Les Pages Jèrriaises

La Lettre Jèrriaise

Dinmanche, lé douze dé févryi.

Ch'est Brian Vibert dé St. Ouen tchi vos pâsle y'a tchique temps d'pis qué j'vos ai présenté la lettre jérriaise, et ch'est un plyaisi d'êt'e auve vous à matin.

Et bein, è'velà L'hivé bein avolé, les jours sont déjà pus longs et i' n'fait pas nièt d'si bouonne heuthe. Les fermiérs voudraient bein êt'e pus embarassés dans lus clios car y'a hardi tchi faithe après toute la plyie et l'mauvais temps qué j'avons ieu dreinement. En Ecosse et en Angly'terre, il ont ieu lus châre dé né et d'temps fraid, étout la souffrance et la tragédie pas seulement pour les gens mais pour l's animaux. Mais, i' sembly'thait qué j'en avons écappé acouo une fais. Mes éfants sont tréjous jaloux dé lus couosins tchi d'meuthent dans l'nord dé l'Angly'terre, car souvent dans l'hivé, i' n'peuvent pas arriver à lus écoles et ch't'année il ont ieu l'opporteunité dé patinner et d'faithe du ski, mais malheutheusement la né n'est pas seulement biauté et plaisi, et pour bein des familles ou'lle a apporté mort et tristesse.

En effet, i' faisait si mauvais temps en Ecosse au mais d'janvyi qué l'pouorre George Foulkes n'a pas peut enduther la fraid et il est v'nu ichin cherchi un climat pus doux. Y'en a tchi y'ont fait la beinv'nue, mais la puspart espéthaient qué l'débat politique s'écauff'thait au point qué l'Sièr Foulkes n'pouorrait pon enduther la chaleur. Nou m'a dit qu'il est pus qu'temps qui s'mêle dé ses affaithes et qui réalise qui s'en va s'brûler les dés s'il éprouve à nos haller not' indépendance dé nos gouverner nos-mêmes. Il en a du toupé dé v'nin s'douôlli dans tchi qui n'lé concerne pon, et acouo bein qu'il attrapit lé preunmyi bâté lé lendemain. J'ai tréjous oui l's aviers dithe qui y'a un bâtépour les siens tchi n'aiment pas nos couôtûmes et not' manièthe dé vie. J'sis seu qu j'voulons garder tout qui y'a dé bouon dans not' p'tit Jérri, et j'n'allons pas 1aissi un étraggi nos gaffer chonna tchi nos est si précieux. J'avons veu de grands changements avau l's années, mais l'Jérriàs a tréjous 'té têtouogne et déterminé en affaithes dé gouvernement et d'indépendance et i' prend'tha pus que chu moussieu écossais pour châtchi nos Etats.

Mais pâslant d'changements, avous ermertchi l'avanche dé la technologie? Je m'rappelle qu'en dgiez neuf chents septante-ieune, ma grand'mèthe 'tait vraiment gênée qu'ou n'pouorrait pus compter ses sous auve la dispathition des ch'lîns et L'arrivée du louis auve chent pénins. Mais aujourd'anièt Y'a bein aute chose tchi pouarrait effriter nos viers gens. Les progrès technologiques ont avanchi à si grands pas qué ch'est chein l'âge dé la machinne computer dans nos vies. J'passis deux jours et d'mie la s'maine passée â travaillyi auve ches machinnes et j'fus pliaîsanment surprins dé découvri lé pouvé et la possibilité dé découverte qué nous a au but des dés quand nou c'mmenche à taper sus les cliés et qué nou vé les résultats sus l'écran dé la télévision. Nos jeunes gens dans nos écoles s'en vont apprendre à maîtrisi ches machinnes et d'vant longtemps i' s'en vont tous vouler pratitchi siez ieux et dans tchiques années la machinne ess'tha partie du meublye ordinaithe dé la maithon. En touchant tchiques boutons et sans bouogi dé not' grand-chaithe, j'pouorrons faithe nos acats, envyier nos lettres sans même aller à la poste et glainier autcheune information qué j'cherchons sans même ouvri un livre. Pour bein qué j'nos rappelon qué chutte machinne est not' servante et qué jé né d'venons pas son escliave. Toute invention dev'thait être pour not' bein-être, mais malheutheusement nou peut en faithe un abus et les avantages sont vite perdus. J'espéthe qué j'n'allons pas gaspilyi les opporteunités qué ches progrès technologiques nos ont apportés.

Permettezmé dé vos ramémouaither dé la date du dîner dé 1'Assembliée d'Jérriais. Ch'est samedi, lé trais d'Mars à l'Hôtel les Arches. Si vous voulez acater un billet à 8 louis 50, i n'y a pas bésoin d'aller à une machinne vous pouvez acouo vos fier sus 1'service personnel du trésoryi, lé Sier Ben Amin dans l'marchi.

Et bein, nos v'là à la fin d'la lettre jèrriaise acouo une fais. J'vos souhaite tous une bouonne sémaine, et j'vos r'mercie d'aver écouter.


Brian Vibert

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises