Saint Helier - Saint Hélyi - Saint Hélier

St Hélyi

From the Life of Saint Marculf

Venerabilis denique sacerdos Domini Romardus, curis omnibus mundani negotii renuntians, ad cum convolavit. Cum quo beatus Marculfus, post non multum temporis spatium, aliquamdiu vitam eremiticam disponens agere, Britannicae regioni quamdam adjacentem insulam, quae Agnus vocabatur, adiit. Incolebatur autem eadem insula paucissimis colonis ; in qua etiam religiosissimus vir, Helibertus nomine, nimiae rigore abstinentiae sese macerans, morabatur; cujus tugurium vir Domini Marculfus cum beato Romardo intrans diu cum eo, asperam cordis contritionem exercendo, vitae speculativae inhaeserunt. Sed quantum qualeque in eadem insula Christus, per sancti viri merita, patravit miraculum, non est silentio supersedendum.

Aliquando namque piratae plurimi, ad tria fere millia ex inexhaustis scaturitionibus gentis saxonicae prorumpentes, ascensis navibus, cursumque velocem remis et velis accelerantibus ad praedietam insulam depraedandam atque depopulandam tendere coeperunt. Quod insulani, qui non plures quam trigenta perhibentur fuisse, de longe deprehendentes; subito metu perculsi, quid agerent quodve confugium peterent, utpote mari circumsepti, omnino nescientes, tandem salubri reperto consilio, pariter ad beati Marculfi cucurrerunt praesidium, atque ejus genibus obvoluti, ut eis subveniret implorant clamoribus. Quibus vir sanctus :

Filii, inquit, forti animo estote; potens est enim Deus vos ab istorum manibus eripere. Quapropter si meis vultis acquiescere monitis, arma constanter capessite, et animis intrepidis hostibus ad resistendum ocurrite. Spondeo enim vobis de ipsis adfuturam victoriam; nam pro vobis ipse pugnabit, qui quondam Pharoonem ejusque exercitum magnifica contrivit potentia.

His igitur incitamentis animati, audacter corripiunt gladios, atque non sua sed in Dei confisi gratia dextrae virique sanctissimi precibus, fortiter pugnaturi piratis occurrunt. Fit utrimque congressus acerrimus; sed per Dei virtutem et beati viri obtentum, omnibus insulanis illaesis, barbarorum paucis ferro necatis plurimisque marinis absorptis gurgitibus, nullus superfuit qui reliquorum casum suam reportaret in patriam. Audiens autem ejusdem insulae dominus tot millia hostium ita magnifice per beati Marculfi suffragium consumpta, immensas Deo gratias rependit, atque ejusdem sancti viri ditioni eamdem dimidiam insulam devota traditione mancipavit. Construxit etiam beatissimus sacerdos ibi monasterium, in quo aliquos, qui Christo constanter famularentur, constituit.

 

St Hélyi

De la Vie de Saint Marcouf

Parmi ceux qui embrassèrent son institut, il faut compter le vénérable prêtre Romard, qui renonça à tous les avantages et aux affaires du siècle, et en compagnie duquel il passa peu après dans une île adjacente au pays d'Angleterre, nommée Agnus, pour y vivre quelque temps dans la solitude.

Cette île ne comptait qu'un très petit nombre d'habitants, parmi lesquels un homme très religieux, nommé Hélibert, lequel macérait son corps par des privations extrêmement rigoureuses. Marcoulf et le bienheureux Romard s'adjoignirent à lui et pratiquèrent avec lui la vie contemplative et les rigueurs de la pénitence.

Il s'y accomplit, pendant leur séjour, un grand miracle, dû certainement aux mérites de saint Marcouf, et que nous allons rapporter. Un jour qu'un essaim de pirates saxons, au nombre de près de trois mille, s'approchaient de l'ile à toutes voiles et à force de rames, dans le dessein de la piller, les insulaires, au nombre de trente environ, à ce que l'on dit, ne sachant que faire dans leur effroi, et ne pouvant fuir, puisque la mer les enfermait de tous côtés, se réfugièrent sous la protection de Marcouf. Ils se prosternèrent à ses genoux, en le priant avec cris et larmes de les sauver.

"Mes enfants, leur dit le saint anachorète, soyez des hommes de coeur, prenez vos armes, Dieu est assez puissant pour vous faire triompher de ces gens-là; marchez au-devant d'eux, il combattra pour vous; souvenez-vous de la manière dont il fit périr les armées de Pharaon; je vous promets la victoire; allez."

Ils le crurent, s'armèrent et marchèrent à l'ennemi, moins confiants dans la force de leurs bras que dans les prières du saint et le secours de Dieu. Or, pendant qu'ils combattaient et mettaient à mort ceux qui débarquaient, sans perdre un seul des leurs, ceux qui étaient encore dans les navires furent tous engloutis dans les flots, et il n'en resta pas un pour aller porter la nouvelle dans leur patrie.

Le seigneur de l'ile ayant appris l'événement, et en même temps que c'était par la vertu des prières de Marcouf qu'elle avait été délivrée d'un si grand nombre d'ennemis, en rendit à Dieu de grandes actions de grâces et donna au saint anachorète la seigneurie de la moitié de la même île. Celui-ci y construisit un monastère, dans lequel il établit un petit nombre de moines, pour le service de Dieu.

St Hélyi

R'tou à la page d'siez-mé | Back to home page

E-mail: geraint@societe-jersiaise.org