Les Pages Jèrriaises

Malgré l'y

CARAQUETAIRES  :-


         ____________________
         

Laiesse Pinchon, un vièr misérable avare, assis à la table avec un morcé de pain sec et une verrée d'eau et a murmuré à san tout seul.

Laiesse        Nan, nan, y ne gagne pas rein de véni meslourdé avec tout lu g'nolin, j'ai 'tait toute ma vie à mon tout seul. Ma soeur Lizabbé qu'a mathié son Recteur se crai, mais je ne l'écouttait pas, je me trouve bein comme je sis et j'is reste.

On tape à la porte, le bonnehomme crie entrez et à sa surprise ch'est Lizabbé et le Recteur Phlippe De Quetteville qui le regarde avec stupéfaction.

____________________

Lizabbé        Ah  ! mais mon doux de la vie, Laiesse à chi tu pense de té-même de resté dans l'està que tu est. Y'un de ches jours n'ou te trouvera mort dans tan pité  ; absolument y faut qui y'ais du  changement. J'avons yieu des pliaintes des paraissiens et il faut que tu décide de faithe chique chose.
Laiesse        Est-oùs venus acquoi pour me praichi sermon, car ou pouvez vous en rallé siez vous.
                 Le Recteur        Laiesse, écoute si tu ne regarde pas a té, tu trouveras emporti à l'hopita, car le Connétable dit qui ne peut pas te lessi de même et il faut que tu ais chiqun a te soigni.

Laiesse        Fichez-mé cans bein et ne m'eslourdez pas avec votre tintamarre. Ch'est mes sous qu'ou cherchis et mé, ou voudrais m'entraine a crèvé de chique bord pour les avé. A la! …. A la!…

Manque de soins, pathole lis manque et Laiesse est esvanni dans sa chaise et Lizabbé lit mait' le verre de l'eau à la bouche pour le ravigotté et le Recteur l'attrappe dans ses bras.

Le Recteur        Oh, y sen vas passé Lizabbé. Il faut avè le docteur bein vite et je peux pas te laissé avec l'y toute seule.

Lizabbé        Arraite un mio, y s'en va veni  ; il en a yeu des bordés de même devant. Ch'est sa mauvaise tête qui le tchient. Y n'y a pas de moyen. Y faut que j'en faishon. Aide mé quant y sens va prendre ses sens. J'allons le mettre sus le sofa.

Le Recteur        Comment que tu trouve  ?

Laisse        Ch'est mon cheu  ! et pis …. vous qui venez m'en bêté de la sorte.

Lizabbé        Va ramassi le docteur, Philippe et dit l'y de s'en veni toute de suite, que le Laisse est bein mal.

Laiesse        Je ne veur pas de docteur siez mé pour m'empoissonné.

Lizabbé        Va vite devans qu'il affole, car ses ners le quemande.

Le Recteur va pour le Docteur et Lizabbé fait de san mus pour erpathe la chuisine et Recteur et le Docteur Alfred Godfray arrive et tape à la porte.

Le Docteur        T'che y qui ne va pon  ? Où est le malade  ?

Lizabbé         Ah, ch'est notre frère Laiesse, ergardez Docteu dans chique estat qu'il est. Y veurt pon se soigni et ou savez bein qu'il ne peut pas resté de même.         

L'Docteur examine Laisse et le sonde pour trouve les sympthones.

Le Docteur        Allons que viyons, as-tu ma de chique bord  : ton système travalle-ti bein tous les jours (et après avé fait un examin il l'respond) Jmenvais l'y envié une bouteille [?????] pour prendre toutes les quatre heures il li faudra à une nosse à le soigni, car il ne faut pas reste comme il est.

Laiesse        Je veurt pas de vos bouteilles ni vos nosses à la maison et ch'est la faute à chutte maufaite Lizabbé-là.

L'Docteur        Alors, allons, si ou ne m'escoutez pas je m'en vais vos faithe transporté de la maison, car vos vela rendu maigre comme un heran. Ou n'avez pus que la cruque.

Le Recteur        (en s'adressant au Docteur) Avous quique bonne nosse qu'ou pouvez nos quémandé  ?

Laiesse        Je veurt pas de ches fumelles ch'est nous.

Lizabbé         Content ou mâri, j'allons avé chiqun a te soigni  ; ce seras aquo nous qui serons biaumais pour tout. Cri'yous Docteur que la Sophie Carquaux pourrait nous faithe, vous qui venez en contact avec assez souvent.

Le Docteur        Je pensais pon en y  ; ma faingre oui. Une toute à fait bonne nosse et une fille capable, je vous assuthe.

Laiesse        Sophie Carquaux n'entrera pas dans ma maison, je me sis grais tout seu jusqua cheteu et je me men vais pas avé des etrangiers à senti dans mes tizheurs.

Le Docteur        Je cri'thai dans un couple dé jours à vais comment qui va et je men vais envié les médecines et je men vais faithe mon possible de les envié par la Sophie, si ou est libre ou pourrais vous arrangi avec y'i.

Il chaque de main avec tous et dit abbétot à Laiesse.

Lizabbé        Là, tu vait dans qui estat que tu et il faut avé chique uns a te sougni. [Halle-mé ches pouques à guano. Il faudra yenvié un tapis ou des nattes [?????] que je [?????] au galetas] Aide-nous Philippe a erpathé tout, car ch'est bein seus que le Docteu Godfray ne sens va pas être longtemps sans envié la médecine et la Sophie si ou est libre et je sait que ou esprouvera a vené, car ou n'est pas riche, mais ou est honnète et bein respectable et ou se mettra à son devait.

Laiesse        Tu te crai bein grande dépis que tu as mathié un Recteur et tu crai que viyant que tu vais senti siez les uns et les autres et quaqueté dans toute la parraisse que je m'en vais être ramasse la sorte. Eh bein, j'allons vais.

Laiesse se bute du feu et va pour ramasser son baton à la quarre de la chuisine pour les mettre à la porte.

Laiesse        Allons, allous queri d'ichin.

Comme il est en train de les expedié, Sophie tape à la porte et Lizabbé va la rechevait et ou a sa bouette et la médecine à la main.

Sophie        Bonjour, Madame de Quetteville, est-i 'chin que Mons. Laiesse Pinchon reste, car j'ai était envié avec la médicine pour l'y de siez le Docteur Godfray et y ma dit que je m'en allais resté à l'soigni, car il est malade et que je serais tout-à-fait bein avec li, car ch'est un homme diversement agréable à s'arrangi avec.

Lizabbé        Entre ma Sophie, je sis si contente que tu est venus, car tu pourrais mesoulagi un miou. [Là, man Laiesse fait la benvenue à Sophie qu'est venue toutesuite pour te soigni.]

Sophie entre et chaque de main avec le Recteur et est introduite à Laiesse Pinchon.

Sophie        Bonjour, Monsieur Pinchon, j'ai regrait d'apprendre qu'u êtes si mal, mais console-ous, j'allons vos soigni et ou allez être mus dans chique jours.

Laiesse        Je n'ai pon besoin d'itait comme vous ichin. Ou pouvez vous en rallé dé outre ou est venus. Ma maufaite sśur et son mêniéthe de Recteur sesont mis dans la tête que je pouvais pas me ramassé et il a fallu avé le docteur et Miracle acate, mais je peux me crais.

Lizabbé        Escoute Laiesse, tu sais bein que tu ne peux pas resté tout seul malade comme tu est. Sophie sens va te soigni et tu seras bein mus et acheteu que tu est venus nos en allons, ma Sophie, et jçerverdrons demain pour vais comment qu'il est et te donné la main si faut. [Fais mé à savé si ch'est qui t'faut autcheune chose, Je m'en vais t'envier des pâticheries et une douzaine d'oeufs] Abbétot.

Sophie        Abbétot, Madame. Abbétot, Monsieurs.

Sophie halle son chappé et se mait à l'śuvre à mait' Laiesse à son aise.

Sophie        Allons, Mess Pinchon, arrêtez que je va te mettre confortable. Votre coussi est du sous votre tête là, et mais que la paliache est dure sous vous. Donnez-mé votre bras pour vos mettre dans votre chaise que je vous mette confortable.

Laiesse        J'ai tait acotumé à mon tout seul et je ne veut pas être commandé siez-nous.

Sophie        (en éprouvant à l'appaisé) Mais allons, ou allais vais que ou serais bein mus, là, comme un bon homme, levous  ; je m'en vais vous donné la main et ou allez être à votre aise.

Laiesse prend aviz et ou le met dans la chaise quandi ou li arrange le sofa.

Sophie        Là  ! allons … ou allez vais que ou allez être pus confortable acheteu.

Laiesse        Chi tintamarre, chi ponsi que ou êtes à faithe  dans ma chuisine. Ou allez buchi tout avec votre patafias.
Sophie apporte une verré d'lait et un couple de pastries sur un serveur avec une blianche serviette dessus.

Sophie        La, Mess Pinchon, mangis chez belles petites affaithes ichin et buvez un verre de lait avez et ou verrez que ou allez prendre des forches et après je m'en vais vos donné votre médecine.

Laiesse        Oh  ! ou criais que ch'est avec du suchre que nou attrappe des mouques à Mié. Mais ch'est damne pas mé qui s'en va être ramassé de la sorte.

Sophie        Mais mon pauvre Mess Pinchon, ch'est pour vos donné des forches et la médecine s'en va vos donné de l'appéti.

Sophie, après avé arrangi toute  l'appartement et epousté et pendu les portrais dedans l'armoire allantou ou dit à Laiesse -

Sophie        Je m'en vais netti les chambres et vais à votre jardin, car y me semble que il a besoin d'y avé chi chose de fait. Ch'est pourtchi, comme un bon homme, mangis chena, que votre sśur vais que ou avez ramandé et que le Docteur vos trouve pus fort quand y s'en va veni.

Laiesse la regarde avec un yi travers quand ou sorte et ne dit tout chin qui pensi et se mait à mangi.

Laiesse        Mais y'sont bonnes ch'est petites affaithes là et lait est. Y'la longtemps que j'en avais pas bu, pas dépis que j'avais perdu ma vielle biche  ; enfin je m'en vais éprouvé pour une semaine.

Sophie rentre avec Elizabé et l'Recteur pour vais comment que le bonhomme va et Laiesse les regarde avec un air de mécontentement comme is ne voudrait pas les vais.

Lizabbé        Et bein, mon Laiesse, comment que tu trouves. Mais chaique tu parais bein mus dépis que tu as Sophie à te soigni. As-tu bonne mine. Savais bein que ou allé té soigni comme y faut. Le docteur est-ti venu te vais  ?

Sophie        N'an ni pas a quout, mais j l'attends.

Laiesse        Y peu resté ou y est, car je n'ai pon besoin de l'y ni de sa fichue salle médecine qu'est amiertie comme du fhi.

Philippe        Ch'est pour té donné de l'appétit mon Laiesse, et l'appétit veint en mangeant.

Laiesse        Oh  ! ch'est la chain que tu lus prêche au Dimanche quand il passe l'assiette pour lus faithe la collectte.

Le Docteur tappe à la porte et rentre tout en grand pour vais san malade.

L'Docteur        Et le malade, commant qu'i va  ?

Lizabbé          Oh  ! il est déjà bein mus, il a diversement changi depis que Sophie est a soigni et la médecine y a fait un grand bein.

L'Docteur en s'appréche de Laiesse et l'examine -

L'Docteur        Vos trouvous pus fort Mess Pinchon  ? Ou avez miyeut mine que l'autre jour  ; le t'cheu est pus solide et je crait qu'avec une autre bouteille ou serais erfait.

Laiesse        Je me trouve tout à fait bein sans vous et vos bouteilles et ou n'avez pon besoin d'erveni à la maison pour me faithe d'autres frais.

L'Docteur        Continue a soigni comme il faut Sophie et donne li du boullion de poule pour son dinné et un śu batti dans du rhomne l'arlevée et y s'en va veni comme la pâte au  levain et abêtot, et si ou avez besoin ou me ferais a savé.

Lizabbé         Je sis ti contente que le Docteur est venu quand y que somme ichin et que il la trouvé bein mus. Tu vait bein Laiesse que tu ne pouvais pas te grais, comme tu allas je t'e'haimes trouvé mort.

Le Recteur        Mais dame, ch'est qu'il n'ent a pas té de lien d'y passé chutte fais et sinon que j'avons la  Sophie a soigni je ne sait pon chi en éthait té.

Laiesse        Oh  !  ou ethaient tait bein contents de me vais mort pour avait le restant de mes hannes, mais ou éthais a arreti a quou.

Lizabbé         Oh  ! mes Laiesse, jamais je n'avons pensi a chenna  ; plustot tu nous a fait grand peux.

Le Recteur        Vaithe, j'en tais bein otchupé, mais grâce àie Dieu il se fait. Vétant Elizabé, car j'eu un appontemin à 3 heures. A lons abêtot.

Sophie va les contithe dehors et laisse Laiesse à son tout seul.

Laiesse à li-même Mais chêque la Sophie est réelement une bonne nosse et sans faithe mine de rain je pourrais peut être l'apprêchi et la Elizabé pourrait se gratté.

Sophie        Là. Les vélà hors et Madame et le Docteur sont si contents de vos vais allé sus le mus, et le docteur ne sens va pas veni dôtre, et après que ou éthais fini chutte bouteille ichin ou serais tout à fait bein.

Laiesse        Si n'y a que sa médecine, je ne crai pon qu'ou a fait grands effet, car si j'étais té tout seul ou éthais resté sus l'ais du foyi, mais je crai que tu  y es pour chique chose.

Sophie        Oh  ! mon doux - nouffait, ché nez pas mé du tout car quand chen éthai 'tait un autre ou même votre sśur ch'thait tait la même chose.

Laiesse        Ma sśur a me soigni  ! Oh, la garce, ou éthait pus tôt aideghi a men poisoné.

Sophie        Madame de Quetteville n'y pensait même pas à faithe d'ytait  ;ou est trop estimée dans la paraisse, tous les pauvres l'aime.

Laiesse        Sophie, je m'en vais me promené un' petite vollée, j'ai envie d'allé jusque la ville. Je ne serai pas longtemps hors, car j'ai chque affaithe a soigni et il est temps que j'y soigne.

Sophie        Mais êtes vous capable d'y allé, car si en cas j'irais avec vous.

Laiesse        Nan ni, Nan ni, je peux me grais et y faudra avé le thé prais pour quatre heures et demie.

Laiesse son va et la Sophie se met a espousté l'appartement et a mettre tout en ordre et met la table avé un doubli tout prêt pour Laiesse pour quand y en va veni et Laiesse se change de compartiment et veint avec une pannie de fricot pour le thé mais la Sophie ne li réconnais pas quand y veint et u l'y dit

Sophie        Chique ou voulez dans chute maison ichin ou vos  êtes trompé, vos plaie tit bein descampé d'ichin tute d'suite.

Laiesse        Oh, oh … ou vos chiyais chique chose dans la maison a Laiesse Pinchon et je crai que je peux y entré ou si bein que vous.

Sophie        Pas de votre impertinence, je clarigychez d'ichin tout d'suite.

Laiesse se met à rithe et met les pathais sus la table et Sophie toute énervée le regarde de travers et ou l'y dit -

Sophie        Oh mais cher Mess Pinchon  ! Oh mais … Oh mais ….. ex-chu ….. exchusez-mé de vous avé paslé de même carriellement. Je ne vous reconnaissez pas du tout. Chique ou avez tait faithe.

Laiesse sappraiche de la Sophie et ly mait la main sur lespale et ly dit

Laiesse        Et bein, ma Sophie, j'ai tait en ville vais mon homme d'affaithes et faithe des arrangements pour … pour m'avé si bein soigni et de pus j'ai chique chose a té démandé, car j'ai tait si bein soigni par tait le temps que tu as tait ichin et ma maison est …. est …. Nou ne la reconnais pas, je ne sait presque pas ché dithe.

Sophie        Allons. N'allez pas vos énervé Mess Pinchon car ou éthais une autre attque et il faudra que je reste ocquo à vos soigni et j'ai promis d'allez demain pour soigni Jeanne Grasdos.

Laiesse        Je men vais pas de laissé ton allé. Y faut que tu reste tout à fait pour prendre ta pléche dans la maison et en etre la maîtresse pour reste de tes jours.

RIDEAU

ALP  

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises