Les Pages Jèrriaises

La Vendue au Caullège de La Trintai


(Par devant l'Offici.)

Eh bein, ma fingre, de tout chein que j'en entends,
        Né v'chein le cri de tuous les esfants
Tchi vont au Caullège:-  « Allous vendre nos bancs,
Nos dex, nos tchaîzes, nos tables, nos armoiêres;
        Et toutes nos p'tites affaires ?
Et l'hermonium tchi nos fait de la musique,
Quand je nos mettons à chanté des cantiques,
        Et pis jusqu'à les deux biaux portraits
        Des Avocats, qui sont si bein faits;
Quand j'les vions, estche que v'la qui nos fait pas
Voulé être coumme hieux, de buouns Avocats.
Chest oquo bein que nos flùtes et tambours
Avaient étai encâssais, et emportais
Hors la vaie, yiavai déjà quicq'jours,
Car ils éraient tai tuous vendus,
Et la " Band " érait 'tai bein fichue."

Ah ches puoures avers ne font qué d'en gémi
De pensé que le Caullège serait viédgi
De tout chein' qui yia de mobilyi;
Faudrait se tenin draits,
Coumme un tas d'pitchaies,
Pour dire les lecons,
Filles et garcons,
N'éraient rein à s'assière dessus
(Maître et maitresses n's'raient pas mus).
J'en counnais un p'tit parmi hieux,
Il a 'tai prins tellement de peux,
Que tuous les sieirs, chest qui rapporte
Tout chein que l'matin il emporte;
Crayions et pieumes, y les muché siez li,
De peux qui n's'eaient vendus par devant 1'0ffîci.

Hieun qui sait ben lière,
En a étai d'pière,
Depis qu'il a lu, sus les deux Chroniques,
(Les avers ont toutes sortes de triques),
L'annonce qu'étai minse pour la vendue;
Quand j'y pense, ma fingre vère, j'en sue.
Il en a hieu unne bordaie de bille,
Et yia fallu l'y faire prendre des pills
Et des peppermeintes, pour en cachi l'goùt,
Cha tai un embarras de d'jiantre, viyious
Si fallait paullé des autres embarras,
Pour père et mère, nou crierait hélas
Car secours de la vie, n'ou n'en finirait pas.

Et les esfants paullent de chut' Offici
(Car les avers ont oui)
Tchi n'a pas d'sabre, tchi n'est pon habillyi
Coumme Milicien, ni coumme Régulyi;
Y pensaient - qu'est qu'ou voulais, chest puour' avers,
Tchi puourraient, ma fingre, escalé les yieirs
Coumme des suous-tasses
(Resté en extâse),
Viant Mousieu -;
A ch'va sus sa jument,
Et faisant, de sen mus
Pour faire la vendue;
Car ches puour' avers ne pensaient pon
Que Mousieu avait tant d'ambition,
Y n'savaient pas qui fait trop de teurs,
Pour faire un buoun encanteur.

Et les filles avaient viédghi lus tirettes,
Ils avaient emportai toutes lus poupettes
Auqune de hieux n'avait pon voulu
Y laissi, même un seul p'tit clueu.

Chetai unne séraie, quand je les rencontri,
Ils étaient chergies coumme des môques à mi
Lus livres, lus crayions, et pis lus ardoîses,
Ils en marchaient tout-à-fait mal à lus aise,
        Car y ne voulaient pon rein laissi
        Pour être vendu par l'Offici,
Et y pensaient aitou, car y n'savaient pas mus,
        Que ch'tai Mousieu qui f'rai la vendue.
        Mais de suite je lus explitchi,
        Que chétai Mousieu! mais Mousieu AHY;
Les filles et les garçons avaient tout buounnement,
(Car nôu za prétendu
Qu'ils avaient) confondu
Offici d'la Cour ov Offici du Régiment.
Mais qu'est qu'ou voulais d'un tas d'avers, y disaient
Qu'ils îraient à la vendue, exprès pour le vais !!

L'Maître a tai, li même payi,
Et tout a tai à la fin régli,
Le maître, en payant, a sauvai
Un mio de honte à la Trintai.
Escoutais mé, car je counnais toute l'affaire,
L'publhi est unne vacq', le Maître va la traire;
Car chest d'même que l'affaire sera faite,
Et les pipes séront payis avec la traite.

Y parais que Mousieu et ses anmins
        S'y trouvront petêtre bein oquo prins,
        Quant ils ont veu coum' l'affaire tuounai,
        Et que presque tout l'monde s'en moquait.
Mousieu fut trouvé l'Maître, le Jeudi matin,
Et y furent, lus deus, siez PHILIPPE AUBIN ;
Y furent unne pôse
A paullé de la chose;
Mousieu explicq', y disait,
Que tout l'monde en riait,
Quant y venaient à pensé
Coummest qu'MESSERVI les jouait
Et pour sauvé la position,
L'jeune Mousieu lus fît la po-po-sition.
Que le Maître de l'Ecole paierait
Le montant, et y l'y garantirait
Qui n'y perdrait pas, et chétai à li
A demandé es parents de yiaghi,
Mousieu et Mousieu AUBIN promettant d'payi
Tout chein qui puourra se trouvé de déficit.

Mes buounnes gens cherai tai
        Une vraie calamnitai,
        S'nou n'avait pon arrêtai
        La vendue des deux portraits,
Que nos jeunes gens aiment tant à vais;
        Car s'ils avaient tai vendus,
Tuous les discours éraient étai perdus;
        Et chest qu'j'en counnais ben deux
Qu'éraient tai coumme SAMSON (sans queveux).
        Ches jeunes gens ne s'éraient pas
        Coummest qui faut pièchi lus bras,
Pour dounné es discours un buoun effet,
Si n'avaient pon devant hieux un portrait.
Hien a hieun de hieux,
Chest sus l'Avoca L'SUEUX;
L'autre veurs imité
L'Avoca FRANCQ GODFRÉ.
Chest vrainment d'tchi qurieux
De les vais tuous les deux;
Car faut si bein l'dire,
L'attitude est assais pour vos faire rire.
Et pis, le ton, les teurs, et la prononciation, -
Hieun a un tas d'r', mais pour l'autre n'en veurs pon;
Hieun pr-r-ropose, l'aut' fait unne po-po-sition.

En r'gardant l'portrait y vaient
Coumment pièchi lus daigts,
Et coumment gardé lus tête pour
Dounné expression à lus discours.
Si chavai étai après quicq annaies,
Quand nos jeunes gens éraient tai traînaies,
Nou zérai p't'être bein peu
S'en passé; mais pour achteu,
J'érions trouvai que j'érai étai
Unne bein grande calamnitai.
Et je sérons bein, si, pour nos deux jeunes gens,
Non peut gardé les portraits pour deuse-trais ans.
L'aut jour hieun, en faisant sen discours, y disait,
Qu'en les viant, vla qui l'annimait,
Et que dans p'tit de temps y veindrait,
Y n'doutait pas, à les surpassé.
Ch'tai la prumieth' fais qui fut nommai
Proquleux qui raconti ditai.
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises