Les Pages Jèrriaises

Pouv'-ous ouvrer?

Lé 4 dé dézembre 1976

Moussieu l'Redacteu

J'liêsais dans eune gâzette dé par ichîn qué d'après des nouvelles dans la gâzette Russe "Pravda", les Russes tchi d'meuthent dans les montangnes du nord du Caucase ont tchitté à travailli la tèrre pour lus mett' à ouvrer, viyant tch'i' y'a eune grande démande pour des corsets, châles, caûches et bonnets d'laine dans l'pays, tch'est hardi fraid dans l'hivé, et il' y font pus d'profit qu'à tchultiver la tèrre.

V'la tchi m'fait penser ès vièrs temps en Jèrri quand tant d'monde lus mîndrent à ouvrer qué L's Êtats eûdrent peux qué, si l'affaithe continnuait, la tèrre né s'sait pon tchultivée et s'en îthait paître ès coucous, et i' fut d'fendu d'ouvrer duthant les saîsons d'avoût et d'vraitchaîthon. I' pathaît, étout, tch'i' y'avait tant d'rêvillon au sé dans les maîsons où'est qu' hommes et femmes lus assembliaient pour ouvrer, qué v'la tch'encouothageait la dêbauche. La peunnition 'tait l'emprisonnement auve pain et d'ieau comme nouôrrituthe.

I' pathait tch'i' y'avait même du scandale entouorre ches séthées-là. V'la tchi m'fait craithe tch'i' pensaient à aut' choses qu' à ouvrer. Lé fanmeux Dictionnaithe Jèrriais-Français du Docteu Frank Le Maistre, OBE, nouos dit qué l'dgix d'juîn, 1615 un nommé Philippe Picot fut d'fendu par la Cour d'ouvrer en compangnie des filles pour êviter lé scandale tchi s'ensiet, et qué s'i' voulait ouvrer i' fallait l'faithe tout seu.

A la page 15 du dictionnaithe ou pouvez liéthe entouorre tchique chose bein intérêssant tchi s'pâssait probabliément à l'occâsion dé ches séthées-là. Ou vèrrez qué l'mot ''coin'' couvre plusieurs sîngnificâtions. Ieune est qu'un mio, ou cliu, d'flianné appelé ''un coin'' 'tait fait sèrvi dans chu temps-là pour tuer les puches. Les femmes lus entre-pâssaient l'coin quand il' 'taient ès veil'yes ou à ouvrer à l'entou d'l'âtre dans les vielles salles ou tchuîsinnes, pour tuer les puches.

Souvent, nouos dit l'auteur, quand les femmes 'taient à ouvrer ou à bailli d'lus becques dans ches séthées au pid du feu, lé cliu s'pâssait d'ieune à l'autre quand i' s'sentaient mordues par des puches. I' fouôrraient l'coin d'flianné entre lus c'minses et la pé et écrâssaient les puches dé même. Ch'est probabl'ye qué l'coin (ou cliu) d'rouoge flianné 'tait l'pus à propos ou pouvez bein d'vinner pourtchi! I' pathaît, étout, tch'i' faîsaient sèrvi des pînchettes à puches, faites dé bouais. Et i' m'veint à l'idée qué si l'coin 'tait pâssé en présence des hommes quand il' 'taient à ouvrer, ch'est seux tch'i y'en avait tchi faîsaient des faux points ou tch'il' en laîssaient couôrre!

L'îndustrie d'ouvrer 'tait appathemment eune affaithe tch'engageait hardi l'attention d's autorités, car à part dé la tchestchion dé tchultivâtion des tèrres dé l'Île, et du scandale, ch'tait eune îndustrie profitabl'ye. Lé ''Bailiwick of Jersey'' du Révérend G.R. Balleine nouos dit qu'en 1624 eune pétition fut env'yée en Angliétèrre démandant un agrandissement d'la cartchaîson d'laine tchi v'nait d'chu pays-là, viyant qué pus d'mille pèrsonnes n'avaient autchun aut' mouoyen qu'à ouvrer des caûches pour gângni lus vie. Et i' nouos dit qu'en 1682 y'avait un tas d'maîsons où'est qu'l'homme et sa femme et ses êfants d'chînq ans et pus n'avaient autchun aut' mouoyen d'gângni lus vie qu'à ouvrer, et qué ch'tait possibl'ye dé produithe dgiex mille pathes dé caûches par sémaine. I' faut penser qué chu chiffre-là voulait dithe lé produit d'toute l'Île.

À ch't heu tch'i' n'est pus bésoin d'aver pèrmission d's Êtats pour ouvrer, et qu'l'hygiène a tellement fait la dgèrre ès puches qué ch'est rare qué nou-s-en vait ieune, sans pâler d's en trouver mordus, hommes et femmes peuvent ouvrer en paix et à lus tchèr content, et j'souhaite bouanne chance ès Russes du Caucase dans lus nouvelle entréprînse. Ch'est seux tchi n'peuvent pon ouvrer un corset d'śuvre mus qu' nouos Jèrriais l'faîsaient, en grand's quantités au dgiex-neuvième, dgiex-huitième et dgiex-septième siècl'yes et même dévant.

A la page 941 du traîsième voleunme des bulletîns d'L'Assembliée d'Jèrriais ou pouvez vaie eune articl'ye, souos la rédaction du Docteur L'Maistre, tchi nouos donne lé patron pour ouvrer l'corset. Et ou vèrrez qué les St. Ouënnais ont gângni l'titre dé ''Gris Ventres'' honnêtement. Lé véthitabl'ye patron St. Ouënnais n'était pon bliuâtre comme dans l's aut' pâraisses. Il 'tait gris, couleu d'la laine naturelle, et quand un homme mettait san corset il avait un gris ventre. L'honneu d'êt' appelé un Gris Ventre est rêsèrvé au St. Ouënnais. Quant à mé, ch'est l'seul titre qué j'ai et j'en sis bein ordgilleux!

George d'La Forge

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises