Les Pages Jèrriaises

Esaie

Chapitre 9, Versêts 2 à 7

 

Tu'as multiplié la nâtion, tu' as augmenté sa jouaie - i' lus rêjouithont d'vant té, comme nou s'rêjouit dans l'temps de l'avout, ou quand nou fait un partage.

Pa'ce qué tu'as mîns l'fardé qu'i' portait en miots, et l'bâton auvec tchi ordinaithement nou li bâttait sus l's êpaules, comme tu fis aujour de Madian.

Car tout combat des siens qui s'battent se fait auvec tumulte, et lus habits sont tachis d'sang, mais chennechîn est comme quand l'feu passe et tout est réduit à chendres.

Car l'Efant nos est né, lé Fis nos a 'té donné, et l'empire a 'té posé sus s'n êpaule, et san nom es'sa l'Admithablye, lé Conseiller, lé Dgieu fort, lé Puissant, lé Péthe dé l'êtèrnité, lé Prînce d'la paix.

Et i'n'y etha pas d'fîn à la grandeur dé l'empire, ni à la prospéthité du trône dé David et dé san régne, pour l'êtablyi dans la justice au présent et pour tréjous. La jalousie dé l'Êtèrnel des armées f'tha chenna.

 

Eune aut' vèrsion

Tu'as multiplié la nâtion, tu'as augmenté sa jouaie. I' lus rêjouithont d'vant té, comme nou s'rêjouit dans l'temps d'l'avoût, ou quand nou fait un partage.

Pa'ce qué tu'as mîns en miots lé fardé qu'i'portait, et l'bâton auvec tchi nou lî battait ordinnaithement les êpaules, comme tu fis au jour dé Madian.

Car tout combat des siens qui s'battent sé fait en tîntamarre et lus habits sont tatchis d'sang, mais chennechîn est comme quand l'feu pâsse et tout est réduit en chendres.

Car l'Êfant nos est né, lé Fis nos a 'té donné, et l'empire a 'té posé sus s'n êpaule, et san nom s'sa l'Admithabl'ye, lé Consillieux, lé Dgieu fort, lé Tout-Puissant, lé péthe dé l'Êtèrnité, lé Prînce dé la paix.

Et i'n'y'étha pas d'fîn à la grandeu dé l'empire, ni à la prospéthité du trône dé Dâvi et san règne pouor l'êtablyi dans la justice à ch't heu et pouor tréjous. La jalousie dé l'Êtèrnel des armées fétha chenna.

 

Acouo eune vèrsion


Tu'as multiplié la nation, tu'as augmenté sa jouaie. I' lus rêjouithont d'vant té, comme nou-s-rêjouit dans l'temps d'la moisson, ou comme quand nou' fait un partage.

Parce-qué tu'as mîns l'fardé tchi portait en miots, et l'bâton auve tchi ordinaithement nou' l'i tappé sus êpaules, coumme tu fis au jour de Madian.

Car tout combât des siens qui s'battent se fait en tumulte, et lus habits sont touos tatchis d'sang, mais chenn'chin est coumme quand le feu passe et tou est réduit en chendres.

Car l'Êfant nos à té donné, lé Fis étout nos à té donné; l'empire à 'té mîns sus ses êpaules, et san nom es'sa l'Admirable, Lé Conseill, Le Dieu fort, le Puissant, le Péthe d'Etèrnité, et l'Prince de la Paix.

Et i'n'y' étha pas d'fin à la grandeu de l'Empire ni à la prospéthité dans la justice. à ch't heu et pour tréjous. La jalousie dé l'Êtérnel des armées fétha chenna.


 

Acouo eune vèrsion


Les cheins tchi marchaient dans la nièrcheu ont veu eune grande lueu, et pouor les cheins tchi d'meuthaient dans l'pays d'la niet d'la mort, la leunmiéthe lit.

Tu l's as rêjoui, tu'as haûchi lus jouaie. L'avant à té, i' sont heutheurs coumme les cheins d'l'avoût, ou les cheins tchi font un partage.

Car ch'est té tch'as bûchi lé joutchet tch'i' suffâtchait et la badgette tchi l'lattait, tch'est l'vèrdgillon d'un maît' mathâtre, coumme au jour dé Midian.

Tout s'sa pitchi au feu, bouôn à brûler: la botte du soudard tchi pilvâque, les habits trempés d'sang.

Car un êfant est v'nu à nous, un fis nos a 'té bailli; et l'gouvèrnément a 'té pliaichi entre ses mains. Nou l'a app'lé l'Dgide d'la Sagesse, lé Dgieu Fort, lé Péthe à tout janmais, lé Prince d'la Paix.

I' n'y'étha pon d'fin d'la craîssance dé san règne et d'la paix, sus l'trône dé Dâvi et dans san rouoyaume, à l'renforchi, à l'souôt'nîn auve les conseils d'la sagesse et la justice, achteu et à tout janmais. Ch'est l'vouler dêtèrminné du Seigneu d's armées tchi s'en va ag'ver chennechîn.


 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises