Les Pages Jèrriaises

La Mînséthe au Portînfé

Moussieu l'Editeu,

Vraiement, je n'sais pas tchèsque j'm'envais faithe. Hier je mint a caltchulé, par exemplye, chein qu'mes bêtes me couôtent et chein qu'j'ai à lûs donné pour le restant d'l'hivé, si je n'veur pas les vais crevé. Comme j'vos ai dit, mes qutre vaques ne donnent pas assez d'lait pour péyi pour lûs maintchaint, et quand j'propôse à la Merrienne de l's'envié ès abattoirs, ou s'oppose sûs l'coup.

Mais ach'teu, Moussieu, y m'reste à-bein-près une demié-chérge de navets, tchiques chiviélléthes de swîdiches et p't'être un p'tit viages de raves, tchi sont ocquo dans l'clios. Bein seux tch'ils ont g'lé chutte semaine, mais j'n'ai pas yeu l'couothage d'allé les ramâssé. Avec chonne, dans l'solyi y'a ocqu tchiques fagots d'fain, mais au but d'eune autre semaine le solyi s'sa viède. Etout y'a un d'mié bâthi d'avaine qué j'avais gardé pour le bidét, mais quand j'y'en donnit un poignie y'a tchiques jours, je n'pouvais pas m'en graie. A l'âge de trente-chinq and il enviyait des co-d'pids comme un jeune poulain. Aut-fais je l'mettais au câgnon d'la grande-tchéthue, et quand nous avait fini de touôné, y n'fliantchait pas d'co-d'pis, car le pouôre balloque avait bein d'la peine à sé t'nin d'but.

La Merrienne, tch'a pûs de r'frédeuses qu'ou n'avez veu sûs un corps humain, est gênée, car ou craint qu'ses poules crév'thont d'la fraid. Oulle a même suggéthé que che s'sait une bouonne chosé de l's'am'né dans la tchuîsine, mais j'ai mint man pid bas tout'd'suite en d'mandant s'ou crait qu'sa vielle catte et les poules s'accordethaient, et l'y dîsant tout nét et cârré qu's'ou s'îmagine que che s'sait mé tch'y néttithais la tchuîsine tous les matins, ou s'trompe hardi.

Enfin, Moussieu, pour oublié nos minsèthes pour le moment, criyons que notre Député avait raison quand y dit dans l's'Etats que ch'tait une mêprinse de donné pûs d'facilités au airport, viyant qu'Jêrri avait dêjà trop d'visiteurs. J'veur dithe qu'en été Jêrri ne nos appartcheint pas, et qu'si chonna continue, touos les Jêrriais éthont à fichi lûs camp pour quatre ou chinq mais, car y n'y étha pas d'run pour yeux ichin.

Quant à mé, Moussieu, je n'sais pas trop, car, après tout, les touristes nos volent hardi d'sous, et si tout-un-coup ils allaient ailleurs, j'nos trouv'thaimes bétôt dans d'mauvais drâps.

Mais la Merrienne n'est pas d'la même opinion. Oulle approuvé du Mâjeur et d'chein tch'y dit. Il est vrai, Moussieu, qu'ou n'a jamais approuvé des vîsiteurs que nou vait par ichin dans la saison car ou considèthe lûs manièthes honteuses et voudrait vais chais hardélles tch'y n'sont qu'a maintchi habillyes avé une bouonne pitchine. Ou veur dithe que les trais-quarts n'ont pas seulement un seule cotillion et que djais minutes dans un bouon banc d'ortchis lûs f'thait grand bein. Quand j'l'y pàsle des biautes d'la natuthe, ou n'a que d'me fliantchi tchiquechose à la tête.

Une autre chose Moussieu tchi m'intérêssé, ch'est l'prix du tchérbon. Accordant au rapport du comité, les marchands n'font qu'djais sous d'profit par chent, et y m'semblye que ch'n'est pas grand'chose. Si ch'est vrai, nou n'comprend pas comment, qu'les pouôres balloques peuvent vivre. Mais chein que l'cmité n'ont pas éxplitichi, c'est pourtvhi que l'tchérbon est pûs bouon marchi en Djérnézi. Tout l'tchérbon veint d'la même source et y n'dév'thait pas y'avé chutte difféthence-là.

Enfin, le rapport n'est pas ocquo adopté finalement et y s'peut qué quand le Député Le Cocq tch'avait suggéthé que les gens payaient trop, se trouv'tha mûs, y pouôrra raipondre au comité et lûs dêmontré tch'ils ont tort. Ch'est bein seux que ch'est une djobbe tchi faut tch'il entreprenné.

A bétôt pour ach'teu, Moussieu. J'éspèthe que la s'maine tchi veint, au Portinfé, le prospéct s'sa un mio pûs bé.


Ph'lip
25/1/1958

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises