Les Pages Jèrriaises

Les d'vis du Bouanhomme George

"Cârres-té, don, Charlotte!" Mêrayeu dît à la tchianne: "Tu-ès tréjous souos les pids! Fiches-me tan camp dans l'pignon! Iun d'ches jours chutte tchianne-là s'en va m'faithe m'êtreueler tout man long auve eune ticl'yie d'ieau caude à la main!"

"Mais i' faut bein qu'ou' s'cauffe, chutte pouor' tchianne!" j'lî dis:

"Eh bein: Ch'est drôle qué ch'est tréjous à l'heuthe des r'pas tchi'i' faut qu'ou' s'cauffe!" s'fit Mêrayeu: "Oulle éthait peu s'cauffer tout l'jour a la pliaiche dé t'suivre dans le clios!"

"Bah!" j'lî dis: "Laisses-là don trantchille! Oulle est comme mè, - ou' c'menche à s'vieilli!"

"Vèthe dgia!" ou' m'dît: "Et ou' m'donnez pus d'travâs touos les deux à m'suthe qué l'temps va!"

"Mais graies don tan thée, ma pouurre femme!" j'lî dis: "Et j'm'en vais aller couochi la Charlotte! Et pis, j'm'en vais t'apprendre un vièr dicton: " Femme tchi grond et poule tchi pond: Font du brit dans le maiethons!"

"Eh bein: Ou-s êt' assez pour tenter l's'anges des cieux, té et ta tchianne!" Mêrayeu m'dît: "Si jé n'grounnais pon d'temps en temps pour vouos faithe dêcamper d'auprés du feu, jé n'pouorrais mème pon en appréchi pour cauffer d'ieau pour faithe lé thée! Et pis, i' n'l'y-a pas qu'té tchi sait des ditons, - j'peux t'en apprendre iun étout, mè - sabre dé bouais: "Tchi contre sa femme capuche sa tête: Est eune grand' bénite bête!" Là! Apprends ch't'îla par tchśu et n'm'êlourdes pon d'autre auve tes ditons! J'ai assez à faithe sans êcouter tan bavardîn!"

"Vein-t-en t'couochi, ma vielle!" j'dis à la tchianne: "Ta maitrêsse n'est pon d'bouanne heunmeur à ces sé, valet: "Ch'est seux qu'ou' n'est pon dans ses cannettes!"

Quand j'nouos assiévîmes à tabl'ye, lé mousse nouos fît rithe, - et Mêrayeu oubl'yiyit qu'oulle 'tait mârrie. I' nouos dît qué l'bichot au bouan'homme Elie Lé S'bithé avait abannonné et avait mangi l'chapé d'pâlle à sa femme. I' pathaît qu'ou v'nait dé l'dêhaller d'dans sa bouanne armouaithe et qu'ou' l'avait pendu dans l'bel, à airré, su un cliou auprés du poulailli. Ou' s'n'allait l'met' Dînmanche tchi veint pour aller à la Chapelle viyant qu'ch'est l'chinquantième annivèrsaithe dé lus mathiage, et ch'en est iun qué l'bouan'homme l'î-avait donné pour sa jour dé naissance dévant tch'i' fûssent mathiés.

Ou' dit tch'il 'tait aussîn bouan comme neu, et oulle 'tait si mârrie au bichot qu'ou' voulait faithe lé bouan'homme chèrgi s'n'arme et l'tither! A ch'qui pathaît, i' n'en n'tait pon d'avis, li, - car lé bichot empêche les mousses dé passer à travèrs dé san clios pour aller à l'êcole des Landes, - châque fais tch'il' appréchent dé li, il êprouve à les bouter!

"Ou-est tch'i' vont chèrchi ches histouaithes-là, les mousses" s'fit Mêrayeu: "Tch'est qui t'a conté ch'la, man p'tit?" - ou' d'mandit à Jean:

"Ch'n'est pon eune histouaithe, m'mèe, - ch'est la véthité!" Jean lî rêponnit: "Ch'est san n'veu Amice tchi m'la dit à l'êcole. Il 'tait là à dîner, - et ch'est li tch'a veu l'bichot mangi l'chapé à Missis Lé S'bithé!"

"Ch'est tant mus qué l'bouan'homme n'êprouvit pon à tither ch't'arme-là!" j'lus dis: "Oulle est vielle comme les rues. I' l'acatit siez Hunt l'y-a eune trentaine d'années, et oulle 'tait dêjà ville dans chu temps-là. Tchitchun lî dît qué ch'tait eune arme tch'avait 'tait faite sèrvi à la Batâlle dé Jèrri par iun d'nos anchêtres, - lé bouan'homme Pièrre Le Feuvre!"

"Est-che vrai, p'pèe?" Françouais mé d'mandit:

"Jé n'lé crai pon," j'lî dis: "Bieau qu'j'ai tréjous pensé qu'nou dév'thait d'mander à Moussieu Mollet d'la Sociêté Jèrriaise dé l'examiner. Ch'est eune si vielle arme qu'ou' vaudrait p't'êt' la peine dé met' dans l'Musée!"

George d'La Forge
6/6/1951

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises