Les Pages Jèrriaises

Sieaume 123

Ch'est à té qué jé m'lève les ièrs, véthe, à té dé tchi l'trône est ès cieux. Êv'chîn, coumme les ièrs ès sèrvants sont à dgetter les mains à lus maît's, les l's ièrs d'eune sèrvante dgettent san maît', ch'est qu'nos ièrs espéthent lé Seigneu not' Dgieu entréchîn qu'il ait pitchi d'nous. Ai pitchi d'nous, oh Seigneu; ch'est en tchi touos l's hoummes nos r'gardent en bas. Né v'là longtemps assez qu'les ordgilleurs ont abafoué not' esprit.

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises