchi prennent châtchun d'dans san ridé-s'meux pendu l'tou du co. Un co viède, nou va remplyi au traîné tch'est à la foyéthe chèrgi d'grainelle.

Lé Bailli du Mangni seurvil'ye lé travas et quand l' s uns s' aransent à lus r' poser, i' l's amoussent auve des m'niches et des ouappes atout sa longue pèrque dé c'mandement.

Un homme atout un fagot d'bûtchettes s'amène. Ouaithe tch'i' sait acouo un but des s'meurs, ieune des femmes l'avise et l'pointe au dé à eune autre. Chette-chîn, tchi vait qué l'Bailli est pouor lé moment à quétilyi un pièrcheux d'gamîn, s'estchîve dé parmi l's ouvriers et tcheurt à l'homme tchi la salue et i' s'mettent à d'viser comme f'thaient des jannes gens.

Lé Bailli lus saute sus l'co, à lus însu, et achître l'homme.

BAILLI : Pouortchi qu'tu t'landres ichîn sus les tèrres du Mangni ? Fiches tan camp! Et té, drinnette - à l'oeuvre. Y'a d'tchi brâsilyi!

(I' n'bouogent pon.)

Va-t-en, j'té dis! (I' lève sa pèrque.)

ROBERT: (lé janne homme) : Malheur dé la taper! Ou n' est pas eune chèrfe, oulle est fil'ye d'un homme lige.

BAILLI : Lige ou pas, ou dait obéi ès louais dé chu mangni. Et té, tch'est qu'tu' es - à m'tchestchionner d'la manniéthe?

ROBERT : Jé sis Robert. J'gagne ma vie sus les tèrres du mangni d' St. Ou. Man maitre est un dé Cart'ret!

BAILLI : Tu gangnes ta vie, dis-tu ? Et tu t'landres sus c'mîn et gâzouoil'ye man temps et l'chein à la garce! V a-t-en, hardelle!

ROBERT : Né t'en va pas, Perronnelle. La louai t'alloue du r'pos. Restes ichîn si tu veurs.

BAILLI : Tu connais la louai, mascapot d'Robert!

ROBERT : J' connais mes drouaits, et les siens.

BAILLI : Tu connais la louai ! Vilain tchian d'innouothant! Ch'est té tch'as abattu chu vièr tchêne. Est-che qué tu n'sai pon qu'ch'est empiêter qué d'abattre un bouais sus la propriété d'autrui? Mets chu fagot-là bas, qué tu'as volé!

ROBERT : Jé n'l'ai pas volé. Chu bouais-là m'apparténait.

BAILLI : Tu mens! Ché n'tait pas l'tchein, et tu l'as volé d'la d'mène du Seigneu.

(Les autres hommes et femmes on laîssi couorre lus travas, et s'appraichent. Les iuns s'mettent à rithe ès atchusàtions du Bailli. Là-d'ssus i'vithe dé bord sus ieux enraigi.)

BAILLI : All'ouos-en à vouot' travas, tas d'pièrcheurs finnis! Mais arrêtez, don - et ous allez vaie comme tchi qué l'Bailli du Seigneu sèrt les cheins tchi volent ch'tch'i' li' appartcheint!

(I' mannyie un fouet. Deux hommes, PIERRE et SEBASTIEN avanchent lé pas.)

SEBASTIEN : Prenez garde, Sieur Bailli! Pierrot, arrêtes-le!

(PIERRE gaffe lé Bailli par lé bras. LÉ BAILLI sé dêgage, d'un co d'satchet.)

BAILLI : Dêcarr'ous! Quand l'Seigneu r'veindra d'Nouormandie, nous li pâl'la d'vouot' louoyauté.

(PERRONNELLE dévise à ROBERT, toute gêneé.)

PERRONNELLE : Va, don, à ch't heu, Robert.

BAILLI : Noufait dgia, n't'en va pon, vilain peûle! Ergardes, don, tchi temps d' fliâuné à cause dé té. Tu' abats nouos bouais, voleux d'vithouard . . . . .

ROBERT : Jé n'sis pas larron, car ch'tait man bouais!

(Lé BAILLI craque san fouet et l's hommes lus décarrent. I' s'àderche sus ROBERT,)

BAILLI : J'té dis qu'tu mens! Avoues, dèliêment!

(ROBERT châque la téte, Lé BAILLI lève san fouet - ieunne, deux - et comme la laniéthe du fouet s'en va l'lachi, ROBERT li gaffe le pouongnet et, en tchiyant à g'nouors, s'êcrire:)

ROBERT : Hâro! Hâro! Hâro! A l'aide, mon Prince! On me fait tort.

(Et pis i' r'cite la priéthe.)

Notre père, qui es aux cieux, Ton nom soit sanctifié. Ton règne vienne. Ta volonté soit faite en la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien. Et pardonne-nous nos péchés, Comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. Et ne nous induis point en tentation ; Mais délivre-nous du mal. Amen.

(Lé BAILLI n'a qu'dé tchaie à la renvèrque,)

BAILLl : Tu' as ôsé l'ver la Cliâme dé Hâro sus mé? Tchi hardgièche!

ROBERT : Ch'est vous tch' avais abattu man vièr tchêne, et ou l'atchusez à tort ,

(Plusieurs c'valièrs arrivent en scène,)

PERRONNELLE : R'gardez tch'est qui veint!

(JEANNE, ieunne des femmes, avanche.)

JEANNE : Ch'est l'Juré - Moussieu des Saints Germains!

BAILLl : Qué j'lî pâle, au Juré. I' connaît man maître, lé Seigneu, hardi bein.

(Les gens cliâment Hâro! Hâro! Hâro! ROBERT né dit mot tandi que l'Juré s'appraiche, à j'va. Ch'ti-chin saute à tèrre.)

JURE : Tch'est qui cliâme - Hâro?

LES GENS : Robert, dé St. Ou.

BAILLI : Ch'est à cause dé rein, Moussieu l'Juré. Ch't homme-chîn, Robert...

JURE : Tch'est qui cliâme - Hâro?

(En s'touonnant sus san talon, il avise ROBERT agenouoilli à ses pids.)

ROBERT : Ch'est mé. Lé Bailli m'a atchusé d'aver abattu un tchêne dans la bouais'sie du Seigneu et d'en aver volé l'bouais, et...

JURE : L'as-tu volé?

ROBERT : Nannîn, Moussieu; chu vièr tchêne m'apparténait, car il 'tait sus man r'lié. Et ch'est li tchi l'a abattu!

BAILLI : Ch't îndividu n'est qu'un bachouard, et un menteux! Ou' est qu' est ses témoins?

JURE : Ou'est qu'est les tcheins?

(Lé BAILLI s'touonne et r'garde san monde. Ches'-chin lus r'tithent, touos craintifs.)

Ous allez touos les deux v'nîn à la Cohue, et ous emmèn'nez des témoins tchi dithont la véthité.

BAILLI : Ch'est eune pétite affaithe; pas la peine d'en badrer la Cohue.

JURE : S'i' y'a tort, d'un bord ou d'l'autre - qué justice sait faite! Allons en Cour à St. Hélyi sans délai!

ROBERT : Jé d'mande pèrmission, Moussieu, d'aller jusqu'à St. Ou, qu'si l'Connêtab'ye comme man témoin.

JURE : V'là tch'est bein. Vén'ouos-en! Lé Sieur Bailli - mes hommes s'en veindront à canté té.

(I' s'en vont, et tout l'monde sé mettent à caqu'ter, touos excités; ROBERT et PERRONNELLE restent touos seurs)

PERRONNELLE : J'm'en vais v'nîn auve té, Robert.

ROBERT : J'espéthe qué tu veindras auve mé toute ma vie, Perronnelle.

PERRONNELLE : Oui dgia, Robert, j't'en-chaille.

ROBERT : Et, si j'nouos arrêtons sus c'mîn, allant à St. Ou, ou en r'vénant à St. Hélyi, et qu' j'èrtèrgeons pouor La Cohue...

PERRONNELLE : Jé n'cliâm'thai pon - Hâro! Hâro! Hâro!

(I' s'en vont bras d'ssus bras d'ssous et d'un bouon pas, bein heûtheurs.)

 

1955

 

Les Pages Jèrriaises